Publié dans Politique

Affaire Houcine Arfa - Le mystère demeure entier

Publié le lundi, 22 janvier 2018

« Il ne faut pas se fier aux déclarations d’un fugitif ». C’est en gros le point commun des diverses déclarations des autorités malagasy pour botter en touche les révélations effectuées par Houcine Arfa, une fois qu’il est à l’abri en France. Un mois après son évasion de la prison d’Antanimora et de sa sortie du territoire malagasy, Houcine Arfa reste encore l’un des sujets phares discutés dans les chaumières et les salons. A l’unanimité, l’opinion est loin d’être satisfaite des explications données. Pour une frange de la population, le mystère sur l’évasion de ce français ayant travaillé auprès de la présidence de la république malagasy reste entier. A l’heure actuelle, une poignée de personnes composées entre autres par le médecin chef de la prison d’Antanimora, de l’infirmier major  et des agents pénitenciers croupissent dans leur lieu de travail en tant que prisonniers. Ils sont pointés du doigt comme étant  les présumés facilitateurs de l’évasion.

 

Pour les autorités, s’il y avait corruption, elle ne concerne pas la ministre de la justice, le directeur du cabinet et la procureure de la république à qui Houcine Arfa, selon ses dires, a versé une somme conséquente pour faciliter son évasion, préparée des mois à l’avance. Le projet d’évasion a pris  forme dès son transfert de Tsiafahy à Antanimora. Une longue et minutieuse préparation dont seules ainsi ces personnes misent à l’ombre suite à l’éclatement de l’affaire, seraient au parfum. Une thèse facilement rejetée dans la mesure où avec le statut du prisonnier, ces personnes incriminées n’auraient pas le courage de nager en contre-courant et foncer  tête basse dans ce genre d’affaire.  Ce n’est pas la première fois  en effet que des étrangers se sont évadés  des  prisons malagasy et une fois arrivés chez eux, ils n’hésitent pas à balancer leurs « potes ». Ayant déjà retenu la leçon du passé vécue par leurs collègues véreux, c’est impensable que le médecin chef et consorts auraient mordu facilement à l’hameçon. Une enquête approfondie doit –être effectuée afin que la vérité éclate et les commanditaires ainsi que les complices soient identifiés. Une démarche demandée d’ailleurs par le milieu de la justice malagasy à commencer par le syndicat des magistrats. L’objectif final n’est pas d’incriminer untel ou untel mais de redorer le blason du corps, martèle sa présidente, Fanirisoa Erinaivo.

L’opinion public épouse cette demande du syndicat des magistrats et ce malgré que le président de la république a donné le coup de sifflet final de l’affaire en déclarant qu’il a confiance à ses collaborateurs. Une manière pour Hery Rajaonarimampianina de boucler l’affaire et de désigner les vrais coupables de cette évasion….

La rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes

La Une

Editorial

  • L’épreuve du feu
    Un premier et le plus grand test de grandeur nature attend le Gouvernement Ntsay. Supposé être né d’un accord politique entre les grandes formations politiques, principalement le MAPAR, le TIM et le HVM, le nouveau Cabinet subit un examen crucial et complexe qu’il faille réussir. Tel un prévenu qui, au cours d’une épreuve, doit porter une barre rouge de feu et réussir à traverser un obstacle avec, et cela, sans se faire brûler, le nouveau Premier ministre est soumis à un test très  délicat : parvenir à publier dans les heures sinon les jours qui viennent du calendrier de l’élection présidentielle anticipée ! Un test éprouvant et très dur, cependant le salut de la Nation passe obligatoirement par-là !  Ntsay fait face à deux blocs naturellement ou  foncièrement inconciliables, contradictoires.

A bout portant

AutoDiff