Publié dans Politique

Loi sur la Zone économique spéciale - Benjamina Ramanantsoa humilié

Publié le dimanche, 21 janvier 2018

Mettre la charrue avant les bœufs. C’est ainsi que l’on pourrait qualifier le geste du ministre d’Etat en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2pate), Benjamina Ramanantsoa Ramarcel par rapport à la loi régissant la fameuse Zone économique spéciale. Bien que cette loi n’ait pas encore été promulguée, il s’est d’ores et déjà hâté de réunir les acteurs dans le cadre de ce projet. Ce fut au cours d’un atelier de partage co – organisé avec l’Edbm (Economic Development Board of Madagascar) au Dlc (Development Leaning Center) Anosy, jeudi dernier. Un atelier au cours duquel le ministre a exposé les tenants et aboutissants de cette loi tout en répondant aux objections du Fonds monétaire international. Plus d’uns fut a lors surpris de cette initiative du ministère qui semblait déjà considérer pour acquis la promulgation de cette loi. Initiative qui, selon les indiscrétions, aurait été poussé par le directeur général de l’Aménagement du territoire au sein de son département ministériel.

 

Après son adoption au niveau du parlement, le texte attendait encore l’avis des juges constitutionnels d’Ambohidahy pour conformité ou non à la Constitution avant de passer entre les mains du Président de la République pour promulgation. Il faut dire que ce le M2pate a fortement encouragé l’adoption de cette loi. Mais le ministre d’Etat a pourtant été vite coupé dans son élan suite au dernier avis de la Haute Cour Constitutionnelle. 

Rejet de la Hcc

 Vendredi dernier, la Hcca publié des avis par rapport à trois lois adoptées par les deux chambres du parlement la fameuse loi n°2017-023 relative aux Zones Economiques Spéciales (Zes) qui a fait l’objet d’une polémique au sein de l’opinion publique depuis son adoption au niveau de l’Assemblée nationale le 8 novembre dernier puis au Sénat deux semaines plus tard. A Tsimbazaza, l’adoption du texte s’est faite par moins d’une quarantaine de députés et de surcroit sans amendement.

D’après l’avis de la Hcc, les dispositions des articles 6, 17 et 39 alinéa 2 de la loi n°2017-023 relative aux Zones Economiques Spéciale sont contraires à la Constitution. Les juges constitutionnels ont également émis des réserves par rapport à d’autres articles. Parmi les articles sur lesquels la Hcc a émis un bémol, l’article 31 alinéa 2 de la loi en question qui dispose que « les entreprises ZES peuvent embaucher des cadres ou des cadres supérieurs expatriés en tant que de besoin ». Pourtant, l’article 27 de la Constitution dispose que « le travail et la formation professionnelle sont, pour tout citoyen, un droit et un devoir », dont pour la Hcc le droit au travail ou droit d’obtenir un emploi ne s’entend pas comme une obligation de résultat mais comme une obligation de moyens. Il faudrait donc y ajouter une interprétation de « fautes compétences nationales ».

En principe, la mise en place d’un régime spécifique de Zone Economique Spéciale ambitionne « l’attraction et la mise en place de projets d’investissement, la création d’emploi et la valorisation de Zones à fortes potentialités économiques servant de levier pour le développement d’une région ou d’un pays » avec des lois plus libérales.

S.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes

La Une

Editorial

  • L’épreuve du feu
    Un premier et le plus grand test de grandeur nature attend le Gouvernement Ntsay. Supposé être né d’un accord politique entre les grandes formations politiques, principalement le MAPAR, le TIM et le HVM, le nouveau Cabinet subit un examen crucial et complexe qu’il faille réussir. Tel un prévenu qui, au cours d’une épreuve, doit porter une barre rouge de feu et réussir à traverser un obstacle avec, et cela, sans se faire brûler, le nouveau Premier ministre est soumis à un test très  délicat : parvenir à publier dans les heures sinon les jours qui viennent du calendrier de l’élection présidentielle anticipée ! Un test éprouvant et très dur, cependant le salut de la Nation passe obligatoirement par-là !  Ntsay fait face à deux blocs naturellement ou  foncièrement inconciliables, contradictoires.

A bout portant

AutoDiff