Publié dans Politique

Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface

Publié le vendredi, 12 janvier 2018

Depuis son départ du gouvernement Mahafaly Solonandrasana Olivier, Narson Rafidimanana a complètement disparu de la circulation. La seule information concernant cet ex numéro 2 du gouvernement, c'est qu'il a perdu son père à la veille du nouvel an. Connu dans la province de Toamasina où il avait vécu pendant sept décennies, Ramanantsiatosika Guy Willy dit Bezariko, s'est éteint à l'âge de 91 ans dans le grand port de l'Est et a été inhumé dans son village natal à Antanifotsy (Antsirabe).
 

La famille de Bezariko voulait perpétuer les œuvres sociales et sportives de Bezariko, fondateur du club de football, Olympique de Toamasina.
« Mon mari me disait toujours que même après sa mort, la famille Bezariko doit continuer à aider les gens en besoin », a expliqué hier Veuve Razanadrasoa Hélène avant de commencer dans la matinée d'hier le périple de la famille Bezariko dans certains quartiers de Toamasina ravagés par le cyclone Ava. L'épouse du défunt a été accompagnée à l'occasion par ses enfants dont Narson Rafidimanana durant la tournée des actions sociales. La famille Bezariko s'est déplacée dans les Centre de santé de base II à Ambohijafy, Ankirihiry, Dépôt Analankininina et Tanambao Verrerie dans la matinée et dans l'après-midi les deux Epp ayant subi des lourds dégâts lors du passage du dernier cyclone à savoir celle de Beryl et du Morarano. La famille Bezariko a promis de prendre en charge entièrement la réhabilitation de ces deux écoles mais en attendant le début des travaux, elle a offert hier des tôles pour remplacer la toiture endommagée.
Lors du passage aux centres hospitaliers, la famille leur a doté de tensiomètre et de thermomètre tandis que les  parturientes ont chacune obtenu une enveloppe. « La famille Bezariko continuera à jamais d'œuvrer dans les sociales », promet la mère de Narson Rafidimanana qui, à l'occasion, a remercié les gens de Toamasina venus encourager la famille dans la douleur.
Kamy

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Taux de pauvreté en baisse - Un ministre paie 9 000 euros pour ses gardes du corps
  • Appel aux services d’Houcine Arfa - Le Président humilie les galonnés malgaches
  • Corruption de haut niveau - Un ex-maire roumain en fuite demande l’asile politique à Madagascar
  • Affaire Houcine Arfa - Trois tentatives de corruption de la Procureure de la République
  • Visas aux frontières - Levée de boucliers contre Ametis
  • Affaire Houcine Arfa - Les pénitentiaires demandent la libération de leurs pairs
  • Insécurité - Le propriétaire de « Kalidas » kidnappé en plein jour !
  • Décès de Léon Rajaobelina - La Présidence humiliée !
  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »

La Une

Editorial

  • « Far West » 
    « Far West », littéralement « Ouest lointain », une riche et étonnante épopée relatant les fantastiques aventures des pionniers américains. En partant de l’Est en direction de l’Ouest, ils parvenaient à atteindre, au risque de leur vie, les côtes occidentales, celles de la Californie d’aujourd’hui. Une étape importante de l’Histoire des Etats-Unis se cadrant chronologiquement dans le XIXème siècle américain. Une période idyllique où les réalisateurs américains de cinémas n’ont pas raté de se faire des fortunes avec les célèbres films « Western » (Vers l’ouest). Les « shérifs », les représentants de la loi dans leurs localités avaient dû affronter, quotidiennement, les méfaits des « desperados » en provenance du pays voisin (Mexique) qui semaient la terreur. Ces « sans foi ni loi » pénétrèrent à l’intérieur des Etats du Texas, du Nouveau-Mexique ou de la Californie et agissaient en véritables maîtres.

A bout portant

AutoDiff