Publié dans Politique

Toamasina - Hery Rajaonarimampianina en séance rattrapage

Publié le dimanche, 07 janvier 2018

Le lendemain du passage du cyclone Ava à Toamasina,  une forte délégation du pouvoir Exécutif s'est  rendue dans la ville du Grand port. Conduite par le Président de la République Hery Rajaonarimampianina, la délégation a voulu exprimer son empathie et sa solidarité envers les sinistrés ainsi que constater l'étendue des dégâts, selon la communication faite par le régime.  « Nous sommes derrière vous pour vous réconforter et nous serons devant vous pour mener la reconstruction », a déclaré le Chef de l'Etat. 

Une visite qui ressemble fortement à une réponse aux critiques qui ont fusé en fin de semaine dernière. L'Exécutif a en effet tardé à rallier la localité Est de la Grande-île en désolation préférant maintenir la cérémonie de présentation de vœux du corps constitution et du corps diplomatique au couple présidentiel de vendredi dernier. En tout cas, durant ce qui ressemble à un meeting, le Chef de l'Etat a lancé un message aux responsables afin d'éviter que des personnes mal intentionnées profitent de la situation en augmentant notamment les prix. 
Parmi les priorités annoncées par le Président de la République il y a le rétablissement dans les délais les plus rapides de l'approvisionnement en électricité et en eau de la Capitale du Betsimisaraka ainsi que la reconstruction rapide des écoles afin de permettre le retour dans les écoles des enfants. A en juger par les vidéos diffusées par le service de la Communication de la Présidence, le Chef de l'Etat et la délégation  gouvernementale, dirigée notamment par le Premier ministre et ministre de l'Intérieur Solonandrasana Olivier Mahafaly, ont visiblement été accueillis avec liesse par les habitants de Toamasina. La descente aura permis aux responsables de l'Etat de constater de visu l'ampleur des dégâts laissés par le cyclone Ava dans la ville du Grand port. La visite doit ainsi aider les dirigeants à prendre les mesures nécessaires et à répondre efficacement aux urgences. En tout cas, sous peine d'être taxé de deux poids deux mesures, le Chef de l'Etat et sa suite devront effectuer le même genre d'actions dans les zones transpercées par le cyclone Ava. Il faut souligner que le cyclone tropical Ava a laissé de sévères séquelles dans le pays, surtout sur la côte est. De nombreuses routes sont coupées et de nombreuses régions se trouvent ainsi littéralement enclavées.  Le risque est également de voir gonfler les prix des produits de première nécessité dans l'Est de la  Grande-île.
A.R.

1 Commentaire

  • Posté par Giovani RABEMIFALY
    lundi, 08 janvier 2018

    Ny fifampiaraban'ny HVM sy ny CORPS DIPLOMATIQUE dia tsy maintsy natao manoloana ny fiavian'ny CYCLONE izay efa fantatra mialohan'ny 5 janoary teo. Tsy vao voalohan'ny ny mpitondra fanjakana no manao tsinotsinona ny vahoaka tahak'izao. Ny haitraitra sy ny fanambonimboniana tena noa imasoan'izao fitondrana izao.

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff