Notice: Undefined property: stdClass::$numOfComments in /var/www/clients/client5/web10/web/components/com_k2/views/item/view.html.php on line 264
Publié dans Politique

Conjoncture - 2018, une année à haut risque

Publié le mardi, 02 janvier 2018

Qu’on le veuille ou non, l’année qui débute porte en elle de grands espoirs et en même temps de profondes appréhensions. Le nouvel an, 2018, suscite des espoirs chez les citoyens compatriotes durement éprouvés par les redoutables et inhumaines conditions d’existence durant toute la période de l’année écoulée.

La population aspire aux grands changements. Selon la Constitution, le mandat de cinq ans du Président de la République expire cette année. Le régime Hvm tire à sa fin. Sauf manigance savamment tramée et orchestrée par les maîtres-penseurs du pouvoir, l’élection du Président devra se tenir, au plus tard, au cours du dernier trimestre de l’année. Etant constaté et vécu la piètre prestation du Chef ainsi que l’équipe qu’il dirige dans la direction des affaires de l’Etat, le peuple a hâte de tourner la page. Vu la médiocrité du taux de popularité de ce régime, le changement tant attendu dans la haute sphère du pouvoir est à la portée de… main. En tout cas, il n’est pas impossible !
Cependant, les craintes et les doutes planent. Les risques de magouilles tendant à détourner le choix des électeurs inquiètent, au plus haut point, les observateurs politiques. L’ensemble de la Société civile (Cmf/Cnoe, Sefafi, etc.) et la plate-forme de l’opposition redoutent les allégations de tripatouillage des résultats du vote. Ces derniers temps, le régime, par le biais du chef du Gouvernement, donnait l’impression de desserrer l’étau. Les clins d’œil à l’endroit des mouvements associatifs les plus influents et virulents membres de la Société civile se multipliaient. Ils auraient pu pondre ensemble le chronogramme de l’élection présidentielle vers la fin de l’année, conformément aux dispositifs de la Constitution. L’avenir nous le dira sur la pertinence de ce consensus.
Des hausses tous azimuts
En ce début de l’année, le pays va affronter les méfaits des différentes augmentations de prix annoncées sur certains produits stratégiques. En effet, la loi de Finances 2018 prévoit la révision à la hausse de diverses taxes imposées par l’Etat sur les produits pétroliers. Une majoration que les compagnies pétrolières vont, certainement, se répercuter sur les prix à la pompe. Or, selon les résultats des analyses des experts des Institutions de Bretton Woods, une augmentation de 20 % sur les taxes prélevées ne devrait pas trop influencer sur les prix à la pompe. Mais, les compagnies ne sont pas prêtes à s’y soumettre.
Les autorités portuaires de Toamasina, pour leur part, ont annoncé un relèvement de 20 % sur le coût du trafic des containers au port. La société nationale Jirama prévoit, de son côté, une hausse de 10 % touchant les gros consommateurs (unités de production,…) qui vont, bien entendu, se rattraper sur le marché. Les consommateurs ménagers avaient déjà eu leur « part », de 7%, en juillet 2017.
La série d’augmentations, en amont, aura à coup sûr des effets délétères, en aval, sur le marché et crèvera les modestes porte-monnaie de la grande majorité.
Quelles que soient les promesses des dirigeants, en ce début d’année, la vie s’annonce intenable pour 2018.
Les enjeux hypothétiques sur le plan politique, de cette année, ne rassurent guère les compatriotes. Les plus avisés, sans être trop pessimistes, craignent la dégénérescence de la paix civile qui, déjà fragilisée par les effets pervers de la recrudescence de l’insécurité ambiante, risque de céder pour toujours.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Emergence de Madagascar - Une majorité présidentielle s'avère indispensable à l'Assemblée nationale
  • Acquisition illicite de terrains - Un vice-président du Sénat soupçonné de détournement de biens publics
  • Violence basée sur le genre - Mialy Rajoelina prête à organiser une conférence internationale à Madagascar
  • Gestion de la Capitale - L'immobilisme de Lalao Ravalomanana agace
  • Président de la République  à Antsiranana - « Les travaux du « velirano » commenceront dans un mois »
  • Braquage chez Accès Banque - Coup de filet sur les présumés auteurs principaux
  • Industrie sucrière de Brickaville - Andry Rajoelina siffle la fin des conflits
  • « Fihariana » - Trois projets financés 
  • Immigration clandestine - Une dizaine d’Africains débusqués dans la forêt du Nord
  • Projet « Fihariana » - Un self-made-man, Andry Rajoelina se soucie des jeunes

La Une

Editorial

  • Par amour !
    « Et l'amour en est le plus grand ! » Tel est le thème-phare cher au TGV/MAPAR. Une « profession de foi » que Rajoelina Andry Nirina porte en lui dans la profondeur de son cœur et de son âme, et cela, depuis sa tendre enfance et qu'il aime témoigner à tout vent, n'importe où et n'importe quand. A Ambilobe ou à Amboasary Atsimo ou à Toamasina ou à Antsiranana ou même à … Paris, Zandry Kely ne cesse de partager à quiconque qui veut l'entendre son amour pour sa patrie, pour ses compatriotes surtout ceux dans la tourmente. Une conviction voire un credo que le leader de la Révolution Orange, Rajoelina Andry, devenu Président de la République de Madagascar entend « prêcher » haut et fort. Le livre « Par Amour de la Patrie », à l'allure d'une autobiographie, qu'il publiait chez « Les guetteurs du Vent » à…

A bout portant

AutoDiff