Publié dans Politique

Dignitaires de l’Etat - Un goût prononcé pour les 4x4 V8

Publié le mardi, 02 janvier 2018

L’année écoulée était fructueuse pour certains dignitaires du pouvoir. Selon des révélations entendues ici et là, beaucoup d’entre eux achetaient des voitures de luxe alors que les Malagasy tirent le diable par la queue. La fameuse et coûteuse grosse cylindrée V8, dont le prix unitaire descend rarement en-deçà de 200 millions d’ariary, a le vent en poupe.

Ministres, parlementaires, hauts responsables ministériels… ont concurrencé pour acquérir ce type de véhicule dont l’utilité semble être justifiée à voir le mauvais état des routes à Madagascar. Un ancien ministre devenu parlementaire en a même acheté deux on ne savait par quel moyen financier.
Certaines de ces voitures pourraient être vues au parking bien gardé du Palais d’Etat d’Iavoloha vendredi prochain. C’est un moment privilégié pour les propriétaires de les exhiber. Chez nous, la possession de véhicule 4x4 signifie richesse, pouvoir et appartenance à une certaine catégorie sociale.
Au plan formel, ces nouvelles acquisitions ne sont pas encore citées dans la déclaration des patrimoines déposée auprès du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco). Il est aussi sûr qu’elles sont immatriculées à des prête-noms.
A Madagascar, les biens mal acquis sont encore difficilement traçables. Une loi est certes élaborée dans ce sens, mais elle couvre seulement une période bien déterminée. Ce sera alors au futur Gouvernement de faire autant pour les cas de malversation qui se seraient produits ultérieurement.
M.R.

Fil infos

  • Graves diffamations contre le Chef de l'Etat - L'immobilisme du Gouvernement fait jaser
  • Région Betsiboka - L’Etat renforce la lutte contre l’insécurité
  • Projets sociaux - Le Président Andry Rajoelina exige du concret
  • Diffamation sur internet - La France, base arrière pour des cybercriminels malagasy ?
  • Alain Ramaroson - Quel avenir politique pour lui 
  • Claudine Razaimamonjy - De nouveau devant la barre hier
  • Découverte de crânes humains à Toamasina - Les affirmations de la domestique s’avèrent fausses
  • Calendrier scolaire - Dérapage incontrôlé de la Société civile
  • Naufrage du cargo Viviano - Les passagers sains et saufs, les marchandises totalement perdues
  • Restriction budgétaire - Le Premier ministre recadre les sénateurs

La Une

Editorial

  • Servir et non se faire servir !
    En tant que présidente de l'Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, magistrate et députée d'Ambatofinandrahana, pour un second mandat de son état, mit le point sur le « i » dès l'entame de la mandature des nouveaux élus à Tsimbazaza. Face aux comportements qui frisent l'indélicatesse de certains élu(e)s et qui défrayent la chronique, Mme Razanamahasoa tient à préciser qu'un député en tant que représentant(e) du peuple a été élu pour servir les intérêts du « vahoaka » qu'il est censée représenter et non se faire servir comme un prince.

A bout portant

AutoDiff