Publié dans Politique

Gestion des taxis-ville - Le régime allume Lalao Ravalomanana

Publié le vendredi, 08 décembre 2017

Les divergences entre l'association des taxi-villes (Ftar) et la Commune urbaine d'Antananarivo servent de munition au régime de Hery Rajaonarimampianina pour enfoncer un peu plus un de ses adversaires politiques. A travers la première magistrate de la ville, le Hvm vise le Tiako Madagasikara du couple Ravalomanana. En guise de contribution au dénouement de cette crise latente, l'Etat aurait, dans l'attente de la version officielle, opté carrément dans le camp de la Ftar.

Des indiscrétions, confirmées d'ailleurs par des chauffeurs de taxi, affirment que la contre-visite se tiendra finalement à Ampasampito dans l'enceinte de l'Omavet mais elle serait effectuée  avec des vérificateurs du ministère des Transports et non ceux de la Cua. Une baisse considérable des points à contrôler est également évoquée dans le but d'alléger les charges des transporteurs. Dans ce cas, ces derniers ainsi que l'Etat peuvent se targuer d'avoir remporté la bataille au détriment de la Cua. Une fois de plus, cette dernière a été coiffée au poteau par le régime qui  piétine sans la moindre hésitation sa plate-bande au nom  du populisme. Avec cette complaisance de l'Etat dans la médiocrité et du laisser-aller, ce n'est pas ainsi demain la veille d'une  capitale possédant  un parc de taxis-ville aux normes. Les voitures avec carrosserie cabossée, peinture écaillée, sièges déchirés et bien d'autres anomalies indignes d'un service public, continueront toujours à circuler.
Depuis le début, des observateurs voient derrière la manifestation de la Ftar la main du régime.  Aucun des mouvements de contestation organisés par cette association n'a été interdit par les autorités locales. Qu'il se déroule en salle ou en plein air. Et ce contrairement à d'autres associations apolitiques ou syndicales qui, au moindre mouvement, subissent la foudre des forces de l'ordre. La dernière manifestation initiée jeudi par la Ftar illustre parfaitement ce coup de pouce de l'Etat. Bien que le cortège de contestation ait bloqué une grande partie de la circulation du ministère des transports à Anosy, au palais de verre à Anosikely, les forces de l'ordre ont brillé par leur absence laissant ainsi la manifestation se dérouler normalement au détriment des usagers.
Le régime Rajaonarimampianina croit, après cette victoire si on peut le dire ainsi, gagner la sympathie d'une frange de la population en se rangeant du côté des « faibles ». Un faux espoir pourtant dans la mesure où la principale victime n'est autre que son principal rival aux prochaines élections qui, au rythme des coups bas, voit sa cote de popularité, du moins dans la capitale, en hausse.
A.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Taux de pauvreté en baisse - Un ministre paie 9 000 euros pour ses gardes du corps
  • Appel aux services d’Houcine Arfa - Le Président humilie les galonnés malgaches
  • Corruption de haut niveau - Un ex-maire roumain en fuite demande l’asile politique à Madagascar
  • Affaire Houcine Arfa - Trois tentatives de corruption de la Procureure de la République
  • Visas aux frontières - Levée de boucliers contre Ametis
  • Affaire Houcine Arfa - Les pénitentiaires demandent la libération de leurs pairs
  • Insécurité - Le propriétaire de « Kalidas » kidnappé en plein jour !
  • Décès de Léon Rajaobelina - La Présidence humiliée !
  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »

La Une

Editorial

  • « Far West » 
    « Far West », littéralement « Ouest lointain », une riche et étonnante épopée relatant les fantastiques aventures des pionniers américains. En partant de l’Est en direction de l’Ouest, ils parvenaient à atteindre, au risque de leur vie, les côtes occidentales, celles de la Californie d’aujourd’hui. Une étape importante de l’Histoire des Etats-Unis se cadrant chronologiquement dans le XIXème siècle américain. Une période idyllique où les réalisateurs américains de cinémas n’ont pas raté de se faire des fortunes avec les célèbres films « Western » (Vers l’ouest). Les « shérifs », les représentants de la loi dans leurs localités avaient dû affronter, quotidiennement, les méfaits des « desperados » en provenance du pays voisin (Mexique) qui semaient la terreur. Ces « sans foi ni loi » pénétrèrent à l’intérieur des Etats du Texas, du Nouveau-Mexique ou de la Californie et agissaient en véritables maîtres.

A bout portant

AutoDiff