Publié dans Politique

Délivrance de « Livret Fascul » - L’Apmf mène en bateau les marins pêcheurs

Publié le jeudi, 07 décembre 2017

 Une vingtaine de jeunes  marins pêcheurs sont bloqués dans la Capitale, depuis le mois d’octobre dernier. Ils sont issus de Maroantsetra, Toamasina et Sainte Marie. Ils attendent la délivrance de leurs « Livrets Fascul »,  qui sont aussi bloqués par des responsables de  l’Agence portuaire maritime et fluviale (Apmf) à Alarobia. Certains d’entre ces jeunes sont licenciés de leur travail, et d’autres ont vendu leurs biens pour pouvoir rejoindre la Capitale en espérant avoir ce passeport.  Selon leur version, ils ont déjà payé tous les droits, notamment  la somme de 240 000 ariary pour une visite médicale, 7000 ariary pour le frais d’inscription et 28 000 ariary pour le livret.

« Après avoir rempli tous les formulaires, ainsi que les procédures que  nous devons suivre. On nous a donné  reçu un ticket en attendant le « passeport des marins ». Mais jusqu’à maintenant rien. Nous sommes coincés ici. » Hier, les jeunes accompagnés par le représentant de l’association des marins pêcheurs de Toamasina (Ampt) ont rencontré les responsables au sein de l’Ampf. Après une heure de rencontre, ils sont sortis de la salle, la tête basse. Aucun d’eux n’a voulu rendre compte aux journalistes quant au déroulement de la réunion. Visiblement, ils sont déçus de l’issue de la rencontre. D’après la représentante de l’association, l’Apmf a expliqué que les livrets sont en rupture de stock et que les demandeurs devront encore attendre. « On nous avisera  au moment opportun » explique notre interlocutrice. Pourtant, selon une information émanant de l’Imprimerie nationale qui fournit les livrets, elle a déjà livré 520 livrets à l’Apmf,  au mois de novembre dernier.  C’est après la délivrance des passeports marins que ces jeunes pourront suivre des formations et travailler dans les bateaux de pêche. En attendant, ils grossissent le rang des chômeurs….

  Receuillis par  Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ
  • Promulgation des lois électorales - La Constitution violée pour la énième fois
  • Négociateur du HVM - Maharante Jean de Dieu, une personnalité clivante
  • Initiative pour l'Emergence de Madagascar - Un premier forum international à Antananarivo

Editorial

  • Point de droit
    Aristote (384-322), un philosophe de la Grèce antique, l'auteur de la célèbre pensée « l'homme est un animal politique », dans son exposé thématique sur la vertu, prônait le concept du « juste milieu ». Il invitait toujours l'homme à chercher la médiane entre un « par défaut » et un « excès ».Une philosophie qui avait largement contribué ou influencé à la conception de la pensée occidentale. Une sagesse que le monde de l'Ouest, par la voie du dialogue, tente de prioriser autant que possible. La recherche du consensus marque les progrès dans toute démarche de règlement de conflit. On bannit toute tentative au fanatisme et à l'intégrisme.

A bout portant

AutoDiff