Publié dans Politique

Antsiranana II - Le parc national de la Montagne d'Ambre menacé

Publié le mardi, 05 décembre 2017

La forêt dense et humide du Parc national de la Montagne d'Ambre dans la Commune rurale de Joffre-Ville, District d'Antsiranana II ainsi que la variété de faune et flore que celui-ci regorge sont sérieusement  menacées. Une déforestation sans précédente sévit dans cette réserve spéciale depuis quelques années sans que les autorités locales et le ministère de tutelle puissent y mettre un cran d'arrêt ou limiter les dégâts à la grande indignation de la population de cette partie nord de la Grande île.

La Montagne d'Ambre où l'on peut trouver des arbres mesurant plus de 25m de hauteur et une variété de bois dur tels que palissandre et autres attire les bûcherons de certaines régions  comme le miel attire les mouches. Environ 78 sources d'eau s'y  trouvaient auparavant mais actuellement il n'en existe que 16 tout au plus. Les conséquences de cette déforestation sauvage sont désastreuses et se font déjà sentir au niveau de 26 Communes sinon plus dont Joffre-Ville, Antsiranana I dans cette partie nord de la Grande île. Le changement climatique enregistré dans la localité est plus qu'inquiétant. Si auparavant la température la plus basse observée dans la Commune rurale de Joffre-Ville était de 2° et bien  actuellement elle varie entre 15° et 18°. La déforestation a tari les rivières si bien qu'à Antsiranana depuis quelque temps dans plusieurs quartiers de ladite ville  il faut se lever à 2h du matin pour s'approvisionner en eau.
Sonnette d'alarme
Le sénateur Amido qui nous a contactés hier d'Antsiranana  a tiré la sonnette d'alarme. « Les conséquences de la déforestation du parc national de la Montagne d'Ambre sont alarmantes. Il est temps que le ministère de tutelle adopte une autre approche dans sa politique de protection de l'environnement à Madagascar. La protection et l'entretien des parcs nationaux ou de réserves spéciales ne doivent pas revenir uniquement aux Ong. Le ministère de l'Environnement doit désormais songer à subventionner  les parcs nationaux en  l'occurrence la réserve spéciale de la Montagne d'Ambre. Celle-ci fait partie de la patrimoine nationale », a-t-il expliqué. Faut-il rappeler que la Montagne d'Ambre est le premier parc national créé à Madagascar en 1958.
Existence de réseau
Amido dans son explication n'exclut pas l'existence d'un réseau dans la déforestation qui sévit dans la Région Diana. De toute évidence, devait-il laisser entendre, des éléments des Forces de l'ordre, des responsables de la direction ou services de l'environnement et certaines autorités locales sont de mèche avec les auteurs de la déforestation dans ladite  région. « Sinon comment par exemple expliquer l'existence d'au moins 50 ateliers de menuiserie dans la Commune rurale d'Anivorano-Nord ? », a-t-il demandé.
A.Lepêcheur

1 Commentaire

  • Posté par Basil
    jeudi, 07 décembre 2017

    Dieu nous donne une ile pleine de ressources et de beauté. Nous avons ouvré à la détruire, jusqu'à ce que plus rien n'existe....

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ
  • Promulgation des lois électorales - La Constitution violée pour la énième fois
  • Négociateur du HVM - Maharante Jean de Dieu, une personnalité clivante
  • Initiative pour l'Emergence de Madagascar - Un premier forum international à Antananarivo

Editorial

  • Point de droit
    Aristote (384-322), un philosophe de la Grèce antique, l'auteur de la célèbre pensée « l'homme est un animal politique », dans son exposé thématique sur la vertu, prônait le concept du « juste milieu ». Il invitait toujours l'homme à chercher la médiane entre un « par défaut » et un « excès ».Une philosophie qui avait largement contribué ou influencé à la conception de la pensée occidentale. Une sagesse que le monde de l'Ouest, par la voie du dialogue, tente de prioriser autant que possible. La recherche du consensus marque les progrès dans toute démarche de règlement de conflit. On bannit toute tentative au fanatisme et à l'intégrisme.

A bout portant

AutoDiff