Publié dans Politique

Gestion de l'inflation - Le régime Hvm au bord du gouffre !

Publié le lundi, 04 décembre 2017

Comme si de rien n'était. Le dernier communiqué du Conseil des ministres tenu, samedi dernier au Palais d'Iavoloha, était vidé de toute considération de la population. Pourtant, le régime risque très gros en minimisant la situation de grande inflation actuelle au lieu d'affronter et résoudre le problème dans les plus brefs délais. En dépit des nombreuses interpellations tous azimuts sur la hausse vertigineuse des prix du riz et l'inflation en général, le régime Hvm fait carrément preuve d'indifférence.

Outre quelques communications relatives à des évènements gouvernementaux et ministériels et l'adoption de deux textes règlementaires, le Conseil des ministres s'est uniquement porté sur des nominations aux hauts emplois de l'Etat. Madagascar est probablement le seul pays où ces genres de nomination, qui doivent pourtant s'effectuer en début de mandat ou au moins à chaque remaniement ministériel, ont lieu presque à chaque Conseil des ministres.
Ce silence traduit que le régime est davantage préoccupé par les intérêts et les postes que par la gestion des affaires nationales. A l'approche des fêtes de Noël et de fin d'année, le prix du riz ainsi que des produits de première nécessité risque encore d'augmenter. Au lieu de résoudre le problème au plus vite, le régime Hvm perd ses moyens et continue même de se voiler la face malgré la menace sociale que cette flambée des prix risque de provoquer.
Cris d'alarme
Outre les nombreux articles parus dans les quotidiens de la Capitale rapportant la douloureuse inflation qui accentue la souffrance des Malagasy, le milieu universitaire a également lancé des cris d'alarme. Pas plus tard que vendredi dernier, les étudiants et les enseignants issus de la filière économie de la faculté Degs à l'Université d'Antananarivo sont sortis du silence pour dénoncer la situation d'inflation actuelle. Une lettre ouverte a même été adressée à la population malagasy dont le pouvoir d'achat ne cesse de dégringoler.
Samedi dernier, le ministre de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme, Onitiana Realy a procédé à la distribution de riz à plusieurs familles nécessiteuses d'Andavamamba. Une action ponctuelle qui ne pourra néanmoins pas soulager la population à long terme. Ce membre du Gouvernement a également fait part d'engagements non respectés par certains importateurs qui auraient importé d'autres marchandises au lieu du riz tout en annonçant la prise de mesures de contrôle dans ce sens. Des paroles, parmi tant d'autres du même genre, qui attendent une concrétisation à effet immédiat car l'explosion sociale n'est plus très loin. Une menace qui place directement le régime tout entier au bord du… gouffre.
Sandra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM
  • Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel
  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente
  • Grande Messe à Toamasina - Le Cardinal Tsarahazana crève l’abcès sur les mensonges d’Etat
  • Secteur énergétique - Haro du SEFAFI sur les mauvaises pratiques
  • Cardinal Désiré Tsarahazana - « Prions ensemble pour que notre foi se reflète dans nos actes »
  • Scission au sein du HVM - Mahafaly et Paul Rabary, candidats à la présidentielle
  • Cardinal Désiré Tsarahazana - Un discours rempli d’amour et de reconnaissance
  • Affaire CEG d’Analamahitsy - Les zones d’ombre persistent
  • Impartialité durant les élections - Jean Eric Rakotoarisoa rassure

Editorial

  • Cas d'exception ?
    Le rideau est tombé sur les manifestations publiques initiées par les 73 députés pour le changement sur le Kianja, le parvis de l'Hôtel de Ville, à Analakely. Le MAPAR/TGV d'Andry Nirina Rajoelina quitta, le premier. En effet, la dissolution du Gouvernement Mahafaly Solonandrasana Olivier et la nomination d'un nouveau Premier ministre, Ntsay Christian, se trouve à l'origine de la décision conformément au verdict de la HCC du 25 mai 2018. Certes, la totalité des revendications sur la Place du 13 mai n'avait pas encore été  exaucée, mais, le fait d'avoir pu écarter le Gouvernement HVM constituait déjà un grand point d'acquis. D'autant que le Gouvernement de consensus publiait, sans tarder, le calendrier électoral anticipé. C'est une avancée non négligeable !

A bout portant

AutoDiff