Publié dans Politique

Mauvaise gouvernance - Les Evêques dénoncent les mensonges et la démagogie en haut lieu

Publié le vendredi, 17 novembre 2017

 

Une semaine à peine après le discours cinglant de l’Archevêque d’Antananarivo, Monseigneur Odon Razanakolona à l’Université Catholique de Madagascar à Ambatoroka, la conférence des Evêques de Madagascar vient de lancer une nouvelle offensive à travers un message destiné à tous les malagasy, et qui date de jeudi dernier. 

 

Une politique basée sur le mensonge et de la démagogie, c’est ainsi que les Evêques catholiques résument la réalité dans le pays en ce moment.  « Le recherche permanente de richesses et la corruption de haut niveau règnent. L’argent et le pouvoir sont devenus maîtres. Ce ne sont plus la connaissance et la sagesse qui sont utilisées pour  le développement du pays », reprochent les Evêques. La question foncière qui échappe complètement au contrôle de l’Etat est particulièrement soulevée car, selon eux, les terrains ancestraux ont été vendus aux étrangers. Une situation qui crée des tensions voire des confrontations au sein des familles. En effet, les litiges fonciers figurent parmi les problèmes sociaux qui tiennent à cœur l’Eglise catholique.

Faut – il rappeler que l’Ekar, à travers la branche « Justice et Paix », a été parmi les premiers à dénoncer l’occupation d’une société d’exploitation minière chinoise à Soamahamanina. Beaucoup de riverains avaient protesté face à l’accaparement de leurs terrains dans ce sens. Après l’affaire Soamahamanina, d’autres situations similaires ont également été constatées dans plusieurs parties de l’île. A cela s’ajoutent les litiges fonciers qui font la une des actualités quotidiennes dans le pays et qui opposent le plus souvent des citoyens démunis à des sociétés ou ressortissants étrangers.

Un exemple à suivre

Concernant les difficultés sociales, les Evêques catholiques soulignent particulièrement la pauvreté, l’insécurité, l’inflation, la corruption. Autant de fléaux qui gangrènent la société malagasy et entretiennent la méfiance entre les citoyens. « La vérité est morte à Madagascar », selon le constat sans appel de la Cem. Sur un tout autre sujet en rapport à l’approche des élections, les Evêques catholiques redoutent déjà le retour en force des mauvaises pratiques politiques. « Les fausses promesses et les antagonismes créés volontairement entre différentes catégories de personnes vont – ils encore marquer les campagnes électorales ? », s’interroge la Cem. Notons que le message de la Cem annonce dans son entête la prochaine béatification de Lucien Botovasoa, un instituteur originaire de Vohipeno. Un martyr qui a mené une vie de chrétien exemplaire. C’est donc par rapport aux qualités de ce futur bienheureux de l’Eglise catholique que les Evêques ont formulé ce message.  « Y aura – t – il encore un malagasy qui osera se lever pour la vérité et pour l’amour de la patrie », s’interrogent les Evêques catholiques.  La Conférence des Evêques a ainsi lancé un vibrant appel à tous les malagasy pour sauver la patrie et suivre l’exemple de ce bienheureux.

Recueillis par Sandra.R

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Concurrence au sein du HVM - Rivo Rakotovao tacle l'ex - ministre Paul Rabary
  • Vie politique - Qui a peur des élections ?
  • Assemblée nationale - Quid de la déchéance des députés « caméléons » ?
  • Election présidentielle 2018 - Les candidats pressentis du HVM
  • Elections anticipées - Une obligation et non une option !
  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent

La Une

Editorial

  • Sale jeu !
    A quel jeu se livre-t-on exactement ? Sur terrain, une équipe hétéroclite dirigée par un « technocrate et n'appartenant à aucune formation politique » du nom de Ntsay Christian joue un match capital. En réalité, il s'agit d'un match où « tout le monde », coach, capitaine, joueurs, supporters et même les spectateurs sur le gradin, n'a pas le droit ni l'intérêt de perdre. A tout prix, l'équipe doit gagner !

A bout portant

AutoDiff