Publié dans Politique

Coliseum Antsonjombe - La Première dame snobe les collégiens

Publié le mercredi, 15 novembre 2017

Hier, une distribution de kits scolaires pour les élèves des Ecoles primaires publiques et des collèges d'enseignement général a eu lieu au Coliseum d'Antsonjombe. Les plus hauts dirigeants du pays ont été invités à participer à cet évènement, à savoir le Premier ministre, les membres du gouvernement, des parlementaires, des artistes et bien sûr le Président de la République Hery Rajaonarimampianina… seul.

La première dame Voahangy Rajaonarimampianina n'était pas de la fête. 
L'absence de la Première dame considérée comme la mère de la Nation a été vécue comme une déception totale par un certain nombre d'enfants et de parents qui espéraient voir la femme du Chef de l'Etat dont la présence a été pourtant annoncée sur les nombreuses affiches  de promotion de cet évènement pour remettre avec son époux, et les nombreux artistes, des kits scolaires aux enfants.
D'après les informations, l'épouse du Chef de l'Etat a en effet quitté le territoire national la semaine dernière.  Elle est donc restée à peu près un mois dans le pays avant de repartir. La Première dame n'a écourté son séjour à l'étranger et revenir à Madagascar uniquement pour assister aux funérailles de l'ancien Chef d'Etat Zafy Albert, pour accueillir la Princesse Anne du Royaume Uni et accompagner son mari lors de l'inauguration de la centrale thermique
à Ambohimanambola. Un certain nombre d'observateurs se posent toujours des questions sur les raisons pour lesquelles l'épouse Rajaonarimampianina préfère s'installer à l'étranger que de rester au pays.
En tout cas, ce n'est pas la première fois que l'épouse du Chef de l'Etat est attendue et qu'elle brille par son absence. Elle est coutumière du fait. Beaucoup se rappellent encore par exemple de l'inauguration en grande pompe de la bibliothèque et du centre multimédia de l'Ecole primaire publique d'Antanimbarinandriana. L'initiative de la construction de ces infrastructure appartenait soit- disant à la Première Dame et pourtant, cette dernière n'avait pas daigné faire le déplacement pour procéder à l'inauguration laissant le soin à son époux d'officier durant l'évènement. C'est à se demander si l'épouse du Chef de l'Etat ne dédaigne pas les enfants malagasy.
Déception et grogne
La cérémonie qui a eu lieu à Antsonjombe « marque l'importance du soutien au secteur éducatif pour le développement du pays », soutient le communiqué de Presse de la Présidence de la République. La Première dame ne voudrait-elle pas soutenir le secteur éducatif ?  En tout cas, d'autres cérémonies de distribution de kits scolaires « de précampagne » devraient, selon les informations, avoir lieu dans d'autres régions de la Grande île. Reste à savoir si ces occasions vont être saisies par la Première dame pour se rattraper.
Outre l'absence remarquée et remarquable de la Première dame, la distribution de kits scolaires d'hier à Antsonjombe a engendré son lot de déception et de grogne, notamment du côté des parents.  Soulignons que pour cet évènement,  les élèves devaient obligatoirement être accompagnés par un de ses parents obligeant ainsi ces derniers, tout du moins ceux travaillant,  de demander une permission auprès de leurs employeurs. Les enfants dont les parents ne pouvaient pas se libérer n'ont donc pas pu faire le déplacement à Antsonjombe et recevoir leurs kits scolaires… 
Certains parents s'insurgent également du choix du Coliseum pour procéder à cette distribution de kits scolaires. En fait, à cause de ce choix, des milliers de jeunes adolescents ont bravé le froid, le vent et les crachins, depuis la première matinée jusqu'au milieu de l'après-midi, et ce, sans avoir même mangé… afin de recevoir des kits d'une valeur de 6000 ariary.
Pire, à cause d'un manque de kits scolaires, certains écoliers et collégiens ont dû retourner chez eux bredouille. Ils recevront leurs kits dans leurs établissements scolaires, selon les explications des responsables. Ces élèves et leurs parents, dont certains sont issus de la campagne de la Région Analamanga par leurs propres moyens, ont donc fait le déplacement pour rien…
 A.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff