Publié dans Politique

Analamahitsy - Tentative d'assassinat sur un ressortissant français

Publié le lundi, 13 novembre 2017

Les agressions contre les membres de la communauté indopakistanaise de la capitale sont loin de se terminer. Pas plus tard qu'hier matin, c'était au tour de Moustapha Ameralli, un ressortissant français d'être visé du côté d'Analamahitsy. Ce père de famille était au volant de sa voiture, une Audi A6 qui fut bloquée dans un embouteillage se produisant sur une chaussée étroite, lorsque deux inconnus, masqués de cagoules, à bord d'une moto-cross rouge, l'ont abordé. Une fois que la moto se trouvait à la hauteur de la voiture, le passager a sorti une arme de poing pour faire feu, et ce, au moins à deux reprises, en visant particulièrement l'automobiliste.

Touché à la fois au visage et à son torse, l'indopakistanais, qui a survécu  aux tirs, a encore tenté une sortie et la Audi a embouti deux autres voitures. Le malheureux a voulu sortir de voiture mais il s'est écroulé aussitôt. Un projectile lui a fait éclater la joue et arracher ses dents ! Des curieux ont tenté de le sauver en attendant l'arrivée des secours qui l'ont évacué vers une clinique privée.  A l'heure où nous mettons sous presse son état reste critique.
Quant aux agresseurs, ils ont fait rapidement demi-tour, sitôt leur forfait accompli. Dans la trop grande précipitation de celui qui a piloté, le deux-roues a embouti la partie arrière d'un taxi-be. La violence du choc a fait éjecter à terre celui qui a tiré. Comme il n'a pu plus regagner son acolyte, qui a foncé sur la moto, l'assaillant a pris la fuite à pied et à travers un dédale de cimetière, l'arme au poing. Le fugitif avait la police aux trousses mais n'a jamais pu être attrapé, du moins selon une source policière.
Des témoins ont rapporté que la moto des agresseurs, dont on ignore l'identité et le mobile, a pris en filature l'Audi depuis que son conducteur a déposé ses enfants au lycée français d'Ambatobe. Des limiers du commissariat du 8e arrondissement et leurs collègues de la brigade criminelle ont ratissé le secteur jusque tard dans l'après-midi.
Règlement de comptes ?
Jusque-là, la thèse d'un règlement de comptes est privilégiée, du moins selon cette même source.
La succession des faits, en l'espace d'un week-end,  laisserait perplexe certains observateurs qui ont immédiatement fait un raccourci, en se demandant s'il n'y avait pas un lien entre le kidnapping raté de la fille du propriétaire indopakistanais d'un grand magasin de la Capitale vendredi, toujours dans cette même partie de la capitale, précisément à Ambatobe, et l'horrible agression subie par ce chef de famille…
En tout cas, seules les enquêtes permettront d'en savoir davantage sur cette affaire. Il faut noter par ailleurs que ce ressortissant karana ne s'est pas fait que des amis dans le milieu.  D'après certaines informations, lors de son incarcération à Tsiafahy il y a quelques années, il aurait ainsi été victime de harcèlement. En outre, des bribes d'information ont permis d'apprendre que ce ressortissant français d'origine indopakistanaise a mailles à partir avec des membres de sa communauté. Un différend avait même à l'époque été porté devant
le Tribunal. L'homme avait alors remporté le procès et son adversaire avait été condamné à plusieurs années d'emprisonnement.  Notons également que, souvent victime de harcèlement et d'extorsion de fonds,  le dossier concernant ce ressortissant français serait ainsi suivi de près depuis quelques temps par le Consulat de France, selon des informations recueillies auprès d'une source indiquée.
En l'espace de quelques mois, plusieurs membres de la communauté indopakistanaise ont donc été ciblés par des tirs d'armes à feu alors qu'ils étaient dans leurs voitures, pour ne citer que deux autres cas : En août dernier, le consul honoraire de Malaisie à Antananarivo avait été assassiné un jeudi soir en plein centre ville de la capitale de Madagascar, avait été abattu à bout portant par des coups de feu.  Douze mois plus tôt, un jeune ressortissant indopakistanais en vacances dans la Grande île avait été tué par un tir d'arme à feu  du côté de Mangasoavaina Besarety, alors qu'il était au volant de sa voiture.
Recueillis par A.R.

1 Commentaire

  • Posté par Nalma
    mardi, 14 novembre 2017

    raison de plus pour vivre ailleurs....

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff