Publié dans Politique

Assemblée nationale - Une semaine décisive…ou pas !

Publié le dimanche, 12 novembre 2017

Les regards seront rivés vers Tsimbazaza ce mercredi. Le projet de loi des Finances 2018 sera au cœur d’une séance plénière prévue à cette date d’après l’ordre du jour publié par la Chambre basse dans le cadre de la session budgétaire qui a débuté à la mi – octobre. Dans cette optique, la semaine au Parlement de Tsimbazaza pourrait être décisive ou pas, dans la mesure où l’issue des débats (s’il en aura) portant sur la Lfi est déjà prévisible. Alors que la saisie au fond de la commission des Finances et du budget devait encore se poursuivre ce mardi, le texte aurait déjà fait l’objet d’adoption par les parlementaires de cette commission, la semaine dernière. Une adoption hâtive qui n’annonce rien de très positif quant à la prochaine séance plénière de ce mercredi. 

 

Un autre texte sensible passera également à l’Assemblée nationale cette semaine, il s’agit du projet de loi N°015/2017 du 13 juin 2017 sur le recouvrement et l’affectation d’avoir illicite. Le texte sera au cœur de travaux par la Commission juridique à partir de demain. Une législation qui comporte de nombreux enjeux pour les prochaines échéances électorales de 2018 et risque donc d’être source de polémique.  

Interpellation  de la société civile

 Vendredi dernier, les organisations de la société civile rassemblées au sein de la Ccoc (Collectif des citoyens et des organisations citoyennes) ont lancé une interpellation concernant le retard dans la publication de la loi des Finances 2018. A une dizaine de jours de la date limite légale de dépôt du projet de loi de Finances, ce texte devrait déjà être accessible au public.

« Dans notre légitime droit d'avoir accès à ce texte pour pouvoir émettre des avis et ce afin que l'intérêt des populations guide effectivement l'examen et le vote des parlementaires, nous demandons que le Plf2018 soit rapidement mis en ligne et que l’État ne relâche pas ses efforts pour la transparence et la recevabilité qui sont des droits pour les citoyens et des outils incontournables pour nous permettre d'avancer vers un développement inclusif et pérenne », peut – on – lire dans un communiqué du Ccoc. Une interpellation également pertinente pour les membres de la presse qui n’ont pas encore reçu de copies de ce texte d’une importance capitale pour le pays !

 S. R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM
  • Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel
  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente
  • Grande Messe à Toamasina - Le Cardinal Tsarahazana crève l’abcès sur les mensonges d’Etat
  • Secteur énergétique - Haro du SEFAFI sur les mauvaises pratiques

Editorial

  • Horizon…2019 !
     Emergence, terme fétiche en cette fin de mandat du régime en place. Tellement, les barons aux cravates bleues terminent leur funeste parcours en coulant le pays. On dit qu’un objet émerge quand il remonte en surface et se trouve en contact avec l’air. Pour un homme, entièrement sous l’eau, le terme « émergence » indique pour lui l’idée d’une remontée en surface et lui offre la possibilité de pouvoir respirer l’air. Madagascar, en cinquante-huit ans d’indépendance, sauf la petite parenthèse des années 60, ne cessa de dégringoler. Une descente aux… enfers qu’aucun régime démocratiquement élu n’avait pas pu stopper tout au moins ralentir. En effet, à partir des années 70, le « navire Madagascar » commença à prendre de l’eau. Le comble du malheur, le drame s’aggrave d’année en année. La Deuxième République, le principal tombeur du pays, détruit tout. La dictature rouge de l’Amiral Didier Ratsiraka coula la Grande île. Le régime socialiste…

A bout portant

AutoDiff