Publié dans Politique

Rivo Rakotovao - Un candidat de substitution pour 2018

Publié le dimanche, 12 novembre 2017

A peine élu président du Sénat, Rivo Rakotovao a effectué une tournée qui l’a emmené dans la partie Nord du pays notamment du côté de Mahajanga. Lors de ce séjour, le numéro un du Palais de verre d’Anosy en a profité pour vanter les mérites du régime actuel. Pour de nombreux observateurs, le numéro deux du pays a visiblement effectué une précampagne en vue des élections de 2018. Une question que se sont posés quelques analystes est alors de savoir pour qui cette précampagne a été menée, pour l'actuel Chef de l'Etat Hery Rajaonarimampianina ou pour lui-même.  Rivo Rakotovao, candidat à l’élection présidentielle en lieu et place de Hery Rajaonarimampianina ? Voilà une hypothèse qui fait en effet actuellement son bonhomme de chemin actuellement.

Au sein des rangs du Hery vaovao ho an’i Madagasikara, l’éventualité est évoquée. Et se pose alors l’épineuse question du remplaçant. Quelques noms sont avancés dont celui de l’actuel président du Sénat.  Pour le moment, la possibilité d'une candidature de l'actuel Chef de l'Etat Hery Rajaonarimampianina pour un second mandat tient la corde. D’ailleurs tous les signes tendent vers un dépôt de candidature de l’actuel locataire d’Iavoloha pour se succéder à lui-même. Pour ne citer que le parachutage d’un des proches parmi les proches à la tête du Sénat ou encore l’élaboration de textes électoraux déjà très controversés au niveau des acteurs politiques et des organisations de la société civile. Au sein de la famille politique du numéro un de l’Etat, certains semblent néanmoins réfléchir déjà à un remplaçant le cas échéant. Autrement dit à devenir un candidat de substitution.  En tout cas, si Hery Rajaonarimampianina devait renoncer à sa propre succession il devrait appuyer une personnalité susceptible de reprendre le flambeau du parti Hvm. D'un point de vue statutaire et au regard des rapports de force politique, Rivo Rakotovao a pour bon nombre d’observateurs  le gabarit et la carrure  pour prétendre au poste. D’abord parce que l’homme est président d’un parti, en l’occurrence le parti Hvm.  En outre, Rivo Rakotovao bénéficie de la confiance indéfectible de l’actuel Chef de l’Etat Hery Rajaonarimampianina qui a toujours été ministre dans les divers Gouvernements depuis le début du régime actuel. Après avoir été ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, Rivo Rakotovao a été nommé au Sénat pour ensuite être propulsé à la tête de cette deuxième institution du pays.  Un poste stratégique car en cas de démission de l’actuel Chef de l’Etat, ce serait au numéro un de la Chambre haute d’être amené à prendre les rênes du pouvoir.  Dans les salons huppés de la Capitale, il se dit également que Rivo Rakotovao serait le seul à oser tenir tête et à recadrer le Chef de l’Etat si besoin était. Reste que le président national du Hvm est tout autant comptable que Hery Rajaonarimampianina du bilan calamiteux du quinquennat. Un argument qui ne joue pas en sa faveur dans l’éventualité d’une candidature de sa part.  

Recueillis par  A.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff