Publié dans Politique

Rivo Rakotovao - Un candidat de substitution pour 2018

Publié le dimanche, 12 novembre 2017

A peine élu président du Sénat, Rivo Rakotovao a effectué une tournée qui l’a emmené dans la partie Nord du pays notamment du côté de Mahajanga. Lors de ce séjour, le numéro un du Palais de verre d’Anosy en a profité pour vanter les mérites du régime actuel. Pour de nombreux observateurs, le numéro deux du pays a visiblement effectué une précampagne en vue des élections de 2018. Une question que se sont posés quelques analystes est alors de savoir pour qui cette précampagne a été menée, pour l'actuel Chef de l'Etat Hery Rajaonarimampianina ou pour lui-même.  Rivo Rakotovao, candidat à l’élection présidentielle en lieu et place de Hery Rajaonarimampianina ? Voilà une hypothèse qui fait en effet actuellement son bonhomme de chemin actuellement.

Au sein des rangs du Hery vaovao ho an’i Madagasikara, l’éventualité est évoquée. Et se pose alors l’épineuse question du remplaçant. Quelques noms sont avancés dont celui de l’actuel président du Sénat.  Pour le moment, la possibilité d'une candidature de l'actuel Chef de l'Etat Hery Rajaonarimampianina pour un second mandat tient la corde. D’ailleurs tous les signes tendent vers un dépôt de candidature de l’actuel locataire d’Iavoloha pour se succéder à lui-même. Pour ne citer que le parachutage d’un des proches parmi les proches à la tête du Sénat ou encore l’élaboration de textes électoraux déjà très controversés au niveau des acteurs politiques et des organisations de la société civile. Au sein de la famille politique du numéro un de l’Etat, certains semblent néanmoins réfléchir déjà à un remplaçant le cas échéant. Autrement dit à devenir un candidat de substitution.  En tout cas, si Hery Rajaonarimampianina devait renoncer à sa propre succession il devrait appuyer une personnalité susceptible de reprendre le flambeau du parti Hvm. D'un point de vue statutaire et au regard des rapports de force politique, Rivo Rakotovao a pour bon nombre d’observateurs  le gabarit et la carrure  pour prétendre au poste. D’abord parce que l’homme est président d’un parti, en l’occurrence le parti Hvm.  En outre, Rivo Rakotovao bénéficie de la confiance indéfectible de l’actuel Chef de l’Etat Hery Rajaonarimampianina qui a toujours été ministre dans les divers Gouvernements depuis le début du régime actuel. Après avoir été ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, Rivo Rakotovao a été nommé au Sénat pour ensuite être propulsé à la tête de cette deuxième institution du pays.  Un poste stratégique car en cas de démission de l’actuel Chef de l’Etat, ce serait au numéro un de la Chambre haute d’être amené à prendre les rênes du pouvoir.  Dans les salons huppés de la Capitale, il se dit également que Rivo Rakotovao serait le seul à oser tenir tête et à recadrer le Chef de l’Etat si besoin était. Reste que le président national du Hvm est tout autant comptable que Hery Rajaonarimampianina du bilan calamiteux du quinquennat. Un argument qui ne joue pas en sa faveur dans l’éventualité d’une candidature de sa part.  

Recueillis par  A.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff