Publié dans Politique

Incendie à Vohipeno - Des centaines de victimes délaissées par l’Etat

Publié le jeudi, 09 novembre 2017

La population du Fokontany de Fenoarivo, à Vohipeno lance un appel de détresse. Suite à un incendie qui s’est déclaré dans cette localité le 25 octobre dernier, les victimes attendent toujours une main tendue de l’Etat central. Pour en revenir aux faits, un incendie a dévasté le Fokontany de Fenoarivo, situé à 25km de Vohipeno. L’étincelle serait partie d’une maison où des enfants ont allumé un feu pour usage ménager mais a finalement causé  une catastrophe qui a réduit en cendres 47 maisons ainsi que 7 Tranobe, lieu d’habitation des « Ampanjaka », soit tout un village entier.

D’après les informations locales, seules 4 habitations ont été épargnées par le feu. Il s’agit du 3e incendie qui a ravagé la localité. Le dernier remonte en octobre  2016. « Nous lançons un vibrant appel à l’endroit du régime car la population ne sait plus sur qui compter et se sent complètement délaissée », a déclaré Koera Rakotoarivelo Félix, président de l’association Fiteza (Fikambanan’ny zanak’i Zanatsiragna) qui s’est fait porte – parole des habitants de Fenoarivo. Il déplore que l’incendie a provoqué d’énormes impacts aussi bien sur le plan social que psychologique. « La population est énormément en difficulté », soutiennent les membres du Fiteza. Pour l’instant, ils n’ont reçu aucune visite des responsables au niveau du Bureau national de gestion des risques et catastrophes (Bngrc) qui est normalement mobilisé dans un contexte pareil.Selon toujours les explications de cette association, les autorités locales sont actuellement en pleine exécution de procédures pour interpeller les autorités étatiques. Cette situation rappelle le cas de la population d’Antsakabary qui fut la victime d’incendie volontaire par des policiers au mois de mars dernier. Il a fallu attendre plusieurs mois après pour voir enfin une réaction de la part du Gouvernement.

S.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff