Publié dans Politique

Vente de la Villa Elisabeth - La famille Zafy innocente la Transition

Publié le jeudi, 09 novembre 2017

Ni le président de la Transition ni le vice-premier ministre démissionnaire candidat à la Présidence de la République ne sont responsables dans l’affaire dite Villa Elisabeth sise à Amboniloha. C’est  la révélation faite   hier après- midi par Serge Zafimahova,  unique porte-parole de la famille Zafy Albert au cours d’une conférence de presse au Centre Arrupe de Faravohitra.  Pour appuyer ses dires, le bras droit du défunt Professeur Zafy Albert, ancien Président de la République malagasy de rappeler que l’acte de  vente du terrain a été signé entre le vice-premier ministre  chargé du Développement et de l’Aménagement du Territoire de l’époque, Reboza Julien, et l’acquéreur, Mada terrain, le 24 janvier 2014.  Et lui de préciser ainsi que cette date correspond à la veille de la prestation de serment du Président de la République actuel. « Pensez-vous réellement que le Président de la Transition ou encore les autres membres du Gouvernement aient été au courant d’un acte effectué par un ministre à cette date ? », s’interroge Serge Zafimahova. Le conférencier de rajouter d’ailleurs qu’à ce fameux 24 janvier,  le numéro Un de la Transition avait d’autres préoccupations.

« Il faut être objectif », précise Serge Zafimahova, « le souci de numéro Un de la Transition à l’époque était la passation de service à Iavoloha, celui du Premier ministre était de gérer la prestation de serment, tandis que l’ancien vice- premier ministre démissionnaire n’avait plus aucune responsabilité à l’époque, c’était le ministre Julien Reboza qui était aux manettes ». Une manière à lui de réagir à ce qu’il qualifie de manipulation de l’opinion dans cette affaire.  De toute façon, devait signaler Serge Zafimahova, la procédure de vente n’a été finalisée que sous ce régime Rajaonarimampianina. Rappelant à cet égard que le terrain n’avait été enregistré que le 15 novembre 2016, que l’acte notarié n’a été établi que le 30 novembre 2016.  Ce représentant de la famille Zafy Albert renchérit en informant sur l’existence d’une procuration faite le 7 septembre 2017 par le ministre des Finances et du Budget au chef de service des logements et bâtiments administratifs, auprès de la direction du patrimoine de l’Etat, de représenter le Mfb à toute nécessité dans le cadre du transfert du titre d’une partie de la propriété. En tout cas, selon les révélations de Serge Zafimahova devant la presse hier également, le Président Zafy Albert n’a été mis au courant du  « partenariat public-privé » entourant la Villa Elisabeth que le 21 septembre 2017, lorsque ce dernier acquéreur du terrain  était venu le voir à son domicile. L’homme au chapeau de paille a envoyé l’acquéreur auprès de la direction du patrimoine du ministère des Finances et du Budget s’ils voulaient discuter du terrain. 

En somme, dans cette affaire, Serge Zafimahova accable le pouvoir actuel. « Mon rôle n’est pas de dire qui est le responsable. Cependant, dans les affectations de propriétés de l’Etat vers le secteur privé, il y a toujours deux ministères concernés à savoir le département des Finances et du Budget et le département chargé de l’Aménagement du territoire.  Dans la foulée, le bras droit de feu Professeur Zafy Albert a également réagi à l’annulation de l’acte de vente décidée par les actuels premiers responsables des départements ministériels cités supra. « C’est du cinéma », s’insurge Serge Zafimahova, qui précise qu’un arrêté ministériel ne peut suspendre un titre de propriété acquis par un privé. Une plainte au Bureau indépendant anti-corruption est faite pour dénoncer une corruption potentielle. Pour le porte-parole de la famille Zafy Albert, seul un recours déposé au niveau du Tribunal civil par la direction législation et contentieux  serait l’unique voie pour annuler la vente. 

Recueillis par   L.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Docteur honoris causa - Qui a induit en erreur Hery Rajaonarimampianina ?
  • Mauvaise gouvernance - Les Evêques dénoncent les mensonges et la démagogie en haut lieu
  • Séjour irrégulier à Madagascar - L'Etat joue avec le feu
  • Ambanja - Recrudescence de vol de vanille immature
  • Affaire « Villa Elisabeth » - Plusieurs individus auditionnés par le Bianco
  • Salon international de l'habitat - Evolution du professionnalisme des acteurs de la construction
  • Antsakabary - L'exaction policière filmée
  • Coliseum Antsonjombe - La Première dame snobe les collégiens
  • Commune urbaine d’Antananarivo - Vivement le contrôle du Bianco et de l’Ige, selon le deuxième adjoint au maire
  • Etablissements scolaires publics - Rajaonarimampianina infantilise le peuple

La Une

Editorial

  • Madame, s’il vous plait !
    Lors de la grand’messe du mercredi 15 novembre 2017 à Atsonjombe, la Première Dame de la République, Voahangy Rajaonarimampianina était absente. La « une » du journal du jeudi n’hésitait pas à  qualifier de « snoberie » le comportement. Dans les affiches de « publicité » ou d’encart dans les journaux, il a été bien stipulé, entre autre, « le couple présidentiel » ! Elle avait fait faux bond et laissait seul le Chef de l’Etat pour une attribution, normalement, dévouée à la « Mère de la Nation », assistée par les hauts responsables de l’Education Nationale, du fait qu’il s’agissait de distribuer des fournitures scolaires à certains élèves de la Capitale et environs. Sinon l’inverse, une tâche réservée aux agents du Men honorée par la présence de la première Dame, s’il le faudrait ! Pour sa part, le patron du Men peut, très bien, se faire déléguer aussi par les responsables au niveau des démembrements de l’Etat dans les Régions, les…

A bout portant

AutoDiff