Publié dans Politique

Forum de la diaspora malagasy - Une mascarade…

Publié le mercredi, 25 octobre 2017

Le tout premier Forum de la diaspora malagasy à l’initiative du ministère des Affaires étrangères malagasy ouvre ses portes aujourd’hui et pour une durée de trois jours. Le Village voara d’Andohatapenaka a été choisi pour abriter ce forum qui aura pour thème : « Zanak’i Madagasikara miara-mandrafitra ny ho avy iombonana ».  

 

Cet évènement de rassemblement des natifs et enfants de Madagascar dans le monde permettra de recueillir les attentes et tous les éléments pertinents de réflexion en vue de l’élaboration d’une politique nationale de la diaspora. Il s’agira, fait croire le ministre des Affaires étrangère Rabary Njaka, d’établir « une grande plateforme d’échanges et de dialogues soucieux de raffermir le lien entre Madagascar et sa diaspora ». 

Concrètement, le forum sera organisé de manière à permettre à la diaspora de s’exprimer et de décrire ses activités sur le plan économique, culturel et social ainsi que sur ses actions de promotion de Madagascar à l’étranger ; au secteur privé local de présenter les conjonctures de l’environnement des affaires et les opportunités de collaboration à saisir avec la diaspora malagasy.   Les questions qui intéressent la diaspora malagasy du monde entier y seront assurément débattues, comme le droit de vote.

En face, bon nombre de malgaches de l’extérieur y perçoivent une volonté du régime à travers le gouvernement d’avoir une certaine mainmise sur les membres de la diaspora. Nombreux  malagasy de l’extérieur émettent en effet des réserves sur les raisons  de l’organisation de cet évènement à une année des élections.  

En outre, l’on se pose la question de savoir pourquoi avoir organisé le forum à Madagascar ? Outre l’épidémie de peste actuelle dans le pays, qui aura d’ailleurs freiné les ardeurs, il ne faut pas oublier que les membres de la diaspora malagasy ont leurs occupations dans leurs pays d’adoption et que le fait de se déplacer dans la Grande île représente une charge non négligeable… 

Certains se demandent ainsi s’il n’a pas été plus opportun de tenir ce rassemblement dans un pays tel que la France notamment, et profiter par exemple de la tenue des Rencontres nationales sportives  malgaches, le rendez-vous événementiel annuel de la communauté malgache en France et en Europe, pour tenir en parallèle un forum de la diaspora ? Il est d’ailleurs intéressant de noter que la diaspora malagasy à travers le monde est estimée à 200 000 personnes dont la majorité se trouve en France. 

En tout cas, il est dès lors difficile d’imaginer que les membres de la diaspora qui participeront aux travaux à Andohatapenaka soient représentatifs de la diaspora malgache dans le monde. Plus de 200 participants sont attendus lors de ce forum. Un chiffre qui aurait pu être facilement doublé si c’est en Europe. En tenant le forum à Madagascar, les organisateurs semblent exclure bon nombre de ressortissants malagasy. Beaucoup d’observateurs craignent à juste titre que le forum dont l’initiative est plus que louable, ne se résume qu’à une simple mascarade de consultation. 

A.R.

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

La Une

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff