Publié dans Politique

Sénat - Honoré Rakotomanana sur le fil du rasoir

Publié le mardi, 24 octobre 2017

Annoncée pour hier, l’élection du vice-président du Sénat pour le compte de l’ancienne province de Mahajanga, en remplacement de l’actuel président de la Confédération africaine de football, Ahmad démissionnaire, n’a finalement pas eu lieu. L’on ne sait pas si l’élection a été reportée ou tout simplement annulée et aucun nom de candidat potentiel n’a filtré, du moins jusqu’à hier en début d’après-midi.

En tout cas, dans la matinée d’hier,  le bureau permanent du sénat s’est réuni, selon les informations. S’en serait suivi une brève conférence des présidents, avec des rencontres à huis clos entre d’une part le groupe parlementaire Hery vaovao ho an’i Madagasikara, regroupant pour la plupart les sénateurs Hvm élus, et d’autre part, le groupe parlementaire présidentiel, composée des sénateurs nommés sur le quota présidentiel. La question de l’ordre du jour du Sénat a été discutée, soutient un sénateur contacté au téléphone. Même si personne n’en a touché mot, force est d’estimer que la destitution du président du Sénat Honoré Rakotomanana et certainement le bureau permanent du Sénat a sans doute été évoquée durant ces différentes rencontres.  « Toutes les décisions que nous avons prises ont été faites dans un souci d’arranger les choses. Mon souhait et celui de bon nombre de mes confrères est que tout suive les lois et les règles », a indiqué le vice-président du Sénat Kolo Roger élu sous les couleurs du Hvm au Sénat hier. Des propos qui ouvrent le champ des possibilités mais laissent en tout cas sous entendre des divergences d’idées entre les sénateurs à la cravate bleue. La question est de savoir si ces divergences peuvent avoir un lien avec la destitution du président du Sénat.
Depuis la nomination du président national du parti au pouvoir le Hery Vaovao ho an’i Madagasikara, Rivo Rakotovao au Sénat, bon nombre d’analystes estiment que les jours de l’actuel président de la Chambre haute du Parlement à la tête de cette institution sont comptés. Il est de plus en plus question de remanier le bureau permanent du Sénat. L’objectif serait de mettre à la place d’Honoré Rakotomanana, le nouveau Sénateur Rivo Rakotovao. Une nouvelle étape dans sa procédure de destitution aurait ainsi été passée hier avec ces réunions dans les travées du palais de verre d’Anosy. Pour la plupart des observateurs, les manœuvres de coulisses semblent avoir débuté pour déchoir le tenant du perchoir.  Honoré Rakotomanana, président du Sénat depuis février 2016, est issu du quota présidentiel. Institutionnellement, Honoré Rakotomanana est le deuxième personnage de l’Etat et il est censé prendre la tête de l’Etat au cas où le président de la République Hery Rajaonarimampianina se représenterait à la ligne de départ de la course à la magistrature suprême.  Cependant, il semble être victime d’un manque de confiance de la part des têtes pensantes du régime.
Recueillis par A.R.

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana et Riana R. - L’heure de rendre des comptes !
  • Menace du TIM - Un pansement sur une jambe de bois
  • Vote historique - Tana élit un maire pro-régime pour la première fois !
  • Restitution des îles malagasy l'océan Indien - L'Etat lance la mobilisation nationale
  • Confrontation de listes électorales - Le TIM se trompe de porte
  • Ambovombe Androy - Un candidat attaque la CENI
  • Haute Cour de Justice - Dix dossiers transmis à l’Assemblée nationale
  • Assainissement de la liste électorale - Une affaire de tout un chacun
  • Tension politique et santé publique - Mialy Rajoelina apporte fraîcheur et assurance
  • Parti HVM - Plus de raison d'être

La Une

Editorial

  • Quid de la souveraineté nationale
    Rajoelina Andry Nirina consulte. Le Gouvernement relance et mobilise. Et pour cause, la souveraineté nationale piétinée. A l’approche du 40ème anniversaire de la résolution 34/91 de l’assemblée générale des Nations Unies du 12 décembre 1979 donnant gain de cause à l’Etat malagasy sur la question des Iles Eparses (Les Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, Europa et Tromelin), le pays s’apprête à faire valoir son droit. A travers cette historique résolution, l’ONU reconnait la souveraineté de Madagasikara sur ces « perles » de l’océan Indien et recommande à la France d’entamer le dialogue avec l’Etat malagasy en vue de la rétrocession.   Quarante ans après, rien ne bouge ! Les bases d’un vrai et authentique dialogue n’ont même pas  été jetées. La France évite et crée des manœuvres dilatoires. Bref, elle se moque indifféremment.Le Gouvernement malagasy en place, dans son droit les plus légitimes, relance « l’affaire ». Selon le porte-parole Lalatiana Rakotondrazafy, ministre…

A bout portant

AutoDiff