Publié dans Politique

Peste à Antananarivo - Vingt morts en un mois

Publié le mercredi, 11 octobre 2017

500 cas dont 54 décès depuis le mois d’août jusqu’à hier. Tel est le dernier bilan sorti hier par le ministère de la Santé publique (Msp) concernant l’épidémie de peste pulmonaire et bubonique au niveau national. Pour le Grand Tanà, incluant la Capitale, l’Avaradrano et l’Atsimondrano, 37 nouveaux cas et 4 décès sont enregistrés le 11 octobre.

Ainsi, l’agglomération d’Antananarivo compte 276 cas dont 25 décès depuis la saison pesteuse, en avance cette année. Pour la ville d’Antananarivo, le Bureau municipal d’hygiène (Bmh) note 20 décès en un mois, dont le premier est survenu le 11 septembre au sein du centre hospitalier de Soavinandriana (Homi). Ainsi, la ville des Mille se trouve en haut du classement quant au nombre de victimes de la peste, que ce soit les décédés ou les vivants, dépistés et traités à temps. D’ailleurs, une vingtaine de Fokontany en sont classés comme « zone rouge ».
Dur labeur pour le Bmh
« Nous nous chargeons du traitement des cadavres, de leur transport et de l’enterrement au cimetière d’Anjanahary. Aujourd’hui (ndlr hier), nous avons récupéré 2 corps à la morgue de l’Hjra le matin. Leur enterrement se fera en fin d’après-midi », nous confie Durand Derys Herivonona, Directeur de la Santé et de l’Hygiène auprès du Bmh. Pour ce faire, les agents mobilisés par ce bureau rattaché à la Commune urbaine d’Antananarivo travaillent jour et nuit depuis l’épidémie de peste. « Dimanche dernier, l’enterrement de 4 victimes s’est fait jusqu’à 4h30 du matin. C’est pourquoi nous réclamons des lampes frontales pour le bon déroulement de notre mission », ajoute ce premier responsable. Selon ses explications, le traitement des cadavres consiste notamment à les imbiber de produits de désinfection avant de les sceller dans des sacs mortuaires et de les mettre dans les cercueils. « Nos agents suivent ensuite le trajet le plus court pour le transport des victimes au cimetière. Une fois sur place, nous suivons également des étapes pour offrir un enterrement digne aux victimes », souligne notre source. A noter que jusqu’à maintenant, l’enterrement s’est toujours fait avec le consentement des familles, malgré la réticence des certaines d’entre-elles. 
Patricia Ramavonirina

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff