Publié dans Politique

Ambohitrarahaba - Une fillette retrouvée avec les yeux de son frère assassiné

Publié le mardi, 10 octobre 2017

Dans la journée d’hier, la photo d’une petite fille de 6 ans a été largement partagée sur les réseaux sociaux. Résidente à Ambohitrarahaba, sa disparition a été déclarée en début d’après- midi. Quelques heures après, une information annonçait qu’elle est retrouvée saine et sauve du côté d’Anosiala Ambohidratrimo en errant dans les buissons avec un panier entre les mains. Emmenée à la Gendarmerie d’Ambohidratrimo, les Forces de l’ordre auraient trouvé dans le dit panier des globes oculaires. Ils appartiendraient au frère de la fillette qui a été sauvagement assassiné dans leur résidence à Ambohitrarahaba. 

 

Le corps sans vie de ce garçon de 12 ans  y a été découvert par la mère de famille qui rentrait de son occupation quotidienne vers 16 heures. Grande fut sa surprise en voyant la maison fermée et quand son appel n’a reçu le moindre écho. En parvenant d’y pénétrer, elle a  découvert le corps de son fils de  12 ans dans la douche. Celui-ci  a été attaqué avec une machette ou par un objet tranchant. Un véritable acte de barbarie. Après avoir tué le garçon, le ou les malfaiteurs ont emmené avec eux  sa sœur de 6 ans et de la laisser ainsi du côté d’Anosiala. Une des pièces de la maison se trouvait en sens dessus dessous comme si les inconnus cherchaient quelque chose. Tout ce drame s’est produit pendant l’absence des adultes, qui ont vaqué à leur 

travail.  Les enquêteurs affichent encore une très grande prudence pour ne pas dévoiler l’évolution  de l’enquête en cours, gageons que quelques indices seraient déjà à leur portée. « Toute tentative pour dire davantage  risquerait de fausser  l’enquête », s’est contenté d’avancer  une source porche de l’enquête.  

  Franck Roland

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff