Publié dans Politique

Grève générale illimitée - Les magistrats et les greffiers durcissent le ton

Publié le lundi, 09 octobre 2017

Face au comportement du pouvoir central qui fait la sourde oreille aux demandes des employés de la justice en maintenant sa position inexplicable, le Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm) et le Syndicat des greffiers de Madagascar (Sgm) entendent durcir le ton. Au 14è jour de grève des magistrats et des greffiers de Madagascar, le conflit semble donc s’enliser.  Le débrayage illimité des magistrats et des greffiers se poursuivra cette semaine encore. Les activités restent donc paralysées dans le secteur judiciaire malgache jusqu’à nouvel ordre.

Une manière pour les magistrats et les greffiers de soutenir que le mouvement ne connaît pas d’essoufflement.  Loin de s’essouffler, dans les Régions, la grève est même en train de se durcir. Et ce, suite aux intimidations dont sont victimes certains grévistes.  Le délégué du syndicat des magistrats à Fianarantsoa, Andriatsivaliana Oelinjaka a réitéré hier que la grève se poursuivra cette semaine en attendant le rapprochement avec le ministère de la Justice. Toutes les audiences dans le pays sont renvoyées et aucun service minimum n’est assuré, notamment à Fianarantsoa et Mahajanga.  Tous les tribunaux et cours du pays resteront fermés, à l’exception notable
du Tribunal de première instance d’Antananarivo, où des forces de l’Emmoreg étaient, pour rappel, descendus le deuxième jour de la grève des magistrats et des greffiers.  En tout cas, les hommes en toge et les auxiliaires de justice, en grève depuis le 27 septembre dernier, ont tenu une réunion hier dans la matinée.
Le Smm et le Sgm sont, rappelons-le, entrés en grève le mercredi 27 septembre dernier. Les deux syndicats avaient décidé de faire front commun pour se faire entendre par le ministère de la Justice. Les greffiers réclament principalement une amélioration de leur condition de travail. Les juges réclament plus d’indépendance.  En effet, les magistrats dénoncent notamment les pressions subies de la part du pouvoir ou encore l’ingérence de l’Exécutif dans les décisions de justice. Faut-il rappeler qu’en quatre mois, c’est la troisième fois actuellement que les magistrats notamment sont en grève pour ces raisons. Ils réclament des mesures et des réformes. Lors de la conférence de presse destinée à annoncer la grève illimitée, Fanirisoa Ernaivo, présidente du Smm avait notamment cité l’encadrement de la subordination hiérarchique et la communication de dossier, l’application des décisions de justice, ou encore la réforme du statut de la magistrature et une réforme du Conseil supérieur de la magistrature. L’existence de conflits entre le fait d’être membre du Csm ou d’être chef de cour ou de juridiction avait été pointée du doigt. Pour les deux syndicats, pas question de retourner dans les salles d'audience tant que leur ministère de tutelle n'aura pas apporté de solutions concrètes à leurs revendications. Ce qui ne semble pas être dans les priorités du gouvernement actuel. En tout cas, malgré la grève, les magistrats et les greffiers sont disposés à entamer le dialogue. Las des promesses sans lendemain qui ne satisfont que ceux qui les distillent, les deux syndicats exigent toutefois du concret et rien d’autre. Ils réclament notamment un calendrier précis de réalisation des solutions à leurs revendications. Le tempo de la grève sera maintenu jusqu’à ce que toutes les conditions posées pour la reprise soient réunies.
Recueillis par A.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Professeur Zafy Albert - Un dernier « Mada Raid » vers le Nord
  • Régime Rajaonarimampianina - Fierté dans la médiocrité
  • Madagascar en deuil - Le Père de la démocratie tire sa révérence
  • Air Madagascar - Besoa Razafimaharo, nouveau Dg
  • Conseiller du Président de la République - Un parc automobile luxueux et coûteux
  • Lutte contre la peste - La Première Dame s'approprie les dons onusiens
  • Peste à Antananarivo - Vingt morts en un mois
  • Victime d'un Avc - Albert Zafy dans un état comateux
  • Epidémie de peste - Où sont-elles, que font-elles ?
  • Ambohitrarahaba - Une fillette retrouvée avec les yeux de son frère assassiné

La Une

Editorial

  • Orpheline
    Zafy Albert, celui qui fut pris pour le « chantre » de la démocratie, disparait à l’âge de 90 ans. La démocratie perd l’un de ses plus grands défenseurs, sinon son père. Avec lui disparait, aussi, la vertu de l’humilité et de la probité. Propulsé au sommet de l’Etat des suites des contestations populaires au début des années 90 mettant fin au long règne de l’Amiral rouge Didier Ratsiraka, le Professeur Zafy Albert inaugura un nouveau style de gouvernance. Président de la Haute Autorité de l’Etat, HAE, il assuma la fonction de Chef de l’Etat, en tandem avec un certain Guy Willy Razanamasy à la Primature, et ce, grâce à la « Convention de Panorama » en 1991.  Mais, le « couple » ne devrait pas durer assez longtemps ! L’élection présidentielle de 1993, tout juste après un Référendum constitutionnel, devra le confirmer au poste de premier Président de la Troisième République. 

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff