Publié dans Politique

Epidémie de peste - Une partie des malagasy redoute une manipulation politique

Publié le lundi, 09 octobre 2017

La peste sévit-elle vraiment à Madagascar? La question revient souvent au cours des discussions des citoyens lambda dans les véhicules de transport en commun ou dans les marchés de quartiers. Une grande partie des malagasy doute encore de l'existence de cette épidémie de peste qui continue pourtant de faire des morts jour après jour. Certains redoutent même une nouvelle manipulation politique des dirigeants.

Une épidémie à caractère politique. C'est ainsi qu'une partie des malagasy perçoivent la peste en ce moment. Malgré les déclarations tonitruantes des dirigeants sur la menace de l'épidémie et les mesures y afférentes, la population demeure sceptique. L'on se rappelle qu'il a fallu le décès d'un ressortissant seychellois pour que le Premier Ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana et quelques membres de son gouvernement réagissent. Des réactions qui sont davantage perçues par la population comme des gesticulations qu'une véritable alerte au danger.
En effet, alors que le nombre de décès approche déjà la cinquantaine, une grande partie de la population doute encore de la véritable existence de la peste.  D'autant plus que les mesures annoncées pour endiguer l'épidémie ne sont pas assez drastiques. Du côté du stationnement sis au « Fasan'ny karàna » par exemple, aucun contrôle lié à la peste n'est effectué pour les véhicules de transport exerçant dans la zone régionale. Au départ comme à l'arrivée, le contrôle est inexistant selon les témoignages des passagers.
Méfiance envers les dirigeants
Dans certaines localités situées à seulement quelques dizaines de kilomètres de la Capitale voire plus, la peste n'est qu'une vague rumeur. Certains habitants vont même jusqu'à croire que cette question de peste n'est qu'une question politique destinée à déstabiliser la population et utiliser par les tenants du régime pour quémander des financements auprès de la communauté internationale. Pour bon nombre de citoyens, la peste n'est donc que le fruit de l'imagination des dirigeants.La citation célèbre qui affirme que « l'on ne croit plus celui qui menti une fois, alors même qu'il proclame la vérité », illustre parfaitement la situation actuelle.
Une triste réalité qui traduit, une fois de plus, une absence totale de confiance des malagasy envers le régime. Un régime déjà habitué à mentir à son peuple à tel point que ce dernier n'arrive plus à accorder la moindre confiance. A force de mensonges en série et de fausses promesses venant des dirigeants, la majorité de la population ont, cette fois - ci, beaucoup de mal à les croire. Par ailleurs, cela est également le résultat d'une communication plus que défaillantedes autorités étatiques aussi bien pour la sensibilisation des ménages sur l'épidémie que sur les mesures de prévention.
S.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Trafic de bois de rose - Un colonel et un ex-chef de District déférés devant la Chaîne pénale
  • Ressources minières - Madagascar, premier exportateur mondial de saphir
  • Assaut de la prison d’Ikongo - Condamnation unanime des magistrats et des pénitentiaires
  • Pension de retraite pour les parlementaires - Bottée en touche par l’Exécutif
  • Féculerie de Marovitsika Moramanga - Vive tension autour des terrains agricoles
  • Affaire de Claudine Razaimamonjy - Un ancien responsable des marchés publics en prison
  • Refus d’une décision de justice - 800 personnes prennent d’assaut la prison d’Ikongo
  • Sefafi - « Une période électorale de tous les dangers »
  • Constats sur la Première dame - Des parlementaires défendent leur patronne…
  • Forum de Dakhla - Hajo Andrianainarivelo représente Madagascar

La Une

Editorial

  • L'ingérable
    La Grande île échapperait-elle à tout contrôle ? Les dirigeants, maîtres de ce régime, ne parviendraient-ils pas à maîtriser la gestion des affaires nationales ? Tout porte à croire que le pays est sens dessus dessous ! Une cacophonie d'indiscipline et de cafouillage où tout semble, apparemment, permis.

A bout portant

AutoDiff