Publié dans Politique

Révision de la Constitution - Une velléité à effacer les traces d'Andry Rajoelina

Publié le lundi, 18 septembre 2017

Rester à tout prix. Telle semble être la principale devise du Président Hery Rajaonarimampianina et de son parti Hvm en ce moment. Après 4 années passées à la tête de la magistrature suprême du pays, l'ancien Grand argentier semble avoir pris goût au pouvoir. Déjà sanctionné d'une cote d'impopularité qui bat tous les records des Présidents ayant gouverné Madagascar, le locataire d'Iavoloha veut pourtant conserver son fauteuil par tous les moyens. L'on se souvient, par exemple, du déploiement spectaculaire d'éléments des Forces de l'ordre pour empêcher toute manifestation citoyenne, aussi pacifique soit - elle,  sous prétexte de menace de trouble à l'ordre public. Une forme d'intimidation de la part d'un régime fragile qui craint la liberté d'expression.

L'on peut également citer les nombreuses opérations de séduction faites à l'endroit des parlementaires, des députés en l'occurrence, à chaque fois que ces derniers brandissent la menace de déchéance ou de motion de censure. Et récemment, la dernière parade de Hery Rajaonarimampianina fut de lancer la perspective d'une retouche de la Constitution. Une Constitution dont il fut pourtant parmi les artisans de son adoption par référendum en 2010. Faut - il encore rappeler que Hery Rajaonarimampianina fut membre du Gouvernement de transition en tant que ministre des Finances et du Budget. Il fut donc dans la même équipe exécutive qui a fait voter la Constitution de la IVe République. Mais à cette époque, il n'a trouvé rien à dire sur ce texte suprême.
L'art de renier
Plus d'un sait en ce moment que le Président Hery Rajaonarimampianina excelle dans l'art de renier ses alliés politiques et ses compagnons de lutte. Ses amis d'aujourd'hui pourraient devenir ses ennemis de demain. La plateforme Mapar (Miaraka amin'i Prezida Andry Rajoelina) fut sa première victime. Une famille politique qui l'a conduit au pouvoir mais qu'il a tout bonnement reniée sitôt arrivé sur son fauteuil présidentiel. Lors des nombreux remaniements du Gouvernement, il n'a pas non plus hésité à sacrifier des personnes qui avaient pourtant œuvré en sa faveur à l'instar des Attalah Béatrice, Narson Rafidimanana ou encore Claudine Razaimamonjy.
En plaidant en faveur d'une révision de la Constitution, le Chef de l'Etat lance, une fois de plus, un doigt d'honneur à son ancien mentor Andry Rajoelina. L'on se demande d'ailleurs pourquoi à l'approche de la présidentielle 2018, le numéro un de l'Exécutif et son entourage trouvent soudainement des défaillances dans la Constitution mais n'ont pas manifesté cette envie tout le long de son mandat. Ce qui confirme davantage la preuve d'une mauvaise foi et d'une manœuvre de prolonger son mandat et d'éliminer ses adversaires politiques.
Tout porte à croire que l'ex - candidat qui avait revêtu le dossard n°3 lors des présidentielles 2013, veut effacer toutes les traces de l'ancien homme fort de la Transition. L'on constate en ce moment que toutes les infrastructures construites durant la période transitoire sont actuellement laissées en dérision par le régime  au lieu d'être inaugurées  pour servir l'intérêt de la population.  A l'instar des hôpitaux « Manara - penitra », des stades « manara - penitra » dans plusieurs parties de la Grande île qui attendent leur inauguration.
A. R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Professeur Zafy Albert - Un dernier « Mada Raid » vers le Nord
  • Régime Rajaonarimampianina - Fierté dans la médiocrité
  • Madagascar en deuil - Le Père de la démocratie tire sa révérence
  • Air Madagascar - Besoa Razafimaharo, nouveau Dg
  • Conseiller du Président de la République - Un parc automobile luxueux et coûteux
  • Lutte contre la peste - La Première Dame s'approprie les dons onusiens
  • Peste à Antananarivo - Vingt morts en un mois
  • Victime d'un Avc - Albert Zafy dans un état comateux
  • Epidémie de peste - Où sont-elles, que font-elles ?
  • Ambohitrarahaba - Une fillette retrouvée avec les yeux de son frère assassiné

La Une

Editorial

  • Orpheline
    Zafy Albert, celui qui fut pris pour le « chantre » de la démocratie, disparait à l’âge de 90 ans. La démocratie perd l’un de ses plus grands défenseurs, sinon son père. Avec lui disparait, aussi, la vertu de l’humilité et de la probité. Propulsé au sommet de l’Etat des suites des contestations populaires au début des années 90 mettant fin au long règne de l’Amiral rouge Didier Ratsiraka, le Professeur Zafy Albert inaugura un nouveau style de gouvernance. Président de la Haute Autorité de l’Etat, HAE, il assuma la fonction de Chef de l’Etat, en tandem avec un certain Guy Willy Razanamasy à la Primature, et ce, grâce à la « Convention de Panorama » en 1991.  Mais, le « couple » ne devrait pas durer assez longtemps ! L’élection présidentielle de 1993, tout juste après un Référendum constitutionnel, devra le confirmer au poste de premier Président de la Troisième République. 

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff