Publié dans Politique

Malagasy miara-miainga - Non à une révision constitutionnelle, oui à une élection en 2018 !

Publié le mercredi, 13 septembre 2017

Au moment où le débat s'amplifie autour d'un projet de révision de la Constitution, le Malagasy miara-miainga  s'est également lancé dans l'arène.  Le parti présidé par Hajo Andrianainarivelo a affiché son opposition à tout projet de retouche de la Constitution et martelé l'importance d'une élection présidentielle en 2018

Dans une déclaration rendue publique hier dans le début de l'après- midi à son quartier général à Ankerana, à l'issue d'une réunion marquant sa rentrée politique, la formation politique du Malagasy miara-miainga a rejeté « fermement » toute idée de révision de la loi fondamentale devant régir la vie publique à Madagascar avant le scrutin présidentiel de 2018. Ce parti d'opposition émet notamment des réserves sur la nécessité et l'opportunité de procéder à de telles retouches à l'heure actuelle.
Pour le Mmm,  la révision de la Constitution dans le contexte actuel « n'est pas une urgence ». En effet, « malgré les imperfections dans cette loi fondamentale, une retouche n'apportera aucune solution aux difficultés dans le pays, n'apportera aucune amélioration à la vie quotidienne de la population et n'apaisera pas les maux actuels », indique la déclaration du Mmm.
Pour  le leader du Mmm et ancien vice-Premier ministre durant la Transition Hajo Andrianainarivelo , aucune raison valable n'expliquerait un amendement de la Constitution, notamment pour supprimer l'article 46 de la loi fondamentale qui dispose du seuil de l'âge de tout candidat pouvant se présenter au scrutin présidentiel, fixé à trente-cinq ans dans l'actuel texte, et l'obligation pour le Président-candidat de présenter sa démission 60 jours avant la tenue du scrutin. Une disposition constitutionnelle qui indispose visiblement le régime Hvm lequel serait enclin à le supprimer, à entendre les propos du Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier au cours d'une de ses inaugurations récentes.
Tripatouillage
Répondant aux zélateurs du régime Hvm qui soutiennent que la Constitution actuelle serait mal élaborée, pour motiver la nécessité de cette révision constitutionnelle et d'un référendum, Hajo Andrianainarivelo s'interroge sur les raisons pour lesquelles le pouvoir n'a pas eu l'idée de procéder à ce tripatouillage jusqu'à maintenant. 
Certains fidèles du parti au pouvoir arguent aussi que la Constitution n'a pas été consensuelle pour évoquer l'importance d'une retouche. Hajo Andriainainarivelo donne la réplique en soutenant que le Président de la République n'a également pas été élu
de manière consensuelle, cependant étant donné qu'il a été élu par la majorité, et il importe de respecter le choix de la majorité au même titre que la loi fondamentale.
En outre, ce dernier de rappeler que le référendum ayant abouti à l'adoption de l'actuelle Constitution a été voté par la première version de la Commission électorale nationale indépendante pour la Transition (Cenit) dont plusieurs membres sont au sein de l'actuelle Commission électorale nationale indépendante (Ceni). « Cela veut-il donc dire que l'actuel Ceni n'est pas digne de confiance ? », s'indigne-t-il.
On évoque également les failles du texte fondamental notamment en ce qui concerne la nomination d'un Premier ministre pour expliquer une révision. « Le problème n'est pas la nomination du Premier ministre mais le fait que le Président actuel n'avait aucun élu. Si la Constitution avait été appliquée stricto-sensu il n'y aurait eu aucun problème.  En fait, si le Président a eu du mal à choisir un Premier ministre c'est parce qu'il n'a tout simplement pas été préparé à prendre le pouvoir », réplique Hajo Andriainainarivelo.
Manœuvre dilatoire
Lancé à quelques encablures de la fin du mandat de Hery Rajaonarimampianina, ce projet de révision de la Constitution n'est donc ni plus ni moins qu'une manœuvre dilatoire, une façon pour le « pouvoir de perdurer au pouvoir », selon Hajo Andrianainarivelo, qui soutient que si le pouvoir Hvm avait pensé à apporter ses retouches « il aurait dû le faire en début de mandat ».
En tout cas, pour le Mmm le pouvoir actuel ne mérite plus de continuer son travail après le 25 janvier 2019 date à laquelle prend fin officiellement le mandat de Hery Rajaonarimampianina. Et le parti d'opposition a rejeté de la sorte toute idée de reporter l'élection du Président de la République consécutivement à un référendum constitutionnel ou non. « Ces élections sont les garants d'une stabilité à long terme de Madagascar », soutient l'ancien numéro deux du Gouvernement de Transition. 
Et de rajouter par la même que : « Pour que l'espoir persiste pour le pays, l'élection présidentielle doit avoir lieu en 2018. Les lois régissant cette élection et le calendrier électoral doivent être en raccord avec la Constitution et doivent garantir l'égalité de tous les candidats ».  Le Mmm appelle « le peuple malagasy à préparer les élections du 26 janvier 2019 le plus sereinement pour que le Président et un autre régime voient le jour à Madagascar, dans le cas contraire nous n'accepterons jamais que ce mandat se poursuive ad vitae aeternam ». 
Lalaina Andriamampionona

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Expulsion de l'île Juan de Nova - Plainte des pêcheurs malagasy contre la marine française
  • Conjoncture politique - Qui veut éliminer « Neny » Lalao Ravalomanana ?
  • Jean Omer Beriziky - Le Président Rajaonarimampianina, source de la déstabilisation
  • 72e sommet des Nations unies - Ultime test de patriotisme pour Hery Rajaonarimampianina
  • Constitution de la IVe République - Les violations flagrantes du régime…
  • Président Hery Rajaonarimampianina - Un soudain sursaut de réveil pour les archives
  • Révision de la Constitution - Une velléité à effacer les traces d'Andry Rajoelina
  • Trafic de drogue et attaques - Deux gendarmes épinglés
  • Mesures contre les accidents - Rien que des effets d'annonce
  • Ville d’Ambatondrazaka - Le journal « La Vérité » censuré

La Une

Editorial

  • Désavoué
    La lune de miel du tandem Iavoloha-Anosikely n'a duré qu'un seul été ! Le locataire d'Iavoloha et le tenant du perchoir d'Anosikely, en couple de raison, formait un ménage apparemment solide. Mais très vite, le mari s'est rendu compte que sa « belle conquête » parait trop…âgée pour affronter efficacement l'avenir.

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff