Publié dans Politique

Régime Rajaonarimampianina - Le Seces déplore une violation répétée de la Constitution

Publié le lundi, 11 septembre 2017

Le Syndicat des enseignants chercheurs et chercheurs enseignants (Seces), branche Antananarivo, a exprimé sa position par rapport  à plusieurs sujets d’actualité d’ordre socio – politique à travers un communiqué hier. Sur le plan politique, le Seces dénonce vivement une violation répétée de la Constitution. « Nous constatons une violation trop fréquente de la Constitution ainsi que l’Etat de droit. La population n’a aucune confiance envers les Forces de l’ordre à cause de l’insécurité qui frappe les campagnes. La même insécurité qui terrorise la population urbaine », souligne sa déclaration.

Concernant la polémique autour d’une éventuelle révision de la Constitution, les enseignants chercheurs estiment qu’une concertation nationale devrait être organisée avant toute révision de la Constitution ou autres textes régissant les élections dans le but de prévenir les troubles post – électoraux.
Gabegie
Sur le terrain social, le syndicat déplore le fait que les Malagasy continuent de vivre dans une extrême pauvreté et sont en plus victimes de discrimination par rapport aux étrangers. Le Seces dénonce également l’absence de transparence dans la gestion des affaires de l’Etat.  De leur côté, les dirigeants continuent de fermer les yeux face à la gabegie qui règne en maître dans l’exploitation des ressources naturelles sur tout le territoire national. Le Seces préconise ainsi la révision de même que la vulgarisation des textes relatifs au domaine foncier.
Le syndicat lance également un appel à l’endroit des autorités afin d’assumer leurs responsabilités dans le respect des droits fondamentaux comme la liberté d’expression, la liberté de circuler sur tout le territoire national, la garantie de sécurité,  et l’égalité devant la loi. L’application de la loi contre ceux qui ont commis des détournements de deniers publics ou des trafics de ressources naturelles est également exigée.
Recueillis par S.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

La Une

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff