Publié dans Politique

Handicap et autisme - Les victimes sollicitent l'aide des autorités locales

Publié le lundi, 11 septembre 2017

Outre les problèmes de santé habituels, les personnes en situation de handicap et les enfants autistes font face à d'énormes défis. Devant cette situation,  Fela Razafinjato, du centre « Sembana mijoro » et Mbolatiana Raveloarimiza, de l' « Autisme Madagascar » lancent un appel de détresse, ainsi que le rappel à l'ordre des médecins, pour le cas de l'autisme.

D'après  Fela Razafinjato, le handicap n'est pas une maladie, c'est une séquelle issue d'une maladie, d'un traitement ou  d'une vaccination. Elle a eu cet accident  à l'âge de trois ans. Pour faciliter sa mobilité, elle devait utiliser un matériel orthopédique.
« Ces articles sont devenus ma vie. Sans eux, je ne peux rien faire », avance Fela. Comme elle, les personnes en situation de handicap ont besoin de ces matériaux pour faciliter leur accès à l'école, au travail…Pourtant, ces derniers coûtent encore trop cher car ils s'achètent entre 250 000 à 1 000 000 ariary, voire plus. Ils sont fabriqués par des spécialistes de vente comme le centre d'appareillage et de rééducation de Madagascar. Cette situation est encore un obstacle dans leur développement physique, économique et social. La majorité de ces personnes en situation de handicap dans le pays vivent dans la pauvreté. Concernent notamment les articles orthopédiques, la fabrication dure trois mois.  Dans ce cadre, Fela Razafinjato sollicite la gratuité des  appareils pour ces personnes.
Autisme,  alerte à la manipulation médicale
Le vaccin,  les faux diagnostics, les faux traitements… Depuis sa création, il  y a quatre ans, l'association Autisme  Madagascar ne cesse d'alerter les autorités locales sur la maltraitance à l'égard des enfants autistes. D'après Mbolatiana Raveloarimiza, d'une part, la manipulation médicale, les opérations d'Orl pratiquées sur des autistes, d'autre part, sont encore de grands problèmes pour ces enfants et leurs parents. « Dès l'âge de trois ans, un enfant prend 10 médicaments par jour. Pour soutirer de l'argent, les médecins donnent de faux espoirs aux parents sur la guérison, pourtant l'autisme n'est pas une maladie, c'est un comportement », explique-t-elle.  Madagascar ne dispose pas encore des spécialistes sur le diagnostic. Outre la surmédication,  il y a la prescription des médicaments qui ne sont plus utilisables à l'étranger comme le Dépacking, pour le traitement de l'épilepsie. Ainsi, bon nombre de ces enfants subissent des opérations des deux oreilles, pourtant l'audition des  autistes est enfermée dans leur bulle.
Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Docteur honoris causa - Qui a induit en erreur Hery Rajaonarimampianina ?
  • Mauvaise gouvernance - Les Evêques dénoncent les mensonges et la démagogie en haut lieu
  • Séjour irrégulier à Madagascar - L'Etat joue avec le feu
  • Ambanja - Recrudescence de vol de vanille immature
  • Affaire « Villa Elisabeth » - Plusieurs individus auditionnés par le Bianco
  • Salon international de l'habitat - Evolution du professionnalisme des acteurs de la construction
  • Antsakabary - L'exaction policière filmée
  • Coliseum Antsonjombe - La Première dame snobe les collégiens
  • Commune urbaine d’Antananarivo - Vivement le contrôle du Bianco et de l’Ige, selon le deuxième adjoint au maire
  • Etablissements scolaires publics - Rajaonarimampianina infantilise le peuple

La Une

Editorial

  • Madame, s’il vous plait !
    Lors de la grand’messe du mercredi 15 novembre 2017 à Atsonjombe, la Première Dame de la République, Voahangy Rajaonarimampianina était absente. La « une » du journal du jeudi n’hésitait pas à  qualifier de « snoberie » le comportement. Dans les affiches de « publicité » ou d’encart dans les journaux, il a été bien stipulé, entre autre, « le couple présidentiel » ! Elle avait fait faux bond et laissait seul le Chef de l’Etat pour une attribution, normalement, dévouée à la « Mère de la Nation », assistée par les hauts responsables de l’Education Nationale, du fait qu’il s’agissait de distribuer des fournitures scolaires à certains élèves de la Capitale et environs. Sinon l’inverse, une tâche réservée aux agents du Men honorée par la présence de la première Dame, s’il le faudrait ! Pour sa part, le patron du Men peut, très bien, se faire déléguer aussi par les responsables au niveau des démembrements de l’Etat dans les Régions, les…

A bout portant

AutoDiff