Publié dans Politique

Handicap et autisme - Les victimes sollicitent l'aide des autorités locales

Publié le lundi, 11 septembre 2017

Outre les problèmes de santé habituels, les personnes en situation de handicap et les enfants autistes font face à d'énormes défis. Devant cette situation,  Fela Razafinjato, du centre « Sembana mijoro » et Mbolatiana Raveloarimiza, de l' « Autisme Madagascar » lancent un appel de détresse, ainsi que le rappel à l'ordre des médecins, pour le cas de l'autisme.

D'après  Fela Razafinjato, le handicap n'est pas une maladie, c'est une séquelle issue d'une maladie, d'un traitement ou  d'une vaccination. Elle a eu cet accident  à l'âge de trois ans. Pour faciliter sa mobilité, elle devait utiliser un matériel orthopédique.
« Ces articles sont devenus ma vie. Sans eux, je ne peux rien faire », avance Fela. Comme elle, les personnes en situation de handicap ont besoin de ces matériaux pour faciliter leur accès à l'école, au travail…Pourtant, ces derniers coûtent encore trop cher car ils s'achètent entre 250 000 à 1 000 000 ariary, voire plus. Ils sont fabriqués par des spécialistes de vente comme le centre d'appareillage et de rééducation de Madagascar. Cette situation est encore un obstacle dans leur développement physique, économique et social. La majorité de ces personnes en situation de handicap dans le pays vivent dans la pauvreté. Concernent notamment les articles orthopédiques, la fabrication dure trois mois.  Dans ce cadre, Fela Razafinjato sollicite la gratuité des  appareils pour ces personnes.
Autisme,  alerte à la manipulation médicale
Le vaccin,  les faux diagnostics, les faux traitements… Depuis sa création, il  y a quatre ans, l'association Autisme  Madagascar ne cesse d'alerter les autorités locales sur la maltraitance à l'égard des enfants autistes. D'après Mbolatiana Raveloarimiza, d'une part, la manipulation médicale, les opérations d'Orl pratiquées sur des autistes, d'autre part, sont encore de grands problèmes pour ces enfants et leurs parents. « Dès l'âge de trois ans, un enfant prend 10 médicaments par jour. Pour soutirer de l'argent, les médecins donnent de faux espoirs aux parents sur la guérison, pourtant l'autisme n'est pas une maladie, c'est un comportement », explique-t-elle.  Madagascar ne dispose pas encore des spécialistes sur le diagnostic. Outre la surmédication,  il y a la prescription des médicaments qui ne sont plus utilisables à l'étranger comme le Dépacking, pour le traitement de l'épilepsie. Ainsi, bon nombre de ces enfants subissent des opérations des deux oreilles, pourtant l'audition des  autistes est enfermée dans leur bulle.
Anatra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

La Une

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff