Publié dans Politique

Cigarettes en contrebande à l’île Maurice - La Malagasy dénonce son oncle

Publié le dimanche, 10 septembre 2017

L’affaire qui a secoué à la fois la Grande île et surtout l’île Maurice concernant la saisie record de  3 200 cartouches de cigarettes de contrebande à Maurice et dans laquelle K.T., une Malagasy de  23 ans, résidente de Beau-Bassin, était impliquée, connaît un rebondissement. Outre le fait qu’elle s’est rendue de son propre chef mais en compagnie de son avocat au siège de la « Mauritius Revenue Authority » (Mra), vendredi après-midi dernier, elle a dénoncé M.N., l’époux de sa tante, qui s’était également rendu sur les lieux. 

Devant les enquêteurs, la jeune femme, mariée à un Mauricien, a révélé que c’est son oncle de 46 ans qui a orchestré l’importation de ces cartouches de cigarettes à Maurice. Selon toujours ses propos, elle a ajouté avoir totalement ignoré que les cigarettes étaient parfaitement cachées dans 44 portes en bois en provenance de Chine. Parmi les articles  saisis, les douaniers ont retrouvé entre autres  1 396 cartouches de Marlboro rouge, 100 cartouches de Marlboro Gold, 1 250 cartouches de la marque 555, 150 cartouches de Golden Deer,  50 cartouches de Rgd, 50 cartouches de Cocopalm.Elle a affirmé avoir  l’habitude d’importer des  « petits colis » pour son compte, mais que c’est M.N. qui faisait de grosses importations de meubles. Ce résident d’une autre ville de l’île Maurice, possède également une autorisation  pour des importations. D’ailleurs, il avait importé des meubles, il y a trois mois de cela. Les douaniers sont à la recherche de ces meubles.
Réticence à parler
Tout au long des trois heures d’interrogatoire qu’il a passées à côté de sa nièce, M.N.  semblait ne pas vouloir trop en parler, notamment sur ce qui touche le mode opératoire de cette importation de cigarettes de contrebande. Finalement, les deux proches ont été placés en état d’arrestation avant que les douaniers les ont confiés à la Police en vue de la poursuite de l’enquête. Tous les deux risqueront d’être poursuivis pour importation d’articles de contrebande, faux et usage de faux surtout lorsque les enquêteurs n’avaient rien trouvé dans une ville de l’île Maurice, là où M.N. avait indiqué l’emplacement du siège de sa société d’importation.  Pourtant, ce n’est visiblement pas les preuves sur les intentions louches de M.N. à propos des 32 000 cartouches de cigarettes qui manquent. Les enquêteurs de la Mra, quant à eux, le soupçonnent de vouloir les commercialiser dans l’île sœur. M.N, pour qu’il ait pu dédouaner les produits importés, a donné de faux renseignements sur son adresse.
Recueillis par  F.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Séjour irrégulier à Madagascar - L'Etat joue avec le feu
  • Ambanja - Recrudescence de vol de vanille immature
  • Affaire « Villa Elisabeth » - Plusieurs individus auditionnés par le Bianco
  • Salon international de l'habitat - Evolution du professionnalisme des acteurs de la construction
  • Antsakabary - L'exaction policière filmée
  • Coliseum Antsonjombe - La Première dame snobe les collégiens
  • Commune urbaine d’Antananarivo - Vivement le contrôle du Bianco et de l’Ige, selon le deuxième adjoint au maire
  • Etablissements scolaires publics - Rajaonarimampianina infantilise le peuple
  • Analamahitsy - Tentative d'assassinat sur un ressortissant français
  • Avant -projet de Code électoral - Des partis politiques maintiennent leur pression sur le gouvernement

La Une

Editorial

  • Et ça continue !
    La série noire continue ! Elle s'aggrave même ! Antananarivo rejoint le triste record des violences, à mains armées, de certaines villes latino-américaines. Kidnappings, rapts et règlements de compte entre factions rivales font, ces derniers temps, le quotidien de la Capitale.Madagascar, une plaque tournante des trafics dans l'océan Indien et un passage obligé des grands circuits internationaux, risquerait fort d'être transformé en champ de bataille où les luttes, sans merci, d'influences entre les grandes puissances feraient rage.

A bout portant

AutoDiff