Publié dans Politique

Hery Rajaonarimampianina - Violer la Constitution pour enfanter un second mandat

Publié le vendredi, 08 septembre 2017

Le Président de la République Hery Rajaonarimampianina est resté évasif sur l'éventualité d'une révision de la Constitution, en marge du forum Royaume-Uni - Madagascar sur le commerce et les investissements, à Londres en Angleterre. « Le changement de la Constitution ne dépend pas du Président de la République uniquement. C'est le peuple qui a voté ça. Je pense que les discussions sur ce sujet sont en cours. Donc, on attendra l'évolution de ces discussions », a-t-il simplement répondu  lors d'un point de presse avec des médias anglo-saxons tels que la Bbc, Voice of Africa, Reuters et Cbi Publishing. 

Alors que les états-majors commencent à affûter leurs armes pour les élections de 2018, il est de plus en plus question au sein des cercles du pouvoir de faire une retouche à la loi fondamentale de 2010 pour avantager une probable candidature de l'actuel Chef de l'Etat. Le lapsus du Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier, en marge des inaugurations dans la Commune d'Ivato récemment semble être révélateur de l'intention du régime de procéder à cette retouche. Dans des propos rapportés par la presse, le chef du Gouvernement aurait laissé entendre la nécessité d'une révision de certaines dispositions de  la Constitution, notamment l'article 46 alinéa 2 relatif à la démission du Président de la République.  Ce prescrit dispose que « Le Président de la République en exercice qui se porte candidat aux élections présidentielles démissionne de son poste soixante jours avant la date du scrutin présidentiel. Dans ce cas, le président du Sénat exerce les attributions présidentielles courantes jusqu'à l'investiture du nouveau Président ». A entendre les propos prêtés au Premier ministre, une révision constitutionnelle visant notamment à supprimer cette disposition ne serait donc pas à exclure.
Sexennat
Relancé de suite par les journalistes à Londres, Hery Rajaonarimampianina a en tout cas rajouté: « Vous savez, pour moi, c'est la voix de la majorité qui est importante. Donc, le Président est là pour écouter et si cette majorité souhaiterait que pour une meilleure stabilité, on devrait le faire, on verra. Mais je crois que le plus important c'est la stabilité politique ». Dans le contexte marqué par les velléités de révision de la Constitution, l'ambigüité des propos du Chef de l'Etat ouvre donc la porte à toute éventualité. Il importe en tout cas de souligner qu'un tripatouillage de la Constitution nécessiterait un référendum après que le texte ait été rédigé, discuté et adopté en Conseil des ministres et au Parlement. En l'état actuel des choses, cette consultation populaire ne pourrait avoir lieu que l'an prochain. La question qui se pose est de savoir si on peut organiser ce référendum et en même temps faire des élections présidentielles la même année ?
Un référendum constitutionnel demanderait des moyens humains et financiers conséquents. Il mobilisera autant d'énergie électorale qu'une élection présidentielle. Cela reviendrait quasiment à faire deux élections présidentielles la même année. Faut-il en effet rappeler que le mandat de Rajaonarimampianina prendra fin dans moins de quinze mois. 
De nombreux observateurs se posent la question de savoir si quelque part en haut lieu on pense déjà à faire le référendum l'an prochain et se donner par la suite le temps d'organiser les présidentielles quelques mois après ? Pourquoi pas un an après 2018 ? Douze mois permettraient de répondre à un des vœux secrets de certains caciques du régime Hvm, celui de faire passer du quinquennat au sexennat. Ce qui constituerait une violation de la loi fondamentale.
Violation
En outre, rien ne dit que le référendum passera vu l'impopularité du pouvoir actuel. Aussi, devant l'ampleur de la tâche, une seconde option semble être ainsi la plus
probable : insérer des dispositions qui iraient dans le sens contraire à la Constitution, dans le projet de texte censé régir les élections à venir et qui est actuellement en gestation  au niveau d'un comité interministériel. Au contraire d'un référendum, ce texte ne nécessiterait qu'une adoption au niveau du Conseil des ministres, du Parlement ainsi qu'une approbation de la Haute Cour constitutionnelle (Hcc), des institutions majoritairement acquises à la cause du régime Hvm… Une violation de la Constitution qui ne dit pas son nom pour un second mandat ?
Jusqu'ici, le locataire d'Iavoloha n'a pas encore annoncé officiellement ou officieusement, son intention de briguer un second mandat. Néanmoins, il semble plus ou moins discrètement à poser les bases d'une potentielle candidature. Les multiples déplacements et inaugurations menées tambour battant ces derniers mois sont autant d'indicateurs de ce tournant. Lors de sa rentrée politique, mardi dernier, le parti au pouvoir Hvm a également réitéré son souhait d'une candidature de l'actuel locataire d'Iavoloha. En tout cas si les dirigeants actuels procèdent effectivement à une retouche de la Constitution ou la précisent par le biais du code électoral,  pour avantager la candidature de leur favori, ce serait la preuve que l'on est conscient des faibles chances de réélection de ce dernier.
Recueillis par A.R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Expulsion de l'île Juan de Nova - Plainte des pêcheurs malagasy contre la marine française
  • Conjoncture politique - Qui veut éliminer « Neny » Lalao Ravalomanana ?
  • Jean Omer Beriziky - Le Président Rajaonarimampianina, source de la déstabilisation
  • 72e sommet des Nations unies - Ultime test de patriotisme pour Hery Rajaonarimampianina
  • Constitution de la IVe République - Les violations flagrantes du régime…
  • Président Hery Rajaonarimampianina - Un soudain sursaut de réveil pour les archives
  • Révision de la Constitution - Une velléité à effacer les traces d'Andry Rajoelina
  • Trafic de drogue et attaques - Deux gendarmes épinglés
  • Mesures contre les accidents - Rien que des effets d'annonce
  • Ville d’Ambatondrazaka - Le journal « La Vérité » censuré

La Une

Editorial

  • Désavoué
    La lune de miel du tandem Iavoloha-Anosikely n'a duré qu'un seul été ! Le locataire d'Iavoloha et le tenant du perchoir d'Anosikely, en couple de raison, formait un ménage apparemment solide. Mais très vite, le mari s'est rendu compte que sa « belle conquête » parait trop…âgée pour affronter efficacement l'avenir.

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff