Publié dans Politique

Etre débiteur d'une banque - Un vrai calvaire

Publié le mercredi, 02 août 2017

Le principe « gagnant-gagnant  » est de mise afin d'instaurer un climat d'apaisement entre les banques et leurs clients. Les opérateurs économiques, tant nationaux qu'internationaux, ont besoin en grande partie de l'appui des banques afin de réaliser leurs projets. Les banques ont également besoin  de leurs clients pour pouvoir rentabiliser leurs investissements en termes d'emprunt. Ce sont les diverses commissions, les taux d'intérêts des prêts accordés aux clients qui leur permettent de faire des résultats à chaque exercice.

Mais selon des opérateurs de la partie Nord de la Grande île (voir notre article paru le 27 juillet dernier intitulé : une banque de la Capitale. Le harcèlement motivé d'un responsable contentieux dénoncé), le principe d'équité et du « win-win » est loin d'être effectif. Nul
en effet ne peut ignorer que la conjoncture économique actuelle dans la Grande île ne permet pas aux opérateurs économiques de rebondir. Nombreux sont ceux qui ont vu leur projet partir en fumée. Certaines entreprises ont même dû fermer leurs portes.
Pour le cas des opérateurs d'Antsiranana qui ont requis l'anonymat, ils continuent de dénoncer la méthode d'une multinationale. Pour cet établissement bancaire de renom qui ne cesse pas de multiplier ses publicités afin d'attirer les clients, ces derniers, selon eux, ne semblent pas se trouver au centre de sa préoccupation. Personne, ont-ils fait remarquer, ne souhaite rencontrer des difficultés dans la réalisation de ses projets ou le paiement des dus d'une quelconque banque.
« C'est tout simplement parce que la situation dans laquelle nous nous trouvons ne le permet pas », ont-ils déclaré. Mais ce qui est bizarre, devaient-ils continuer, c'est que plus le débiteur fait de son mieux pour payer ses dettes, plus il subit des pressions voire des menaces de poursuite judiciaire. Dans la foulée, ces opérateurs demandent si les adages suivants : « à l'impossible, nul n'est tenu » et « mieux vaut un mauvais compromis qu'un bon procès » sont connus des responsables de cette banque de renom. Il est en effet navrant de constater qu'on exige à un débiteur qui fait preuve de bonne foi de donner davantage en dépit de ses difficultés de trésorerie.
Même si cette banque se vante de pouvoir aisément étrangler et traîner en justice où elle espère toujours avoir gain de cause à l'encontre de ses débiteurs, ces derniers affirment qu'ils ont confiance en la justice du pays. D'autant plus que, selon nos sources, dans plusieurs cas de poursuite contre les débiteurs de cette banque, les juges ont prononcé des verdicts totalement en défaveur de celle-ci.
Deux poids deux mesures
Mais ce qui est encore plus révoltant de la part de certains responsables de cette banque, c'est la politique de « deux poids deux mesures » dont ils font preuve. En effet, à l'endroit de quelques débiteurs « mauvais payeurs » dont un boulanger de la Capitale du Nord, cette banque multinationale, en dépit de ses méthodes musclées (à l'endroit des autres débiteurs), conserve une attitude plutôt conciliante pour ne pas dire le profil bas.
Malgré les harcèlements et la pression à l'endroit de ces débiteurs « mauvais payeurs », ces derniers continuent à faire la sourde oreille et n'ont jamais daigné payer le moindre centime.  Et pourtant, ils n'ont jamais été traînés en justice. « Le rôle d'une banque est d'accompagner ses clients, non pas simplement lors des jours heureux et périodes fastes, mais surtout dans les moments difficiles. Tel est l'esprit d'un vrai partenariat », ont martelé ces opérateurs avant de lancer un appel à la Direction générale de cette grande banque afin de revoir et d'améliorer son service contentieux où règne un laisser-aller et une politique de « deux poids deux mesures » de la part de certains responsables.
A. Lepêcheur

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Interdiction de manifester dans les Provinces - Les porte-paroles du Gouvernement désavoués
  • Mouvement des 73 députés - Rasoamaromaka H. accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat
  • Décision de la HCC - La déchéance ou la loi de la jungle
  • Place du 13 mai - Le mouvement des 73 députés gagne un nouveau souffle !
  • Eglise catholique apostolique romaine - Un quatrième Cardinal pour Madagascar
  • Hery Rasoamaromaka convoqué à la Brigade spéciale - La machine de la répression en marche
  • Dépôt du mémoire en défense - Erreur de calcul monumentale de la Présidence !
  • Grande manifestation des 73 députés - Déballages, carnaval, spectacle au programme ce jour
  • Administrateurs-civils de Madagascar - La coupe est pleine
  • Déchéance - Le Président a sciemment bloqué la mise en place de la HCJ

La Une

Editorial

  • Qu’elle se fâche !
    Un quotidien de la place, proche du régime, titrait à la Une de son journal ce week-end dernier « L’Union africaine se fâche ». Ce média faisait longtemps référence, journalistiquement parlant, dans le pays. Mais depuis que son patron fit allégeance au grand manitou du pouvoir en place, il va à contre-sens du vent qui souffle à travers tout le pays, en ce moment, et change son fusil d’épaule. Petite parenthèse !   Après avoir pris acte des rapports des émissaires dépêchés dans la Grande île, le président de la Commission de l’Organisation de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, aurait tapé sur la table. En fait, devant l’échec sans appel de la médiation initiée par l’Organisation continentale dirigée sur place par le diplomate algérien Ramtane Lamamra, l’envoyé spécial, en coordination avec Joaquim Chissano, de la SADC et d’Abdoulaye Bathily de l’ONU, l’Union africaine (UA) se fâche. Elle déplore, dit-on, l’« intransigeance » des parties concernées. Vu…

A bout portant

AutoDiff