Publié dans Politique

Affaire Benson - Une mascarade pour faire tomber le Mle ?

Publié le dimanche, 16 juillet 2017

C’est la question qui se pose actuellement : Et si  toute l’histoire autour de ce jeune homme n’était qu’une grosse mascarade dans le but de faire tomber certains leaders au sein du Mouvement pour la liberté d’expression (Mle). Une série d’incohérences et de coïncidences tendent en effet à faire croire à une manipulation pour arriver à ce funeste objectif. Vendredi soir, Barry Benson a indiqué que sa mère a été relâchée quatre jours après avoir été séquestrée et après l’audition du jeune homme par les « Forces de l’ordre ».

La mère aurait donc été retenue jusqu’à ce que le fils soit retrouvé à son tour. Il convient de rappeler que lundi dernier, le jeune homme a alerté les membres du Mle sur des menaces dont il serait victime, à la suite de la diffusion du premier épisode du « Tsy mahaleo ny sampona ». Il s’agit d’une émission parodique destinée à contrebalancer celle du chef de l’Etat « Rendez-vous, Fotoam-bita » dans laquelle le jeune homme avait joué le rôle de présentateur lors de la première émission. En tout cas, mardi dernier, le slameur a envoyé un message à ses contacts au sein du Mle pour les informer sur la venue de « cinq individus en civil à son domicile ce mardi au matin ». Faute d’avoir pu trouver Barry Benson, « les individus auraient ainsi emmené avec eux sa mère », selon la correspondance du jeune homme, qui aurait pris la fuite vers une destination inconnue. Et bien malgré l’insistance des membres du Mle, le concerné s’est toujours refusé à donner plus de détails sur l’endroit où il se situait et sur les circonstances de l’enlèvement de sa mère.  Il a également refusé de donner des informations qui auraient pu permettre aux Forces de l’ordre de débuter des enquêtes sur le soi-disant enlèvement de sa mère.  Devant l’obstination du jeune homme à donner des informations qui auraient pu permettre de porter plainte pour enlèvement et séquestration de sa mère, le Mle s’est résolu à mener des recherches officieuses. Notamment en médiatisant l’affaire dans le but de glaner des informations qui auraient pu permettre de retrouver la mère du slameur. Interrogés, les membres des Forces de l’ordre ont affirmé n’avoir eu connaissance de l’affaire que par voie de presse.  L’affaire a en tout cas connu un rebondissement jeudi dernier. Ce jour là, une chaîne de télévision proche du pouvoir a en effet annoncé que Barry Benson avait été auditionné par les Forces de l’ordre la veille, soit mercredi dernier. Auditionné par « les Forces de l’ordre » au sujet de « la provenance de la tenue militaire arborée par le présentateur lors de la première émission de « Tsy mahaleo ny sampona », le jeune slameur aurait indiqué que le vêtement lui aurait été remis par Fetra Rakotondrasoa, un des producteur de l’émission  « Tsy mahaleo ny sampona » et non moins porte-parole du Mle. 
Une audition démentie par le principal concerné dans une correspondance téléphonique avec les membres du Mle vendredi matin dernier. Non seulement il dément avoir été entendu, mais l’intéressé soutient également être toujours  « caché ». En tout cas, prenant celui-ci au mot, le comité restreint du Mle s’est réuni vendredi dans la matinée et décida donc de porter plainte. L’information a été communiquée à Benson dans l’après- midi de vendredi, lequel indiquant tout d’un coup avoir reçu une convocation.  Dans la soirée du même jour, le jeune homme envoie un sms à un membre du Mle pour indiquer qu’il venait juste d’être auditionné
« pour port de tenue militaire illégal » lors de la présentation de l’émission «Tsy mahaleo ny sampona » par les Forces de l’ordre.  Des informations qui coïncident curieusement avec celles divulguées par la chaine pro-régime la veille. Il faut ainsi se poser la question de savoir comment les journalistes au sein de la chaîne de Tv proche du régime ont anticipé de deux jours l’audition de Benson et les propos de celui-ci lors de cette audition.   Ceci étant dit, il faudrait également se demander si une séquestration de la mère de Barry Benson « par les Forces de l’ordre », dans  le but de forcer le jeune homme à répondre à une convocation est tout à fait légale. Notons par ailleurs qu’à aucun moment, le jeune homme ou la chaîne de télévision en question, n’ont osé préciser le corps des Forces de l’ordre qui a procédé à la séquestration et à l’audition…  Depuis quand également, porter un effet vestimentaire dans une émission de télévision parodique peut-il être considéré comme illégal ? Si c’était illégal, tous les artistes et acteurs qui arborent ce vêtement dans leurs films ne devraient-ils pas faire l’objet d’auditions ? Des sources officieuses indiquent que Benson aurait été entendu en tant que témoin dans ce scénario rocambolesque. Finalement, il faut se demander donc si l’objectif de tout ce cinéma n’est pas tout simplement de faire en sorte que le slameur « crache » le nom des leaders au sein du Mle dans le but évident de faire tomber ces derniers ?
La Rédaction

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Docteur honoris causa - Qui a induit en erreur Hery Rajaonarimampianina ?
  • Mauvaise gouvernance - Les Evêques dénoncent les mensonges et la démagogie en haut lieu
  • Séjour irrégulier à Madagascar - L'Etat joue avec le feu
  • Ambanja - Recrudescence de vol de vanille immature
  • Affaire « Villa Elisabeth » - Plusieurs individus auditionnés par le Bianco
  • Salon international de l'habitat - Evolution du professionnalisme des acteurs de la construction
  • Antsakabary - L'exaction policière filmée
  • Coliseum Antsonjombe - La Première dame snobe les collégiens
  • Commune urbaine d’Antananarivo - Vivement le contrôle du Bianco et de l’Ige, selon le deuxième adjoint au maire
  • Etablissements scolaires publics - Rajaonarimampianina infantilise le peuple

La Une

Editorial

  • Madame, s’il vous plait !
    Lors de la grand’messe du mercredi 15 novembre 2017 à Atsonjombe, la Première Dame de la République, Voahangy Rajaonarimampianina était absente. La « une » du journal du jeudi n’hésitait pas à  qualifier de « snoberie » le comportement. Dans les affiches de « publicité » ou d’encart dans les journaux, il a été bien stipulé, entre autre, « le couple présidentiel » ! Elle avait fait faux bond et laissait seul le Chef de l’Etat pour une attribution, normalement, dévouée à la « Mère de la Nation », assistée par les hauts responsables de l’Education Nationale, du fait qu’il s’agissait de distribuer des fournitures scolaires à certains élèves de la Capitale et environs. Sinon l’inverse, une tâche réservée aux agents du Men honorée par la présence de la première Dame, s’il le faudrait ! Pour sa part, le patron du Men peut, très bien, se faire déléguer aussi par les responsables au niveau des démembrements de l’Etat dans les Régions, les…

A bout portant

AutoDiff