Publié dans Politique

Tiako i Madagasikara - Le congrès à Mandritsara interdit par l’Etat

Publié le dimanche, 16 juillet 2017

Le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana semble allergique de tout ce qui sent Marc Ravalomanana. Visiblement, le locataire de Mahazoarivo, qui est aussi ministre de l’Intérieur à la fois, est passé à une action plus énergique contre le camp de l’ancien président après les fortes consignes verbales données la semaine passée.

Le même scénario que lors de la célébration du 15e anniversaire du Tiako i Madagasikara se produit à Mandritsara. Les partisans de l’ancien parti au pouvoir envisagent d’organiser dans la capitale d’Androna son congrès régional jeudi prochain. Le chef de District a validé la demande d’autorisation adressée par l’organisateur.
Interdite
Mais, aux dernières nouvelles, le représentant de l’Etat a dû rebrousser chemin sur ordre du Premier ministre. Il est donc contraint de retirer l’autorisation exactement comme l’a fait le préfet de police d’Antananarivo à la veille du 8 juillet au sujet du stade municipal de Mahamasina. Le député Guy Rivo Randrianarisoa a toutefois dit ne pas en être au courant. L’on a appris aussi la tenue à l’hôtel Sunny à Ambalamanasa,
Toamasina, la tenue d’un conclave à huit clos dirigée par Olivier Mahafaly Solonandrasana dans l’après-midi de vendredi. C’était donc après le passage à la résidence de France à Ivandry Antananarivo lors du 14 juillet. Initialement prévue au palais de région à Mangaro, la réunion dans le Grand port était interdite aux journalistes.
Elections de 2018
Les discussions ont officieusement porté sur les affaires du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (Bngrc). Placé sous l’autorité directe du ministre de l’Intérieur, celui-ci a vu remettre jeudi dernier un lot de matériels à titre de don d’une valeur totale de 28 millions de dollars du Gouvernement sud-coréen. Mais, selon des indiscrétions, la préparation des élections en 2018 et les mesures à prendre à
l’encontre du clan du résident de Faravohitra seraient au cœur du débat. En effet, l’assistance était exclusivement composée de préfets et de chefs de district de toute la province autonome de Toamasina. Autant d’administrateurs-civils comme le ministre de l’Intérieur.
Célébration avortée
Le régime suspecte effectivement que, au cours de ce second semestre, Dada et son équipe partiraient à la conquête de ce territoire après les périples qu’il a effectués dans des différentes régions durant le premier semestre. La ville de Toamasina serait désignée pour abriter la cérémonie faisant suite à la célébration avortée manu militari à Antananarivo.La dernière matière à réflexion concerne l’ancien vice-Premier ministre, Pierrot Botozaza, un des bras droits et fidèles partisans de Marc Ravalomanana. Celui-ci a aussi connu la semaine écoulée une expérience malencontreuse avec l’actuel régime (lire article ailleurs).
Manou Razafy

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes

La Une

Editorial

  • L’épreuve du feu
    Un premier et le plus grand test de grandeur nature attend le Gouvernement Ntsay. Supposé être né d’un accord politique entre les grandes formations politiques, principalement le MAPAR, le TIM et le HVM, le nouveau Cabinet subit un examen crucial et complexe qu’il faille réussir. Tel un prévenu qui, au cours d’une épreuve, doit porter une barre rouge de feu et réussir à traverser un obstacle avec, et cela, sans se faire brûler, le nouveau Premier ministre est soumis à un test très  délicat : parvenir à publier dans les heures sinon les jours qui viennent du calendrier de l’élection présidentielle anticipée ! Un test éprouvant et très dur, cependant le salut de la Nation passe obligatoirement par-là !  Ntsay fait face à deux blocs naturellement ou  foncièrement inconciliables, contradictoires.

A bout portant

AutoDiff