Publié dans Politique

Intimidations et menaces - Le présentateur de « Tsy mahaleo ny sampona » en fuite !

Publié le mardi, 11 juillet 2017

Samedi dernier, le Mouvement pour la liberté d’expression (Mle) diffusait le premier épisode de l’émission hebdomadaire « Tsy mahaleo ny sampona ». Moins de quatre jours après, le présentateur de l’émission parodique du « Rendez-vous, Fotoam-bita » de Hery Rajaonarimampianina aurait fait l’objet d’intimidations et de menaces.

Quand une parodie conduit à des intimidations. Hier au matin, quatre jours après la diffusion de l’émission sur quelques chaînes de télévision et sur les réseaux sociaux, le domicile du présentateur aurait fait l’objet d’une visite inattendue. Cinq individus en civil auraient en effet pénétré de force dans la demeure de ce dernier, selon le concerné dans des correspondances téléphoniques. « Ces personnes voulaient sans doute m’enlever », a indiqué le jeune homme. Absent de chez lui au moment des faits, le présentateur estime donc avoir échappé au pire. Par peur, il aurait pris la fuite dans un endroit inconnu. Interrogé, il se refuse obstinément à indiquer l’endroit où il se trouve. A l’heure où nous mettons sous presse, le présentateur serait donc en fuite... D’ailleurs, selon les propos de ce présentateur, il serait la victime de menaces depuis à la diffusion de  l’épisode numéro un de « Tsy mahaleo ny sampona ». Il s’agit donc de toute évidence d’actes d’intimidation. Beaucoup s’attendaient à une réaction, certes, mais pas à des menaces aussi tangibles. Ces faits, si elles étaient avérées, sont en effet graves, dans un pays qui se dit démocratique. La liberté d’expression serait une nouvelle fois mise à mal. L’émission produite par le Mle dérangeait-elle au plus haut point, pour en arriver à de telles extrémités.
Combat politique
Il est vrai que l’émission a su magnifiquement parodier le Président de la République Hery Rajaonarimampianina. Lancée par l’équipe du Mle, l’émission entendait répondre, d’une manière plutôt drôle, aux déclarations faites par le Chef de l’Etat. Traitant de l’affaire Claudine Razaimamonjy, le premier jet de l’émission « Tsy mahaleo ny sampona » a ainsi occasionné des milliers de vues sur la plateforme vidéo Youtube et sur les réseaux sociaux. Les chiffres annoncés dépassent allègrement ceux qui ont été produits par l’équipe de la Présidence. Les téléspectateurs pouvaient bien percevoir l’excès des déclarations et la dérision des propos. Pour bon nombre d’observateurs, « Tsy mahaleo ny sampona » est en passe de supplanter l’émission-mère « Rendez-vous, Fotoam-bita ». En tout cas, arriver à de telles extrémités, des intimidations, pour des propos, certes, critiques, mais qui ne sont qu’une réplique aux propos du Chef de l’Etat, ce serait, pour bon nombre d’observateurs, aller dans l’outrance et dans des dérives extrêmement dangereuses. Il ne s’agirait plus d’humour, mais bel et bien de combat politique. Ceux qui auraient fait ces intimidations desserviraient eux-mêmes les intérêts du Chef de l’Etat qu’ils prétendent défendre… Notons que malgré ces « intimidations », le Mouvement pour la liberté d’expression compte de diffuser prochainement la seconde émission sans évidemment le présentateur vedette….

Recueillis par A.R.

 

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Séjour irrégulier à Madagascar - L'Etat joue avec le feu
  • Ambanja - Recrudescence de vol de vanille immature
  • Affaire « Villa Elisabeth » - Plusieurs individus auditionnés par le Bianco
  • Salon international de l'habitat - Evolution du professionnalisme des acteurs de la construction
  • Antsakabary - L'exaction policière filmée
  • Coliseum Antsonjombe - La Première dame snobe les collégiens
  • Commune urbaine d’Antananarivo - Vivement le contrôle du Bianco et de l’Ige, selon le deuxième adjoint au maire
  • Etablissements scolaires publics - Rajaonarimampianina infantilise le peuple
  • Analamahitsy - Tentative d'assassinat sur un ressortissant français
  • Avant -projet de Code électoral - Des partis politiques maintiennent leur pression sur le gouvernement

La Une

Editorial

  • Et ça continue !
    La série noire continue ! Elle s'aggrave même ! Antananarivo rejoint le triste record des violences, à mains armées, de certaines villes latino-américaines. Kidnappings, rapts et règlements de compte entre factions rivales font, ces derniers temps, le quotidien de la Capitale.Madagascar, une plaque tournante des trafics dans l'océan Indien et un passage obligé des grands circuits internationaux, risquerait fort d'être transformé en champ de bataille où les luttes, sans merci, d'influences entre les grandes puissances feraient rage.

A bout portant

AutoDiff