Publié dans Politique

Dossiers chauds - Le Premier ministre déclare la guerre aux magistrats

Publié le mercredi, 17 mai 2017

La guerre est bel et bien déclarée entre le Premier ministre et les magistrats. Avec les tensions de ces derniers temps autour de l’affaire Claudine Razaimamonjy, la dernière déclaration de Mahafaly Olivier Solonandrasana a mis le feu aux poudres. Le compte-rendu du Conseil du Gouvernement, tenu au Palais de Mahazoarivo, mardi dernier, souligne que le patron de la Primature « a aligné des sujets d’actualité appelés à être traités dans les plus brefs délais ». Parmi lesdits sujets, le chef du Gouvernement fait état d’opérations de déstabilisation et « a donné un ordre, formel et catégorique, aux membres du Gouvernement concernés pour prendre des mesures fermes contre tout acteur de déstabilisation, quel que soit son statut. Et ce, jusqu’à ouvrir des poursuites judiciaires même contre certains magistrats ayant abusé de ses prérogatives légales ».

Des propos qui, à première vue, font référence aux derniers évènements du moment, c’est-à-dire l’affaire Claudine Razaimamonjy en l’occurrence. Quels genres de mesures le Premier ministre voudrait-il appliquer ? Et parlant de déstabilisation, pourquoi n’a-t-il pas émis la moindre réflexion sur les comportements du sénateur Riana Andriamandavy VII qui a osé tenter de déstabiliser les procédures du Bianco et faire obstruction à la Justice pour défendre bec et ongles sa milliardaire de belle-sœur ?

Ingérence 

Nul n’ignore, en effet, les multiples mobilisations des membres du Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm) dans le cadre de cette affaire. Pour ne citer que les deux dernières visites inopinées à la chambre 126 du service « Neurochirurgie » de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona où la milliardaire et non mois proche conseillère d’Iavoloha y est hospitalisée en dépit d’une décision de placement sous mandat de dépôt à son encontre. A cela s’ajoute le sit-in effectué le mois de mai dernier devant la Cour suprême à Anosy et durant lequel ils ont réclamé une indépendance de la Justice ainsi qu’un véritable retour à l’Etat de droit. Rappelons également qu’une lettre en date du 2 mai 2017, a été adressée à l’attention du Président de la République, Hery Rajaonarimampianina en guise d’interpellation sur les cas de violation des lois, d’ingérence vis-à-vis de la Justice ainsi qu’une demande de réaction du Chef d’Etat. Le fait de les dénoncer consiste ainsi pour le chef du Gouvernement à une tentative de déstabilisation. En tout cas, après cette déclaration de guerre ouverte, une réaction des magistrats n’est pas à exclure.

Sandra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Docteur honoris causa - Qui a induit en erreur Hery Rajaonarimampianina ?
  • Mauvaise gouvernance - Les Evêques dénoncent les mensonges et la démagogie en haut lieu
  • Séjour irrégulier à Madagascar - L'Etat joue avec le feu
  • Ambanja - Recrudescence de vol de vanille immature
  • Affaire « Villa Elisabeth » - Plusieurs individus auditionnés par le Bianco
  • Salon international de l'habitat - Evolution du professionnalisme des acteurs de la construction
  • Antsakabary - L'exaction policière filmée
  • Coliseum Antsonjombe - La Première dame snobe les collégiens
  • Commune urbaine d’Antananarivo - Vivement le contrôle du Bianco et de l’Ige, selon le deuxième adjoint au maire
  • Etablissements scolaires publics - Rajaonarimampianina infantilise le peuple

La Une

Editorial

  • Madame, s’il vous plait !
    Lors de la grand’messe du mercredi 15 novembre 2017 à Atsonjombe, la Première Dame de la République, Voahangy Rajaonarimampianina était absente. La « une » du journal du jeudi n’hésitait pas à  qualifier de « snoberie » le comportement. Dans les affiches de « publicité » ou d’encart dans les journaux, il a été bien stipulé, entre autre, « le couple présidentiel » ! Elle avait fait faux bond et laissait seul le Chef de l’Etat pour une attribution, normalement, dévouée à la « Mère de la Nation », assistée par les hauts responsables de l’Education Nationale, du fait qu’il s’agissait de distribuer des fournitures scolaires à certains élèves de la Capitale et environs. Sinon l’inverse, une tâche réservée aux agents du Men honorée par la présence de la première Dame, s’il le faudrait ! Pour sa part, le patron du Men peut, très bien, se faire déléguer aussi par les responsables au niveau des démembrements de l’Etat dans les Régions, les…

A bout portant

AutoDiff