Publié dans Politique

Dossiers chauds - Le Premier ministre déclare la guerre aux magistrats

Publié le mercredi, 17 mai 2017

La guerre est bel et bien déclarée entre le Premier ministre et les magistrats. Avec les tensions de ces derniers temps autour de l’affaire Claudine Razaimamonjy, la dernière déclaration de Mahafaly Olivier Solonandrasana a mis le feu aux poudres. Le compte-rendu du Conseil du Gouvernement, tenu au Palais de Mahazoarivo, mardi dernier, souligne que le patron de la Primature « a aligné des sujets d’actualité appelés à être traités dans les plus brefs délais ». Parmi lesdits sujets, le chef du Gouvernement fait état d’opérations de déstabilisation et « a donné un ordre, formel et catégorique, aux membres du Gouvernement concernés pour prendre des mesures fermes contre tout acteur de déstabilisation, quel que soit son statut. Et ce, jusqu’à ouvrir des poursuites judiciaires même contre certains magistrats ayant abusé de ses prérogatives légales ».

Des propos qui, à première vue, font référence aux derniers évènements du moment, c’est-à-dire l’affaire Claudine Razaimamonjy en l’occurrence. Quels genres de mesures le Premier ministre voudrait-il appliquer ? Et parlant de déstabilisation, pourquoi n’a-t-il pas émis la moindre réflexion sur les comportements du sénateur Riana Andriamandavy VII qui a osé tenter de déstabiliser les procédures du Bianco et faire obstruction à la Justice pour défendre bec et ongles sa milliardaire de belle-sœur ?

Ingérence 

Nul n’ignore, en effet, les multiples mobilisations des membres du Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm) dans le cadre de cette affaire. Pour ne citer que les deux dernières visites inopinées à la chambre 126 du service « Neurochirurgie » de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona où la milliardaire et non mois proche conseillère d’Iavoloha y est hospitalisée en dépit d’une décision de placement sous mandat de dépôt à son encontre. A cela s’ajoute le sit-in effectué le mois de mai dernier devant la Cour suprême à Anosy et durant lequel ils ont réclamé une indépendance de la Justice ainsi qu’un véritable retour à l’Etat de droit. Rappelons également qu’une lettre en date du 2 mai 2017, a été adressée à l’attention du Président de la République, Hery Rajaonarimampianina en guise d’interpellation sur les cas de violation des lois, d’ingérence vis-à-vis de la Justice ainsi qu’une demande de réaction du Chef d’Etat. Le fait de les dénoncer consiste ainsi pour le chef du Gouvernement à une tentative de déstabilisation. En tout cas, après cette déclaration de guerre ouverte, une réaction des magistrats n’est pas à exclure.

Sandra R.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff