Publié dans Politique

Jean Max Rakotomamonjy - En Afrique du Sud pour la session ordinaire du Parlement panafricain

Publié le mardi, 16 mai 2017

On a finalement pu apprendre que le président de l’Assemblée nationale malgache Jean Max Rakotomamonjy s’est déplacé en Afrique du Sud pour assister à la session ordinaire du Parlement panafricain (Pap) dont le siège se trouve à Midrand, Johannesbourg.

L’institution panafricaine, connexe de l’Union africaine, tient sa quatrième session ordinaire du 8 au 19 mai de l’année. Créé en 2004, le Pap était initialement basé à Addis-Abeba, Ethiopie, avant son transfert à Midrand en 2007 avec l’appui budgétaire, entre autres, de l’Agence de coopération allemande. Il compte en ce moment environ 250 membres dont des députés et sénateurs désignés par 47 des 54 pays membres de l’Union africaine. Chaque pays se fait représenter par cinq parlementaires dont la désignation revient aux autorités nationales. Seulement les représentants des opposants aux Parlements en font impérativement partie pour refléter la diversité politique des Etats membres.

Impératifs 

La ratification par ces derniers des Mécanismes africains d’évaluation par les pairs (Maep) est un des impératifs catégoriques du fonctionnement du Pap. Ledit mécanisme donne droit aux parlementaires membres de jeter de manière officielle un regard sur le fonctionnement, par exemple, de la démocratie dans un pays et de formuler ainsi d’éventuelles recommandations. Cette façon de travailler a permis en 2008 à une mission parlementaire malgache conduite par Guy Rajemison Rakotomaharo, alors président du Sénat de Madagascar, de superviser le processus électoral au Zimbabwe. Pourtant, notre pays n’a pas encore ratifié à l’époque deux Maep dont celui concernant le secteur éducatif. La suppression des deux Chambres du Parlement, consécutivement due au changement brusque des gouvernants en 2009, a laissé vide la place de Madagascar au sein du Pap jusqu’à l’avènement de la législature issue des législatives organisées en décembre 2013 et en décembre 2015.

Manou Razafy

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Taux de pauvreté en baisse - Un ministre paie 9 000 euros pour ses gardes du corps
  • Appel aux services d’Houcine Arfa - Le Président humilie les galonnés malgaches
  • Corruption de haut niveau - Un ex-maire roumain en fuite demande l’asile politique à Madagascar
  • Affaire Houcine Arfa - Trois tentatives de corruption de la Procureure de la République
  • Visas aux frontières - Levée de boucliers contre Ametis
  • Affaire Houcine Arfa - Les pénitentiaires demandent la libération de leurs pairs
  • Insécurité - Le propriétaire de « Kalidas » kidnappé en plein jour !
  • Décès de Léon Rajaobelina - La Présidence humiliée !
  • Présidence de la République La crise de confiance étalée au grand jour
  • Affaire Houcine Arfa - « Que le Bianco se saisisse des dénonciations ! »

La Une

Editorial

  • « Far West » 
    « Far West », littéralement « Ouest lointain », une riche et étonnante épopée relatant les fantastiques aventures des pionniers américains. En partant de l’Est en direction de l’Ouest, ils parvenaient à atteindre, au risque de leur vie, les côtes occidentales, celles de la Californie d’aujourd’hui. Une étape importante de l’Histoire des Etats-Unis se cadrant chronologiquement dans le XIXème siècle américain. Une période idyllique où les réalisateurs américains de cinémas n’ont pas raté de se faire des fortunes avec les célèbres films « Western » (Vers l’ouest). Les « shérifs », les représentants de la loi dans leurs localités avaient dû affronter, quotidiennement, les méfaits des « desperados » en provenance du pays voisin (Mexique) qui semaient la terreur. Ces « sans foi ni loi » pénétrèrent à l’intérieur des Etats du Texas, du Nouveau-Mexique ou de la Californie et agissaient en véritables maîtres.

A bout portant

AutoDiff