Publié dans Politique

Jean Max Rakotomamonjy - En Afrique du Sud pour la session ordinaire du Parlement panafricain

Publié le mardi, 16 mai 2017

On a finalement pu apprendre que le président de l’Assemblée nationale malgache Jean Max Rakotomamonjy s’est déplacé en Afrique du Sud pour assister à la session ordinaire du Parlement panafricain (Pap) dont le siège se trouve à Midrand, Johannesbourg.

L’institution panafricaine, connexe de l’Union africaine, tient sa quatrième session ordinaire du 8 au 19 mai de l’année. Créé en 2004, le Pap était initialement basé à Addis-Abeba, Ethiopie, avant son transfert à Midrand en 2007 avec l’appui budgétaire, entre autres, de l’Agence de coopération allemande. Il compte en ce moment environ 250 membres dont des députés et sénateurs désignés par 47 des 54 pays membres de l’Union africaine. Chaque pays se fait représenter par cinq parlementaires dont la désignation revient aux autorités nationales. Seulement les représentants des opposants aux Parlements en font impérativement partie pour refléter la diversité politique des Etats membres.

Impératifs 

La ratification par ces derniers des Mécanismes africains d’évaluation par les pairs (Maep) est un des impératifs catégoriques du fonctionnement du Pap. Ledit mécanisme donne droit aux parlementaires membres de jeter de manière officielle un regard sur le fonctionnement, par exemple, de la démocratie dans un pays et de formuler ainsi d’éventuelles recommandations. Cette façon de travailler a permis en 2008 à une mission parlementaire malgache conduite par Guy Rajemison Rakotomaharo, alors président du Sénat de Madagascar, de superviser le processus électoral au Zimbabwe. Pourtant, notre pays n’a pas encore ratifié à l’époque deux Maep dont celui concernant le secteur éducatif. La suppression des deux Chambres du Parlement, consécutivement due au changement brusque des gouvernants en 2009, a laissé vide la place de Madagascar au sein du Pap jusqu’à l’avènement de la législature issue des législatives organisées en décembre 2013 et en décembre 2015.

Manou Razafy

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Contre une présidentielle anticipée - Le HVM et ses sbires divaguent
  • Venue du Pape à Madagascar - « Je ne peux pas promettre à 100 % », dixit le Cardinal Tsarahazana
  • Andry Rajoelina - « La nomination des ministres autres que MAPAR et TIM était à notre insu »
  • Choix de ministres HVM indésirables - Peaux de banane de Rajaonarimampianina contre Ntsay Christian
  • Sortie de crise - Les sans-grades se ridiculisent
  • Quatrième République - Les artisans de la descente aux enfers du régime
  • Vie de parti politique - La famille « recomposée » du HVM s'entretue
  • Le contexte politique vu par Jeune Afrique - Madagascar : un parfum de fin de règne pour Rajaonarimampianina
  • Premier ministre Christian Ntsay « Il faut laisser le gouvernement travailler »
  • Non à Riana Andriamandavy VII - Forte mobilisation des journalistes

La Une

Editorial

  • L’épreuve du feu
    Un premier et le plus grand test de grandeur nature attend le Gouvernement Ntsay. Supposé être né d’un accord politique entre les grandes formations politiques, principalement le MAPAR, le TIM et le HVM, le nouveau Cabinet subit un examen crucial et complexe qu’il faille réussir. Tel un prévenu qui, au cours d’une épreuve, doit porter une barre rouge de feu et réussir à traverser un obstacle avec, et cela, sans se faire brûler, le nouveau Premier ministre est soumis à un test très  délicat : parvenir à publier dans les heures sinon les jours qui viennent du calendrier de l’élection présidentielle anticipée ! Un test éprouvant et très dur, cependant le salut de la Nation passe obligatoirement par-là !  Ntsay fait face à deux blocs naturellement ou  foncièrement inconciliables, contradictoires.

A bout portant

AutoDiff