Publié dans Politique

Paysage audiovisuel - Lalatiana Rakotondrazafy réclame l’ouverture de « Free Tv »

Publié le dimanche, 14 mai 2017

A un moment où les médias d’obédience proche du pouvoir central ont ouvert leurs portes, des responsables des organes de presse soulèvent la question de leurs médias. Avec insistance, Lalatiana Rakotondrazafy a demandé l’ouverture de sa station de télévision.  « "Free Fm" a six ans. "Free News" aura bientôt un an. Nous avons également besoin de "Free Tv". Nous réclamons son ouverture », a martelé la chroniqueuse politique sur sa propre chaîne de radio « Free Fm », lors de la célébration du sixième anniversaire de cette chaîne de radio privée, samedi dernier au « Kianjan’ny Kanto » à Mahamasina. « Les documents sont entre les mains des responsables », a renchéri cette journaliste de profession devant l’assistance. 

Lalatiana Rakotondrazafy de dénoncer par ailleurs un deux poids deux mesures. Et elle de se demander en effet pourquoi persiste-t-on à ne pas permettre l’ouverture de « Free Tv », alors que bon nombre de nouvelles stations de radio et de télévision ont été autorisées à émettre durant les trois dernières années. Toutes les chaînes de télévision doivent suivre le même chemin, estime-t-elle. La journaliste indique pourtant que la paperasserie administrative et le cahier des charges de la station « Free Tv » sont en règle. « En tant que simples citoyens, nous réclamons son ouverture », martèle Lalatiana Rakotondrazafy. Et elle d’annoncer également le lancement d’une pétition pour demander l’ouverture de « Free Tv ». Une collecte de signatures sera menée au siège de la station de radio « Free Fm » à Antanimena. Lancée en 2011, cette station de radio a fêté ses 6 ans par une célébration au « Kianjan’ny Kanto » à Mahamasina, samedi dernier. La station « Free Fm », aujourd’hui toujours dirigée par Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo, s’est ancrée dans le quotidien des Tananariviens et c’est avec eux qu’elle a entendu fêter dignement cet anniversaire.

L.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Andry Rajoelina contre l’insécurité - L’arrêt de l’exportation bovine en perspective
  • Région Menabe - La mafia des bois précieux fait parler d’elle
  • Atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat - Pety Rakotoniaina de nouveau en prison
  • Election présidentielle - Narson Rafidimanana et 150 maires séduits par le programme de Rajoelina
  • Déstabilisation et manœuvres de coup d'Etat - Des mains étrangères au cœur des soupçons
  • Conseil du Fampihavanana Malagasy - Perte de crédibilité confirmée !
  • Permis et carte grise biométriques - Accusés, levez-vous !
  • Antoko Repoblikanina - Le dernier- né des partis politiques à Madagascar
  • Mbola Rajaonah, le pestiféré - Sur les traces de Claudine Razaimamonjy
  • Trafic de bois précieux au Vakinankaratra - Deux femmes proches de Rajaonarimampianina dans le coup

La Une

Editorial

  • HVM, que reste-t-il ?
    Alors que toutes les formations politiques, du moins celles dignes de leur stature, resserrent les rangs pour affronter la course en vue de la magistrature suprême, le parti du Président démissionnaire Hery Rajaonarimampianina s’effrite. Le parti au pouvoir va en ordre dispersé.  Les démissions se succèdent. Une défection cache une autre ! A ce rythme, le parti présidentiel, une formation politique, sûre de sa puissance, à  l’époque, et qui défiait avec un certain orgueil et d’une fierté, mal placée, les autres serait d’ici peu une carcasse d’ossements, sans âme, ni corps,  l’ombre de lui-même ! Les « départs définitifs » se poursuivent. Et la liste n’est pas exhaustive !

A bout portant

AutoDiff