Publié dans Politique

Paysage audiovisuel - Lalatiana Rakotondrazafy réclame l’ouverture de « Free Tv »

Publié le dimanche, 14 mai 2017

A un moment où les médias d’obédience proche du pouvoir central ont ouvert leurs portes, des responsables des organes de presse soulèvent la question de leurs médias. Avec insistance, Lalatiana Rakotondrazafy a demandé l’ouverture de sa station de télévision.  « "Free Fm" a six ans. "Free News" aura bientôt un an. Nous avons également besoin de "Free Tv". Nous réclamons son ouverture », a martelé la chroniqueuse politique sur sa propre chaîne de radio « Free Fm », lors de la célébration du sixième anniversaire de cette chaîne de radio privée, samedi dernier au « Kianjan’ny Kanto » à Mahamasina. « Les documents sont entre les mains des responsables », a renchéri cette journaliste de profession devant l’assistance. 

Lalatiana Rakotondrazafy de dénoncer par ailleurs un deux poids deux mesures. Et elle de se demander en effet pourquoi persiste-t-on à ne pas permettre l’ouverture de « Free Tv », alors que bon nombre de nouvelles stations de radio et de télévision ont été autorisées à émettre durant les trois dernières années. Toutes les chaînes de télévision doivent suivre le même chemin, estime-t-elle. La journaliste indique pourtant que la paperasserie administrative et le cahier des charges de la station « Free Tv » sont en règle. « En tant que simples citoyens, nous réclamons son ouverture », martèle Lalatiana Rakotondrazafy. Et elle d’annoncer également le lancement d’une pétition pour demander l’ouverture de « Free Tv ». Une collecte de signatures sera menée au siège de la station de radio « Free Fm » à Antanimena. Lancée en 2011, cette station de radio a fêté ses 6 ans par une célébration au « Kianjan’ny Kanto » à Mahamasina, samedi dernier. La station « Free Fm », aujourd’hui toujours dirigée par Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo, s’est ancrée dans le quotidien des Tananariviens et c’est avec eux qu’elle a entendu fêter dignement cet anniversaire.

L.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM
  • Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel
  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente
  • Grande Messe à Toamasina - Le Cardinal Tsarahazana crève l’abcès sur les mensonges d’Etat
  • Secteur énergétique - Haro du SEFAFI sur les mauvaises pratiques

Editorial

  • Horizon…2019 !
     Emergence, terme fétiche en cette fin de mandat du régime en place. Tellement, les barons aux cravates bleues terminent leur funeste parcours en coulant le pays. On dit qu’un objet émerge quand il remonte en surface et se trouve en contact avec l’air. Pour un homme, entièrement sous l’eau, le terme « émergence » indique pour lui l’idée d’une remontée en surface et lui offre la possibilité de pouvoir respirer l’air. Madagascar, en cinquante-huit ans d’indépendance, sauf la petite parenthèse des années 60, ne cessa de dégringoler. Une descente aux… enfers qu’aucun régime démocratiquement élu n’avait pas pu stopper tout au moins ralentir. En effet, à partir des années 70, le « navire Madagascar » commença à prendre de l’eau. Le comble du malheur, le drame s’aggrave d’année en année. La Deuxième République, le principal tombeur du pays, détruit tout. La dictature rouge de l’Amiral Didier Ratsiraka coula la Grande île. Le régime socialiste…

A bout portant

AutoDiff