Publié dans Politique

Gendarmerie nationale - « Plus jamais de gabegie »

Publié le vendredi, 23 décembre 2016

Le commandant supérieur de la Gendarmerie nationale, le Général Jean de Dieu Daniel Ramiandrisoa, reste ferme sur les qualités et les compétences des éléments constitutifs de cette institution militaire. « La gabegie n’a plus de place chez nous. Il faut évoluer selon la règle du jeu », nous a-t-il dit hier à l’issue de la cérémonie de sortie de promotion des stagiaires à l’Ecole supérieure de la gendarmerie nationale (Esgn) à Moramanga, hier. Les moins qualifiés et les moins compétents ont intérêt à se perfectionner, à en croire ce haut responsable.


La Gendarmerie nationale se met au diapason de la mondialisation, selon ses dires. Elle a fait ses preuves durant le dernier Sommet de la Francophonie à Antananarivo en novembre dernier. C’est ce qui a été d’ailleurs mis en exergue durant les stages et formations dispensés à l’Esgn cette année. Quatre défis dont la gestion des ressources humaines et les droits de l’Homme ont été à l’honneur. Entre autres, la spécialisation sur la cybercriminalité et l’analyse criminelle ont eu leur place d’honneur dans le processus. « Le Samifin (lire : Service de renseignement sur le blanchiment d’argent) est une entité non militaire. Nous avons formé des militaires qui vont travailler avec cette branche de l’administration », a souligné le Général Jean de Dieu Daniel Ramiandrisoa.


Stage et perfectionnement


L’objet de la cérémonie militaire qui a eu lieu à Moramanga hier porte sur le 8e cours de la section de recherche criminelle, le 29e cours de perfectionnement des officiers subalternes, le 3e cours des chefs de groupe d’appui de police judiciaire, le 29e cours de formation des officiers issus du rang, le 3e cours de directeur d’enquête, le 29e stage militaire professionnel de brevet de spécialisation numéro 1 et le 8e cours de spécialisation de première instance 1 et 2 en informatique. Pour cela, le secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie nationale (Seg), le Général de Corps d’armée Didier Gérard Paza, a fait le déplacement avec d’autres hauts responsables, notamment ceux fraichement promus dont le désormais Général de division Florens Rakotomahanina, bien connu à Antananarivo.


Dans son allocution, le commandant de l’Esgn, le colonel Zafinirina Ny Haingo Ramasitera a souligné la pleine contribution de la Gendarmerie nationale française à l’organisation des cours dispensés à nos gendarmes. Le Seg, pour sa part, a tenu à réitérer que la sécurité est une affaire de tous. « La société attend de nous de la dignité et du professionnalisme », s’est-il adressé aux sélectionnés pour les stages et formations annuels pour cette année.
Manou Razafy

1 Commentaire

  • Posté par JUDALET MAURICE
    dimanche, 15 janvier 2017

    A Madagascar la presse travaille beaucoup mieux que la gendarmerie et j'ai pour preuve le lien du site que je poste. A mes yeux Madagascar ne ressemble qu'à "CORRUPTION. VOL. MAGOUILLE". .......

    http://sebastien-judalet-lynchage-nosy-be.fr/

    Rapporter

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff