Publié dans Politique

Ville d’Ambatondrazaka - Montée inquiétante de l’insécurité

Publié le vendredi, 16 décembre 2016

La ville d’Ambatondrazaka est sur le point de devenir l’un de ces points chauds en matière d’insécurité urbaine à Madagascar. Ses habitants, d’habitude de nature calme, ont dorénavant droit à des vacarmes continuels, nuit et jour, à cause de la présence massive de migrants temporaires, étrangers et nationaux, en passe d’acquérir le statut de résidents permanents. Outre les trafiquants de pierres précieuses, les originaires du Nord et du Sud de l’île, assez nombreux par rapport aux autres, sont parmi les pointés du doigt en raison de leur tempérament un peu turbulent et arrogant.


Les buveurs d’alcool commencent à se rendre dans les endroits habituels vers le milieu de l’après-midi. Les attroupements ne cessent de grossir et le summum des rassemblements entre amis se situe à la nuit tombante, aux alentours des 18 heures où tous les bars sont littéralement pris d’assaut. La récurrence du délestage durable, qui peut durer au moins trois heures dans la soirée, n’a aucune prise sur ceux qui se mettent autour des baraquements installés en dehors des espaces clos, généralement sur les abords de la route ou les trottoirs. Ambohimasina, Atsimondrova, Avaradrova, « 67 ha», Atsimontsena et Madiotsifafana sont les quartiers les plus fréquentés où les liquides enivrants coulent à flot, parallèlement aux épaisses fumées des cigarettes qui se mélangent avec celles dégagées par les fours à brochettes.


La loi aux oubliettes


Chez nous, personne n’a vent de l’ordonnance no 61-053 du 13 décembre 1961 portant régime de vente et de consommation de boissons alcoolisées qui, théoriquement, reste toujours de rigueur jusqu’à nouvel ordre. Ses dispositions interdisent, entre autres, la vente en plein air et la consommation de boissons alcoolisées sur la place publique, surtout quand l’acte peut nuire à l’ordre public et mettre en danger la vie des enfants mineurs. Même le fait d’être vu en train de tituber dans la rue après avoir bu quelques verres de rhum, par exemple, peut valoir un séjour de remise en conscience dans le violon du Commissariat, plus une amende.


Réciter tout cela revient à dire délirer aux yeux des fêtards quotidiens d’Ambatondrazaka d’aujourd’hui comme c’est aussi le cas partout sur l’île, les transformations sociales et le changement de mœurs étant. Vers 21 heures, les rues et voies urbaines s’animent encore et les réjouissances collectives migrent désormais dans les salles de karaoké, parfois condamnées à ne recevoir les premiers clients qu’à partir de cette heure car la précieuse électricité fait défaut depuis le début de la soirée. Le retour du magique produit de la Jirama est accueilli dans une euphorie passagère.


Ambiance nocturne


Les salles se remplissent vite. La température monte et l’ambiance s’échauffe dès les premières chansons et dont les paroles sont projetées sur des écrans placardés sur les murs intérieurs. Le volume est mis à fond et l’on entonne ensemble les opus populaires par moments. Evidemment, clientes et clients sont amenés à se côtoyer selon des convenances personnelles. De costauds barbus de type asiatique au ventre bien rond, accompagnés d’un interprète, débarquent et prennent place un peu à l’écart. L’un d’eux ne veut jamais enlever les lunettes noires qui lui collent au nez. Toutefois, personne ne semble prêter attention à eux, sauf les serveurs et quelques filles qui sont manifestement averties à l’avance de leur passage. Ces dernières sont arrivées plus tôt.


Ce sont des Sri-lankais acheteurs de saphir, selon les habitués du lieu. Des bouteilles à 130 000 ariary chacune sont servies à leur table alors que des bouteilles de bière et de rhum industriel local qui se vident à une vitesse petit « v » remplissent celles occupés par des natifs. Des vendeuses de charme qui ne parlent pas leur langue se joignent à eux, de larges sourires aux lèvres. Du coup, une forte odeur de cannabis qui se reconnaît facilement pénètre la salle, à la grande surprise des non avertis. La musique est subitement coupée à minuit tapante.

Des policiers… à la solde des commerçants

Des policiers en uniforme armés de fusils effectuant des patrouilles donnent l’ordre au propriétaire du karaoké de fermer car c’est déjà l’heure. Le traditionnel arrangement qui se règle dans les coulisses, loin des regards indiscrets, s’ensuit alors. Puis, les hommes de la loi repartent aussitôt qu’ils sont venus. A peine le chauffeur du véhicule 4x4 les transportant parvient-il à changer de vitesse troisième que des tables et chaises dans la salle du karaoké sont rangées sur les côtés pour dégager une aire de dance. Et ceux qui veulent danser dansent sur des rythmes variés.


Après s’être mêlée un moment avec celle sur la piste, l’équipe de trafiquants étrangers quitte le lieu vers 1 heure du matin. Deux filles, dont une a bougé son corps d’une façon plus ou moins obscène, a accepté de les suivre de leur plein gré. Moins d’une heure après leur départ, le répertoire joué par le disc jockey semble annoncer l’approche imminente de la fin de la partie. Puis, tout s’arrête, le bonus (la séquence dansante) étant épuisé. Vivement remercié, le restant de la clientèle est invité à évacuer la salle. Mais le règlement des comptes est parfois ponctué des voix qui montent. Deux serveurs aux noms et gestes très féminins se chamaillent dehors avec un client, lui aussi, aux allures vraisemblablement féminines.


Des attaques récurrentes


Loin d’être exhaustive, cette description cache beaucoup d’épouvantes non dites. La Capitale régionale d’Alaotra-Mangoro a été quatre fois le théâtre d’attaques à main armée en plein jour ces deux dernières semaines. Celle qui reste encore sur toutes les lèvres a eu pour cible un riche marchand demi-grossiste au marché municipal. Il se fait dérober de dizaines de millions d’ariary sous les yeux des passants apeurés au moment où il s’apprête à aller à la banque pour y verser des liquidités. Des policiers négociés avec la hiérarchie se relaient maintenant pour monter la garde aux alentours de sa boutique.


Des mesures sont appliquées de concert avec l’Organe mixte de conception conduit par le préfet pour préserver la paix dans la cité, selon le maire de la Commune urbaine d’Ambatondrazaka, Louis Fidèle Rafidimanana. Des contrôles de légalité sont effectués à partir de 21 heures. Les résidents locaux ont pris cette injonction à effet restrictif pour un couvre-feu décrété en temps de guerre. Tous les chefs de quartier aussi ont reçu l’ordre formel d’identifier les non résidents et tout individu au comportement suspect.
Manou Razafy

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Professeur Zafy Albert - Un dernier « Mada Raid » vers le Nord
  • Régime Rajaonarimampianina - Fierté dans la médiocrité
  • Madagascar en deuil - Le Père de la démocratie tire sa révérence
  • Air Madagascar - Besoa Razafimaharo, nouveau Dg
  • Conseiller du Président de la République - Un parc automobile luxueux et coûteux
  • Lutte contre la peste - La Première Dame s'approprie les dons onusiens
  • Peste à Antananarivo - Vingt morts en un mois
  • Victime d'un Avc - Albert Zafy dans un état comateux
  • Epidémie de peste - Où sont-elles, que font-elles ?
  • Ambohitrarahaba - Une fillette retrouvée avec les yeux de son frère assassiné

La Une

Editorial

  • Orpheline
    Zafy Albert, celui qui fut pris pour le « chantre » de la démocratie, disparait à l’âge de 90 ans. La démocratie perd l’un de ses plus grands défenseurs, sinon son père. Avec lui disparait, aussi, la vertu de l’humilité et de la probité. Propulsé au sommet de l’Etat des suites des contestations populaires au début des années 90 mettant fin au long règne de l’Amiral rouge Didier Ratsiraka, le Professeur Zafy Albert inaugura un nouveau style de gouvernance. Président de la Haute Autorité de l’Etat, HAE, il assuma la fonction de Chef de l’Etat, en tandem avec un certain Guy Willy Razanamasy à la Primature, et ce, grâce à la « Convention de Panorama » en 1991.  Mais, le « couple » ne devrait pas durer assez longtemps ! L’élection présidentielle de 1993, tout juste après un Référendum constitutionnel, devra le confirmer au poste de premier Président de la Troisième République. 

A bout portant

BONS PLANS WEEK-END

  •  Vendredi 25 novmebre 2016:

    - Fara kely, Fara Gloum et Mahandry au Piment café

    - Joëlle Claude  : au Cercle-germano malagasy à Analakely

    - "Who's next" au Dome Rta à 17h

    - Journée dédiée à la jeunesse suivi d'un spectacle oratoire le "Cinbé village" et le "zumba coloré" au Village de la Francophonie à Andohatapenaka

    - Grand concert intégrationnel au Village de la Francophonie à 15h suivi d'un défilé de mode et un "Zoma magnifique" avec Mika et Davis à 21h

    Samedi 26 novembre 2016:

    - "Ndao hifety isika jiaby": thème du jour au Village de la Francophonie

    Dimanche 27 novembre 2016:

    - "Ce n'est qu'un au revoir" thème du jour au Village de la Francophonie

    - "Ciné village", finale du tournoi de slam, carnaval de clôture, grand concert de musique classique, récit du mythe d'Ibonia, un chant d'au revoir du village, un jeu de drapeau: "Ce n'est qu'un au revoir mes frères" à 19h au Village de la Francophonie

  • Se surpasser, encore et toujours. Avant de s’envoler pour d’autres cieux, Bodo rendra hommage à ses fans à l’« Akany Nambinitsoa », Talatamaty. Ce sera son dernier cabaret-concert de cette année. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs de cette grande dame de la musique malagasy. Le show commencera à partir de 20h.
     
  • Après l’avant-gout de la célébration du 20ème anniversaire du groupe « ‘Zay » qui a eu lieu à l’hôtel Carlton, Anosy, ce dernier revient sur le devant de la scène. Ainsi, le groupe réalisera un autre concert au Palais des sports de Mahamasina ce dimanche après-midi. Durant quelques heures, « ‘Zay » résumera les 20 ans de sa carrière à travers ses titres. Nary et compagnie ressusciteront leurs tubes les plus connus. Outre les musiciens, l’instrument à vent « Anjaniony » bercera le public. Le concert débutera à partir de 15h.
     
  • Une belle ambiance et de la bonne musique attendront les abonnés de l’Amitié Fandian à Ankadindramamy à partir de 21h. Mahery, Nini (Kiaka), Poun ou encore Green Banane animeront la soirée « after work » de cet endroit qui est devenu, à chaque fin de week-end, le lieu de rendez-vous incontournable pour certaines familles et des amis. Le répertoire sera composé des succès de ces artistes, en plus des duos et trios exceptionnels. 

  •  Des artistes véhiculant des styles de musique différents se réuniront au Pk 0 Soarano. La musique traditionnelle, celle urbaine et la musique des hauts-plateaux berceront les cœurs des  abonnés de cet endroit dans une soirée dénommée « Cabaret in Tanà ». Ry kala vazo, Jimmy Harison, Tana Group et Tovo J’hay partageront la scène pour assurer une ambiance parfaite.
  • Dans le cadre du festival « Madajazzcar », un cabaret avec Mampionona quintet, Hakon Storm, Mathisen feat Lova Bil, @ Tonny Mahefa Razafiarison & Volahasiniaina Linda aura lieu à l’hotel du Louvre, Antaninarenina à partir de 19h 30.
     
     
AutoDiff