Publié dans Politique

Mandat de dépôt d’Augustin Andriamananoro - Des associations montent au créneau

Publié le vendredi, 16 décembre 2016

Jeudi, l’ancien ministre Augustin Andriamananoro a été place sous mandat de dépôt à Antanimora. Pour réclamer sa libération et l’arrêt de toute poursuite à son encontre, les leaders du Mapar dont il est le vice-président national, ont tenu une conférence de presse à Ambodivona dans l’après-midi de jeudi.

Hier, plusieurs Organisations de la société civile (Osc) fidèles à l’ancien Président de la Transition Andry Rajoelina ont joint leur voix pour dénoncer cette détention. Dans une déclaration commune lue à Ampandrana, l’association  « Pro-Andry Nirina Rajoelina », le « Club des supporters-Andry Nirina Rajoelina » et le « Tanora miandrandra ny ho avy » ont dénoncé les violations répétées des droits de l’Homme et des valeurs malgaches, ainsi que les intimidations, violences et abus de pouvoir perpétrés sur les personnes qui osent se dresser pour protéger leur patrie. Ces Osc fustigent également l’extrême pauvreté ainsi que l’insécurité grandissante qui prévalent dans le pays. Dans leur déclaration, les Rakotomavo Fanja et consorts ont ainsi réclamé le respect des engagements et des promesses, la cessation des emprisonnements et des poursuites menées contre les défenseurs de la patrie et des richesses nationales.  « L’amour de la patrie n’est pas un crime », soutiennent-ils, revendiquant au passage la cessation des sanctions contre ceux qui osent défendre leurs idées. La libération sans conditions d’Augustin Andriamananoro figure aussi parmi les revendications de ces associations, tout comme la mise en place d’un véritable Etat de droit, la redistribution équitable des richesses nationales aux Malgaches, ainsi que la fin de l’impunité pour les dirigeants.
L.A.

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Compte rendu à l’Hôtel de Ville - Les députés du Tim et du Mapar rassurent
  • Départ inopiné du pays - Rajaonarimampianina aurait-il « lâché » ses partisans
  • Conjoncture politique - Les épouses de gendarmes supplient leurs maris !
  • Lois électorales et dérives démocratiques - Les députés opposants s'en remettent à la Communauté internationale
  • Hery Rajaonarimampianina - Départ en catimini à l'extérieur ?
  • Menaces contre des députés Tim-Mapar - Plainte de réserve contre le préfet et des gros bras
  • Syndicat des artistes - Halte aux abus des autorités !
  • Privation de discours à Vohipeno - La colère très mal placée de Hery Rajaonarimampianina
  • Déplacements de Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina - Le régime aux abois
  • Manifestations publiques interdites - Les catholiques font de la résistance

La Une

Editorial

  • Bataille rangée
    Guerre déclarée. L’escalade de provocations, déclenchée initialement par les maîtres du régime, propulse inexorablement le pays vers la logique de confrontation. Une guerre déclarée dont personne ne sait quel en est la véritable raison. Des troubles inutiles et incompris sciemment fomentés un peu partout.  En face, l’opinion publique, des acteurs pertinents de la société civile, les leaders des formations politiques principalement de l’opposition et même les prélats des Eglises, à l’instar de l’Eglise catholique apostolique romaine (ECAR) ou ceux des Eglises non affiliées au FFKM ne restent pas insensibles. Ils réagissent chacun dans leur propre camp. En fait, ils ne veulent pas rester indifférents et sont déterminés à manifester leur rejet aux dérives dictatoriales, répétées, de ces détenteurs de l’autorité d’Etat. Des tirs croisés, apparemment percutants, atteignent de plein fouet le centre de gravité du pouvoir. Ainsi, le régime doit faire face à une bataille rangée sur plusieurs fronts.Les catholiques, très…

A bout portant

AutoDiff