Publié dans Politique

Ministre Atallah Béatrice Une ascendance paternelle libanaise

Publié le mardi, 22 novembre 2016

La ministre malgache des Affaires étrangères, Jeannine Atallah Béatrice, a révélé une petite mais très importante de la base de sa personnalité dans la chaude euphorie en lien avec l’accueil du présent Sommet de la Francophonie dont le cordon ombilical était enterré à Madagascar, selon les dires du Président Hery Rajaonarimampianina.

Sur les ondes de la radiodiffusion de l’Etat (Rnm), elle a pipé mot sur ses origines libanaises, vendredi soir au cours de l’émission-écran « Ady gasy » tenant lieu de propagande du régime en place, orchestrée et animée par le ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions et son (ancien ?) directeur de cabinet Nivo Ratiarison, actuellement placé sous mandat de dépôt à la Maison centrale d’Antanimora Antananarivo pour cause de malversations démasquées au sein du même département ministériel.

Invitée par le ministre-journaliste à faire le point sur l’organisation générale du Sommet qui reste jusqu’à preuve du contraire une priorité absolue du Gouvernement depuis janvier, son interlocutrice n’a pas pu s’empêcher de citer les pays dont des hauts représentants sont attendus chez nous. Au moment où elle a touché mot au Liban, elle a saisi l’occasion pour adresser au passage ses félicitations au pays des cèdres d’avoir pu finalement élu un Président, eu égard à la situation sociopolitique qui y a régné depuis plusieurs années. Circonspecte, elle a eu la sagesse de lancer tout simplement : « J’ai une ascendance paternelle libanaise ».

Les vieilles personnes originaires de l’Ouest de l’île, notamment les Régions de Melaky et de Menabe, savaient qui était son père. C’était un haut fonctionnaire de l’administration coloniale dans le temps, d’où la double nationalité malgache et française de notre chère ministre. Magistrate de carrière, elle est affectueusement surnommée « Maman » par certains consultants étrangers et membres de la toute puissance communauté indo-pakistanaise à Madagascar.

Certes, l’une des caractéristiques les plus saisissantes de notre île et pas moins des plus curieuses tient à ce qu’un patchwork de peuples aux origines très variées est à la base de sa population. Le brassage ethnique et culturel qui y est amorcé depuis le début de l’ère chrétienne, et même bien avant, continue de rendre encore plus complexe le fonctionnement des différentes communautés y vivant.

Il est donc judicieux de connaître les réactions personnelles de la patronne de la diplomatie malgache en présence de celle-ci dans le cadre du Sommet de la Francophonie. Des domestiques malgaches, notamment des femmes, qui travaillent au Liban sont agressés, maltraités, torturés voire tués au vu et au su de tous.

Des mesures temporaires étaient ainsi prises pour tenter d’alléger à distance les souffrances des Malgaches qui galéraient dans le Moyen-Orient et de retenir ceux qui désiraient d’y aller. Par la suite, l’ampleur du problème couplée avec la problématique de la migration et du trafic d’êtres humains à l’échelle planétaire ont poussé le siège de l’Organisation internationale pour les migrations (Oim) à Genève, Suisse, à ouvrir depuis octobre 2014 son antenne à Antananarivo.

 

Manou Razafy

4 Commentaires

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Lalao Ravalomanana à la tête de la mairie - La plus grosse déception des Tananariviens
  • Laniera Ivato - Un Indopakistanais dépossède 950 Malagasy de leurs biens
  • Prétendu « achat de voix » pendant la propagande - Un candidat répond aux observateurs européens
  • Visite de Ravalomanana aux Barea - Une offense au football malagasy
  • Fianarantsoa I, Mananjary … - Des preuves flagrantes de manipulation de voix
  • Insécurité urbaine - Nassir de Conforama kidnappé
  • Anomalies électorales - Le camp Rajoelina saisira la HCC
  • Trafic à la douane - Mbola Rajaonah interdit de sortie du territoire
  • Représentant auprès de la CENI - Le camp Rajoelina plie bagage
  • Haingo Rasolofonjoa - « Il faut préserver avant tout la paix sociale dans ce contexte difficile »

Editorial

  • Attention !!
    Ressaisissons-nous tous ! Le pays glisse sans crier gare vers l'imparable. Tous les indicateurs broient du noir sinon voient rouge. La publication des résultats provisoires au niveau de la CENI nous plonge dans un état d'urgence voire critique. L'Instance d'Alarobia persiste à afficher des chiffres non seulement erronés mais aussi porteurs d'anomalies flagrantes. De l'autre côté, la population vit dans des conditions inacceptables que l'on a tendance à ignorer. On dirait qu'on profite bien du cafouillage qui prévaut pour tordre le cou au bas-peuple.

A bout portant

AutoDiff