Publié dans Politique

« Popularité » du Président de la République à Miarinarivo - Une flagrante manipulation de l'opinion publique

Publié le mardi, 13 septembre 2016

Le député connu sous le pseudonyme de « Jaona Elite », sur les ondes de la radio Antsiva la semaine dernière, s'était extasié sur un soi-disant engouement populaire vis-à-vis de la visite effectuée dernièrement par le Chef de l'Etat à Miarinarivo.

A cette occasion, l'homme avait fustigé la presse qui, selon lui, avait joué les oiseaux de mauvais augure en prédisant un accueil hostile de la population alors que, finalement, celle-ci avait reçu Hery Rajaonarimampianina avec ferveur. Un document rapportant une réunion préparatoire de ce déplacement présidentiel révèle ce qu'il en était exactement (voir fac-similé). L'on saura donc que la journée du 8 septembre 2016 (le jour de la visite) a été décrétée fériée pour tous les travailleurs de cette Commune. Pour étoffer davantage la population locale, le déplacement d'une délégation de 50 personnes de la localité voisine d'Analavory a aussi été soigneusement organisé. Le déploiement de banderoles avec des inscriptions hostiles ou inconvenantes (« soratra ratsy na hafahafa ») a été strictement prohibé. Il en est de même des propos discordants, surtout ceux critiquant le régime en place. D'ailleurs, ceux qui avaient des doléances à adresser à Hery Rajaonarimampianina devaient le faire par écrit et c'est un porte-parole qui lira, après avoir procédé à une censure bien évidemment. Enfin, il était formellement interdit de déserter le meeting avant la fin de tous les discours. Et pour cause, celui du Chef de l'Etat termine normalement les allocutions. On avait tout simplement peur que certains « partisans forcés » ne fassent un simple acte de présence. On retourne la question au député Jaona Elite. Qui a manipulé l'opinion publique dans cette histoire ?

H. M.

333 Commentaires

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Maître Willy - Razafinjatovo alias Olala « Le HVM veut me faire taire »
  • Election présidentielle - Les appels à la candidature d’Andry Rajoelina se multiplient
  • Journée internationale - Nelson Mandela L’amnésie du président Hery Rajaonarimampianina
  • Revendications syndicales - Christian Ntsay interpelle ses ministres
  • Soupçons de corruption à Tsimbazaza - 7 députés encourent une arrestation
  • Période électorale - Vers un verrouillage à double tour de la RNM et TVM
  • Projet rocade Est et Nord-Est - Enfin le lancement officiel
  • Présidentielle 2018 - La France pour une élection libre, inclusive et transparente
  • Grande Messe à Toamasina - Le Cardinal Tsarahazana crève l’abcès sur les mensonges d’Etat
  • Secteur énergétique - Haro du SEFAFI sur les mauvaises pratiques

Editorial

  • Horizon…2019 !
     Emergence, terme fétiche en cette fin de mandat du régime en place. Tellement, les barons aux cravates bleues terminent leur funeste parcours en coulant le pays. On dit qu’un objet émerge quand il remonte en surface et se trouve en contact avec l’air. Pour un homme, entièrement sous l’eau, le terme « émergence » indique pour lui l’idée d’une remontée en surface et lui offre la possibilité de pouvoir respirer l’air. Madagascar, en cinquante-huit ans d’indépendance, sauf la petite parenthèse des années 60, ne cessa de dégringoler. Une descente aux… enfers qu’aucun régime démocratiquement élu n’avait pas pu stopper tout au moins ralentir. En effet, à partir des années 70, le « navire Madagascar » commença à prendre de l’eau. Le comble du malheur, le drame s’aggrave d’année en année. La Deuxième République, le principal tombeur du pays, détruit tout. La dictature rouge de l’Amiral Didier Ratsiraka coula la Grande île. Le régime socialiste…

A bout portant

AutoDiff