Publié dans Politique

« Popularité » du Président de la République à Miarinarivo - Une flagrante manipulation de l'opinion publique

Publié le mardi, 13 septembre 2016

Le député connu sous le pseudonyme de « Jaona Elite », sur les ondes de la radio Antsiva la semaine dernière, s'était extasié sur un soi-disant engouement populaire vis-à-vis de la visite effectuée dernièrement par le Chef de l'Etat à Miarinarivo.

A cette occasion, l'homme avait fustigé la presse qui, selon lui, avait joué les oiseaux de mauvais augure en prédisant un accueil hostile de la population alors que, finalement, celle-ci avait reçu Hery Rajaonarimampianina avec ferveur. Un document rapportant une réunion préparatoire de ce déplacement présidentiel révèle ce qu'il en était exactement (voir fac-similé). L'on saura donc que la journée du 8 septembre 2016 (le jour de la visite) a été décrétée fériée pour tous les travailleurs de cette Commune. Pour étoffer davantage la population locale, le déplacement d'une délégation de 50 personnes de la localité voisine d'Analavory a aussi été soigneusement organisé. Le déploiement de banderoles avec des inscriptions hostiles ou inconvenantes (« soratra ratsy na hafahafa ») a été strictement prohibé. Il en est de même des propos discordants, surtout ceux critiquant le régime en place. D'ailleurs, ceux qui avaient des doléances à adresser à Hery Rajaonarimampianina devaient le faire par écrit et c'est un porte-parole qui lira, après avoir procédé à une censure bien évidemment. Enfin, il était formellement interdit de déserter le meeting avant la fin de tous les discours. Et pour cause, celui du Chef de l'Etat termine normalement les allocutions. On avait tout simplement peur que certains « partisans forcés » ne fassent un simple acte de présence. On retourne la question au député Jaona Elite. Qui a manipulé l'opinion publique dans cette histoire ?

H. M.

333 Commentaires

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Fil infos

  • Kidnapping à Tsaratanàna - Complicité de certains gendarmes ?
  • Décès de la jeune Andotiana - La Police française conclut à une mort par noyade
  • Critiques à tout-va et prématurées - Les détracteurs du régime se ridiculisent
  • Habitation - Des logements sociaux sur 58 ha à Ivato
  • Délestage - La JiRAMA avance une cause technique et environnementale
  • Epidémie de rougeole - Vaccination gratuite des enfants dans 22 districts
  • Assassinat de Richard Ratsimandrava - Un témoin oculaire révèle des faits troublants
  • Président Andry Rajoelina à Addis-Abeba - Sortie internationale, politique et économique
  • Bois de rose, fraude douanière, corruption… - Mbola Rajaonah interpellé
  • Maire de Toamasina et conseillers municipaux - Une Saint -Valentin pas comme les autres

La Une

Editorial

  • Et le savon !
    Trop occultée par les affres et les fantasmes de la politique, l’économie s’éclipse et meurt à petit feu! Elle peine à subsister. Des mesures d’urgence s’imposent. Le samedi 12 janvier 2019, le premier responsable de l’Autorité nationale en charge des mesures correctives commerciales (ANMCC) donna une conférence de presse en présence de certains opérateurs locaux. L’objet étant de faire état des dispositions engagées afin de « donner un nouveau souffle à l’industrie nationale ». D’après Barthélémy, directeur Général de l’ANMCC, des mesures de sauvegarde ont été arrêtées touchant les importations de certains produits comme les pâtes alimentaires, des détergents en poudre ainsi que des couvertures. Pour une durée de 4 ans, renouvelable, les importations de ces produits ciblés seront soumises au droit additionnel de 30%.  Il n’est jamais tard pour bien faire ! Les acteurs nationaux de l’industrie ont dû attendre des années des mesures pour protéger nos produits face à l’importation ...…

A bout portant

AutoDiff