Publié dans Politique

Explications du MEN sur l’achat de bonbons sucettes - « Les 8,4 milliards d’ariary seront réaffectés à d’autres priorités »

Publié le vendredi, 29 mai 2020

La révélation par la presse d’un crédit destiné à l’achat de produits alimentaires dont des bonbons pour un montant de 8.4 milliards d’ariary a fait polémique ces dernières heures. Première concernée, la ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et Professionnel a tenu à apporter des précisions, hier, au cours d’une interview donnée aux gens des médias. En guise de réponse à cette affaire qui a éclaboussé son département ministériel, Iarintsambatra Rijasoa Andriamanana Josoa confirme l’existence d’une rubrique destinée à l’achat de ces friandises pour un montant de 8,4 milliards d’ariary au sein de son ministère. Elle affirme toutefois que cette somme n’a pas encore été décaissée et est donc bel et bien encore dans les caisses de l’Etat.

 

« Lorsqu’il a été décidé de distribuer du Covid-Organics, dont le goût est amer, aux élèves dans tout Madagascar, il y avait eu le projet d’acheter trois sucettes par élève, car le CVO s’ingurgite en  trois doses. (…) Toutefois, après réflexions, nous avons estimé qu’il y avait d’autres priorités dans le pays, raison pour laquelle le projet d’acheter des bonbons a été abandonné. Les 8 milliards d’ariary n’ont ainsi pas été décaissés. », souligne la ministre de l’Education nationale. Ce qui est corroboré par le Directeur de l’Unité de contrôle et d’audit interne du ministère qui, dans une déclaration sur les réaux sociaux, soutient qu’aucune dépense n’a été effectué au sein du MENETP.

Etant donné que la somme est disponible, Mme Iarintsambatra Rijasoa Andriamanana Josoa soutient que celle-ci sera destinée à d’autres dépenses. « Cet argent sera réaffecté à de meilleurs projets, destinés à développer l’éducation nationale, que nous verrons plus tard. En tout cas, l’argent n’a pas été dépensé », soutient la ministre. Continuant sur sa lancée, la première responsable du département de l’Education nationale à Madagascar s’est défendue des critiques à son encontre suite à cette affaire. « Exprimer son opinion sur les réseaux sociaux est libre. Chacun peut dire ce qu’il veut dire, affirmer mais avoir des preuves…. Quand j’ai accepté ce poste, en tant que nouvelle venue et une personne de terrain, je voulais apporter de nouvelles idées. Cela gêne peut être certains. Le changement n’est jamais facile. Les critiques seront toujours là. D’ailleurs, seuls ceux qui travaillent s’exposent à des critiques », a confié la ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et Professionnel devant les journalistes.

La Rédaction

Fil infos

  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina
  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère
  • Campagne de vanille - Pressing des certains opérateurs

La Une

Editorial

  • L’autre pandémie !
    La pandémie de Covid-19 sème la terreur et plonge le pays dans le désarroi. A Antananarivo, le nouvel épicentre du fléau, on est partagé entre l’angoisse et l’impuissance. Bien que les données statistiques des dernières soixante-douze heures affichent un semblant d’éclaircie, on est encore loin  de l’orée. La guerre bat toujours son plein ! Selon des experts, voix autorisée, en la matière, la Ville des Mille est infestée de cet indésirable virus. La lutte se corse dans la mesure où les Tananariviens rechignent ouvertement à se plier au respect des consignes à même les plus élémentaires. Le geste barrière, la distanciation d’un mètre, la mesure la plus simple mais également la voie la plus facile au Covid-19 pour sévir est ignorée par l’ensemble de la population. Est-ce réellement par ignorance ou  par une volonté délibérée d’enfreindre la loi, comme d’habitude. Le respect du confinement total subit la résistance des gens. Avec…

A bout portant

AutoDiff