Publié dans Politique

Crise sanitaire - Un parfum de récupération politique dans l’air !

Publié le jeudi, 28 mai 2020


Coïncidence ou manœuvre orchestrée ? L’évolution de la conjoncture actuelle suscite beaucoup d’interrogations chez les observateurs politiques. En effet, plusieurs évènements du moment sont mis à profit pour multiplier les récupérations politiques et deviennent carrément une brèche pour les politiciens en quête de popularité. A titre d’exemple, la gestion de l’épidémie du Covid-19 ainsi que la polémique engendrée par la construction d’une arène aux allures de colisée dans l’enceinte du Rovan’Antananarivo.
Alors que ladite polémique vient de connaître un court répit, l’ancien Président Marc Ravalomanana en profite pour surfer sur la vague. Hier, le leader du parti « Tiako i Madagasikara » s’est déplacé sur le site de construction du Rova et a pénétré dans l’enceinte sans la moindre autorisation. En plein chantier, le Rovan’Antananarivo est interdit au public, dont fait partie Marc Ravalomanana, mais celui-ci a complètement ignoré cette interdiction. Il en aurait profité pour distribuer des produits laitiers confectionnés par son usine TIKO  à des ouvriers sur place. Un geste qui parait ironique dans la mesure où en cette période de crise sanitaire, bon nombre d’entreprises privées ont mis la main à la pâte en apportant des dons au profit des patients, des membres du personnel médical ou encore des Forces de l’ordre qui travaillent jour et nuit actuellement. Le locataire de Faravohitra s’est contenté d’un simple tam – tam médiatique en faisant don de quelques bidons jaunes vides.  Hier soir encore, l’ancien exilé d’Afrique du Sud est intervenu sur la télévision MBS pour s’exprimer sur le sujet. En guise de « bande » annoncée, l’ex – Chef de l’Etat a déterré une de ses vieilles photos brandissant un livre sur la restauration du Rova.
En ordre dispersée
De son côté, Roland Ratsiraka tente le tout pour le tout en incitant les habitants de Toamasina à faire fi des mesures de confinement partiel. Hier, des informations ont fait part de la sortie de quelques étudiants de l’université de Barikadimy dans la rue. Les observateurs avertis savent pertinemment qu’en politique, rien n’arrive par hasard et que tout est calculé.
En cette période de crise, l’ennemi commun et invisible qu’on devrait pourtant combattre est l’épidémie de Covid-19. Un ennemi qui pourrait nuire gravement à la vie sociale et économique du pays. Sous d’autres cieux, les querelles politiques sont mises entre parenthèses afin d’optimiser les stratégies appliquées dans cette lutte. En revanche, à Madagascar, certains politiciens semblent prendre du plaisir à voir le pays sombrer si jamais un tel scénario devait arriver.
Un autre combat attend également le commun des Malagasy : la revendication en vue de la restitution des îles éparses (îles malagasy) par la France. Des causes pour lesquelles tous les Malagasy doivent faire un front uni pour y faire face. Sauf les « collabos » bien sûr…
La Rédaction

Fil infos

  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina
  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère
  • Campagne de vanille - Pressing des certains opérateurs

La Une

Editorial

  • L’autre pandémie !
    La pandémie de Covid-19 sème la terreur et plonge le pays dans le désarroi. A Antananarivo, le nouvel épicentre du fléau, on est partagé entre l’angoisse et l’impuissance. Bien que les données statistiques des dernières soixante-douze heures affichent un semblant d’éclaircie, on est encore loin  de l’orée. La guerre bat toujours son plein ! Selon des experts, voix autorisée, en la matière, la Ville des Mille est infestée de cet indésirable virus. La lutte se corse dans la mesure où les Tananariviens rechignent ouvertement à se plier au respect des consignes à même les plus élémentaires. Le geste barrière, la distanciation d’un mètre, la mesure la plus simple mais également la voie la plus facile au Covid-19 pour sévir est ignorée par l’ensemble de la population. Est-ce réellement par ignorance ou  par une volonté délibérée d’enfreindre la loi, comme d’habitude. Le respect du confinement total subit la résistance des gens. Avec…

A bout portant

AutoDiff