Publié dans Politique

Défilé du 26 juin sur l’avenue de l’Indépendance - Le régime renoue avec la célébration des années 70 et 90

Publié le lundi, 25 mai 2020

C’est maintenant officiel ! Le défilé militaire organisé à l’occasion du 60ème anniversaire du retour de l’indépendance de Madagascar se tiendra sur l’avenue de l’Indépendance, à Analakely. Entre cette place mythique et le stade d’Arivonimamo, le choix est donc fait. A défaut d’exécution des travaux qui se poursuivent encore au stade Barea à Mahamasina, les organisateurs de cette célébration nationale ont opté pour cette place historique située au centre – ville. 

Il faut savoir que ce rendez – vous de la fête nationale à Analakely n’est pas la première dans l’histoire de la Grande île. En effet, dans les années 70 et 90, sous la 1ère et 3ème République, les deux Présidents à savoir Philibert Tsiranana et Albert Zafy ont choisi l’avenue de l’Indépendance pour tenir les festivités du 26 juin, notamment la traditionnelle parade militaire. Pour « le père de l’indépendance », célébrer la fête nationale sur ce lieu emblématique était presque logique. Pour sa part, le Pr Albert Zafy avait choisi cet endroit pour des raisons plutôt politiques c’est-à-dire pour se démarquer de son prédécesseur, l’Amiral Didier Ratsiraka, qui avait coutume de tenir la célébration au stade de Mahamasina.

Pour en revenir à la célébration de cette année, bien qu’il s’agisse du 60ème anniversaire, la célébration risque d’être plus sobre et morose que d’habitude. D’aucuns n’ignorent le contexte de crise sanitaire causé par la pandémie du Covid-19 auquel s’ajoutent les mesures prises par le régime dans le cadre de l’Etat d’urgence sanitaire qui empêchent les rassemblements, ainsi que la circulation des personnes le jour comme la nuit. D’ailleurs, malgré le choix d’un espace ouvert, le défilé militaire se tiendra en petit comité voire « à huis clos ». La présence d’un public n’est pas prévue de même que celle des invités de marque comme les membres du corps diplomatique.

La Rédaction  

Fil infos

  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina
  • Gouvernement Ntsay - Aucun remaniement à l’ordre du jour !
  • Reconfinement d’Analamanga - Une décision à ne pas prendre à la légère
  • Campagne de vanille - Pressing des certains opérateurs

La Une

Editorial

  • L’autre pandémie !
    La pandémie de Covid-19 sème la terreur et plonge le pays dans le désarroi. A Antananarivo, le nouvel épicentre du fléau, on est partagé entre l’angoisse et l’impuissance. Bien que les données statistiques des dernières soixante-douze heures affichent un semblant d’éclaircie, on est encore loin  de l’orée. La guerre bat toujours son plein ! Selon des experts, voix autorisée, en la matière, la Ville des Mille est infestée de cet indésirable virus. La lutte se corse dans la mesure où les Tananariviens rechignent ouvertement à se plier au respect des consignes à même les plus élémentaires. Le geste barrière, la distanciation d’un mètre, la mesure la plus simple mais également la voie la plus facile au Covid-19 pour sévir est ignorée par l’ensemble de la population. Est-ce réellement par ignorance ou  par une volonté délibérée d’enfreindre la loi, comme d’habitude. Le respect du confinement total subit la résistance des gens. Avec…

A bout portant

AutoDiff