Lutte contre la pollution marine - Poursuite des actions de prévention

L'Organe de lutte contre l'évènement de pollution maritime (Olep) a été saisi pour avis au niveau de...

Halloween - Déguisement, films d’horreur et fêtes pour les grands

Ce soir c’est Halloween, cette fête d’origine anglo-celte gagne du terrain dans la Grande Ile. E...

Affaire kidnapping de N. Molou - La police s’exprimera bientôt

Pour l’heure, nul ne sait encore ce qui est advenu à Navaz Molou, le propriétaire de magasin karana ...

« Africa Mercy » à Toamasina - Des patients livrés à eux-mêmes !

Des infrastructures d’accueil saturées. La plupart des personnes voulant bénéficier des prestations ...

Football - Telma Coupe de Madagascar - Elgeco Plus et AS Adema jouent gros !

Les deux équipes rescapées de la ligue Analamanga aux compétitions nationales jouent gros ce dimanch...

Vonjy Tmovie Le cinéma malagasy a un avenir

 

Le cinéma malagasy a un avenir, voilà les propos de Vonjy Andriamanantena, Président de Tmovie, l’association de jeunes cinéastes malagasy semi professionnels dans le 7e art. Par ailleurs, le slogan de cette association « septième art antsika » entre vraiment dans l’inculcation de ce sentiment d’appartenance au monde du cinéma dans les esprits des gens. D’après les dires de Vonjy, ce milieu est en train de progresser dans le bon sens. Il est vrai que ce n’est pas encore au top des tops , néanmoins on peut constater une nette amélioration que ce soit en matière de technicité ou de scénario. Si l’on se souvient, le cinéma malagasy a eu ses heures de gloire avec Raymond Rajaonarivelo, ou encore Solo Nandrasana,ou  Monique. Pourtant, à un moment donné, un silence radio a été constaté dans ce secteur. Mais depuis l’an 2000, de nouveaux films ont immergé, ce qui a réveillé les sens des jeunes qui, maintenant, sont en train d’apporter un nouveau souffle dans le monde du cinéma malagasy. Il y va sans dire qu’une nouvelle vague de réalisateurs sont en train de sortir de l’ombre, d’autant plus que des formations ont lieu de plus en plus à l’initiation du cinéma.

Malgré l’absence d’écoles spécialisées à Madagascar, ces jeunes ne sont pas restés sans rien faire pour concrétiser leur rêve d’œuvrer dans le cinéma. Aujourd’hui, le cinéma malagasy se divise en trois catégories distinctes, à savoir le film commercial, le film passionné et le film qui vise le circuit international. Le commercial a déjà des clients fidèles et très assidus pour consommer les produits mis sur le marché. La plupart des réalisateurs sont encore dans le stade des passionnés c'est-à-dire qu’ils font des productions juste par passion sans pour autant mettre en vente ou présenter ses œuvres, pourtant il y en a de vrais professionnels. Heureusement, les festivals comme la Rencontre de films courts permettent de faire découvrir les performances des Malagasy. Ces genres de concours font partie des coups de pouce pour motiver les jeunes de se présenter dans des festivals internationaux. Toutefois, le cinéma malagasy est bloqué par une grosse montagne de problèmes dans tous les sens du terme. Selon ce Président de Tmovie, l’instauration d’écoles ou d’instituts de cinéma à Madagascar sera pratique pour performer ce domaine et la mise en place de structure légale dans la réglementation des techniciens avec une grille salariale conventionnelle. L’éducation à l’image est aussi de mise pour que la population se rende compte de la valeur du cinéma.

Recueillis par Zo Toniaina

 

Mardi, 25 Septembre 2012 15:30
 

Météo

Cours de change

Euro:

2 946,35

Ar
Dollar Americain: 2 208,93
Ar
Livre Sterling : 3 494,75 Ar
Japan Yen : 24,65 Ar

Information sur les vols


Lire la suite