Fleuve de Mamba - Un nouveau réservoir d’eau du Grand Tana

La Commune de Sabotsy-Namehana souffre en eau. Les habitants sont obligés de puiser de l’eau entre u...

Basculement vers la télévision numérique - Des partisans se manifestent !

Des firmes internationales font leur apparition, suite à l’engouement des uns et malgré la réticence...

Football féminin - Championnat national - La 5e édition sort de l’ordinaire

L’édition 2014 du championnat national revêt un cachet particulier pour les joueuses en lice. D’un c...

Tritha - Du Bollywood électrique sous nos latitudes

Qui ne connait pas la culture Bollywood, ce genre cinématographique indien, ses mille couleurs et pa...

Procès en appel de l’affaire Mistler - L’amant de la Malgache maintient son accusation contre celle-ci

La deuxième journée du procès en appel de l’affaire Mistler a été plutôt consacrée à l’interrogatoire de Frantz Diguelman, l’amant de la veuve malgache, qui elle, est accusée de complicité de meurtre de son mari. Tout au long des débats donc,  l’on sentait que tous les avocats dudit Frantz semblaient vouloir démontrer à l’auditoire que,  dans ce meurtre, l’accusé n’a été surtout que manipulé tandis que, de son côté,   le Président ne s’est contenté que de poser des questions. Sur ce point,  le juge a repris  d’abord les déclarations de Diguelman  lors du premier procès comme pour le lui rappeler : « Non, elle ne m'a jamais demandé de tuer son mari. Elle m'a dit que si son mari pouvait mourir ça serait l'idéal pour elle »....
« Elle m'a dit, ce soir je voudrais que ça soit la dernière fois qu'il bande ! »
Toutefois, les aveux de Diguelman étaient allés dans le sens des pensées de ses propres avocats.  Car vers la fin du débat à l’audience,  qui a duré plus de 6 heures hier à la cour d’assise des Pyrénées-Orientales,  l’amant a affirmé qu’il maintient ses accusations contre sa maîtresse. Aux remarques du Président pour dire à Frantz s’il maintient ses déclarations du fait d’avoir été manipulé et trompé par Diane, alors même qu’il confirme que la Malgache ait pris une part active dans la commission des faits,  l’accusé a répondu : « Je le maintiens, je maintiens mes accusations ».  Mais Diguelman semblait de plus en plus précis lorsque l'avocat général lui a demandé d’être plus concis pour répondre à sa question : « Ce serait le bon moment, elle vous l'a dit ou elle vous l'a pas dit ? »
Ce à quoi Diguelman a répliqué : « Elle m'a dit, ce soir je voudrais que ça soit la dernière fois qu'il bande ». Mais l’avocat général n’a trouvé mieux de plus explicite encore lorsqu’il a demandé  à Diguelman de confirmer ce que Diane lui a dit : « Entre le mardi et le samedi elle me dit : il faut que tu trouves une solution ce week-end. J'espère que ça sera la dernière fois qu'il bandera ». Et à Diguelman de dire : « Je le maintiens ».
7 jours pour prouver son innocence et se disculper
En attendant, penchons - nous de nouveau sur le cas de sa maîtresse.  Pour le premier jour du procès de Diane Mistler où elle a comparu libre jeudi à Perpignan, elle a craché : « Je ne suis pas complice du meurtre de mon mari, je suis innocente ». a-t-elle dit au Président de la cour d’assise des Pyrénées-Orientales. Une déclaration qui semble ne pas prêter à aucune ambiguïté pour cette Malgache  condamnée à 25 ans de réclusion lors de son premier procès.  Et c’est ce qu’elle a intérêt à prouver dans les 7 prochains jours où le procès devra arriver à son terme. Si bien que la presse hexagonale n’a pas hésité à affirmer que  la « veuve libertine joue gros » pour convaincre, en appel, les jurés qu’elle n’a pas été mouillée dans l’assassinat de son mari, un banquier retraité, le 22 avril 2007 à la sortie d’un club échangiste du quartier.

Franck Roland

Samedi, 20 Octobre 2012 09:06
 

Météo

Cours de change

Euro:

2 946,35

Ar
Dollar Americain: 2 208,93
Ar
Livre Sterling : 3 494,75 Ar
Japan Yen : 24,65 Ar

Information sur les vols


Lire la suite