Publié dans Editorial

De la sérénité, s'il vous plaît!

Publié le lundi, 02 décembre 2019

Soyons calmes ! Restons sereins ! Inutile de paniquer. Pas la peine non plus de créer des remous au sein de l'opinion. Il faut avoir le courage de survoler le débat. Laissons libres et sereins les responsables chargés de compiler les dossiers et attendons calmement les résultats officiels. Inutile de faire pression. De toute manière, la loi donne libre cours aux candidats perdants à déposer des recours en cas de nécessité.

 

Le reflex inapproprié et l'instinct révolu de manifester contre le déroulement du scrutin et faire preuve de mauvais perdants, quand bien même les résultats officiels ne sont pas encore affichés, nuisent à la paix sociale.

A Antananarivo, la Capitale, les décomptes tirent à leur fin et l'identité du gagnant se profile à l'horizon. Mais déjà, le candidat n° 2, l'éventuel perdant, Rina Randriamasinoro et son état-major politique crient au scandale. Plus exactement, le mentor du parti TIM, Marc Ravalomanana, ayant imposé son poulain et qui supporte mal la débâcle en perspective mais  inévitable, sème la pagaille. Indirectement, il revendique la victoire et scande ses ouailles à ne pas reconnaître les résultats. Toujours en posture de mauvais perdant, Marc Ravalomanana se plaît à pêcher en eau trouble. L'ancien Président Ravalomanana se prend éternellement pour quelqu'un qui contrôle la mainmise de la Ville des Mille comme au temps de sa belle victoire électorale en tant que Maire à Antananarivo en 2009. Une prouesse qu'il avait tenté de renouveler lors de la présidentielle en 2001 qu'il remporta, en fait, de façon rocambolesque. Idem en 2005 où tout le monde se rappela de la coupure subite du courant de tout l'immeuble « Patte d'éléphant » à Anosy au cours du décompte des voix sur ordinateurs. Après quoi, le candidat-président sortant Ravalomanana Marc comme par magie mena sur le score alors qu'avant la fameuse  « coupure », il a été sur le point d'être devancé par un autre.

Le même comportement délétère se constate dans certaines localités du pays. Des candidats qui se croient indéboulonnables dans « sa ville » sentant la défaite fomentent des troubles. Ils ne supportent pas que quelqu'un d'autre puisse un jour le supplanter. Le cas de Roland Ratsiraka à Toamasina ne surprend personne. Il croit dur comme fer que la ville du Grand Port de l'Est lui appartient et que personne autre que les Ratsiraka ne réussisse à les déloger là. Que l'on veuille ou non, l'ère Ratsiraka est révolue !

A Vohémar, alors que le CED (Commission électorale de district) n'a pas encore rendu son verdict, fut-ce provisoire, un candidat relégué au second rang de par les voix obtenues par rapport au candidat IRK, harangue ses partisans à descendre dans la rue pour contester les décomptes (provisoires). Il a fallu aux Forces de l'ordre de faire preuve de fermeté afin de parvenir à les disperser. Et peu partout à travers la Grande île où la plateforme Orange risque de faire ravage, on ne digère pas les succès, un raz-de-marée.

Mais à quoi riment tous ces fric-à-frac ? Apparemment, le succès de l'IEM fait des jaloux. Des partis à l'instar du TIM, à Tana, risquent fort de s'engouffrer sans les « casiers » de l'oubli.

Le pays aspire au changement et ce dans la sérénité, s'il vous plaît.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Intervention télévisée du Président Andry Rajoelina - Les dates des examens officiels fixées - Reprise du « Tosika fameno » - Poursuite du confinement dans la Région d'Analamanga
  • Entrées illicites des frontières malagasy - 3 boutres refoulés vers Mayotte
  • Centres de traitement du Covid-19 - Le Mining Business Center, le Palais des sports et le LTPA réquisitionnés
  • Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !
  • Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale
  • Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !
  • Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles
  • Violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf - Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien
  • Etat de santé du Président malagasy - Andry Rajoelina va bien, merci !
  • Esclavagisme moderne, traite des personnes et travail des enfants - « Des pratiques inhumaines à éradiquer », dixit Andry Rajoelina

Editorial

  • Des actes de bravoure mais …
    Les Forces de la défense et de la sécurité impressionnent beaucoup ces derniers temps. L'Armée, à tout seigneur tout honneur, s'implique désormais dans l'œuvre de « pacification » du pays. La récente restructuration de fond touchant directement les trois unités qui la composent et la réorganisation générale des opérations sur terrain ainsi que les nouvelles dotations en appareils et en matériels de guerre sophistiqués propulse l'Armée vers des actes concrets. Dans le Sud et le Moyen-ouest, les soldats de l'Armée de terre et de l'air participent activement aux actions de ratissage des « dahalo » et cela grâce à la mise en œuvre de la Zone rurale prioritaire de sécurité (ZRPS).

A bout portant

AutoDiff