Publié dans Editorial

Enfin, du changement !

Publié le vendredi, 16 août 2019

Le verdict est tombé ! Le pouvoir sous la direction de Rajoelina Andry Nirina abrogea, ce mercredi 14 août 2019, en Conseil des ministres le décret n°2017-096 du 26 avril 2017 portant nomination du directeur général de la Compagnie nationale Jiro sy Rano Malagasy (JIRAMA) Olivier Jaomiary. Nommé il y a deux ans et quatre mois de cela, le 26 avril 2017, sous le régime HVM, Jaomiary Olivier n’a pas réussi à convaincre ni le pouvoir en place, issu de la dernière élection, ni l’opinion publique notamment les usagers. Un moment, se croyant être indéboulonnable de son poste, au-dessus de toute tentative de limogeage, le désormais ex-DG de la JIRAMA finit par se faire rattraper en raison de son incompétence à redresser la Compagnie, mission principale qu’on lui avait confiée.

Il laissait entendre que sa nomination à ce poste, très stratégique, résultait d’un processus de test strict et sévère et d’une recommandation directe des bailleurs traditionnels et par conséquent on ne peut pas le « toucher » sans l’aval de ces derniers. Toutes les démarches de l’inter-syndical de la Compagnie à vouloir l’éjecter ont été vouées à l’échec. Or, selon certaines sources dignes de foi, Monsieur Jaomiary Olivier a été recruté sur la base d’un critère plutôt partisan, au profit du parti d’Etat, à l’époque. La preuve, en dépit de la situation catastrophique de la Compagnie, le nouveau DG effectuait peu de temps après la prise de fonction un recrutement massif dont presque la totalité des « heureux élus » viennent des rangs du HVM. Le personnel criait au scandale mais rien n’y faisait.

Le problème de la JIRAMA, entre autres les coupures d’eau et les délestages d’électricité s’intensifient et se compliquent. La grogne monte. A Tanà ou dans les Régions, les usagers ne supportent plus le calvaire vécu par la médiocrité du service rendu. Certains observateurs craignent l’éventualité d’un sabotage émanant de l’intérieur voire de l’instance dirigeante de la Compagnie elle-même. L’on sait que la déroute persistante de la JIRAMA fut à l’origine de la chute du régime HVM. La promesse ferme dite mais non tenue, par la suite, par le nouveau Président fraîchement investi en janvier 2014 lors de son discours inaugural de prise de fonction à Mahamasina le conduit irrémédiablement à la porte. On voudrait quelque part reproduire ce sinistre schéma. Très remontées contre les éternels délestages ou coupures, les populations d’Ambohipo, d’Ankazomanga, d’Itaosy ou ailleurs ne tolèrent plus.

Les nouveaux maîtres du pouvoir, conscients du danger qui guette, ont pris les mesures qui conviennent. Dans le point 2 du Velirano, Rajoelina promet d’apporter les solutions percutantes pour en finir à jamais à cette crise d’eau et d’électricité à Madagascar. Toute la population a droit à une eau potable et d’éclairage à longueur de la journée et de la …nuit de l’année. Il a demandé l’échéance de deux ans pour tout mettre en ordre. A ce rythme et avec la gestion catastrophique de l’équipe actuelle à Jaomiary, on est certainement très loin d’atteindre le but à temps. Donc, il faut, à tout prix, changer !

L’IEM ne laisse à aucun responsable le choix à la négligence de la tâche normalement dévolue à chacun. La satisfaction des besoins quotidiens de la population prime à tout moment.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Lutte contre la corruption - Madagascar sur la voie de la coopération judiciaire internationale
  • Gouverneurs des banques centrales de la SADC - La première réunion à Antananarivo
  • Mise en œuvre de l’éducation physique de qualité - L’Afrique honore le Président Rajoelina
  • Candidature de Naina Andriantsitohaina - Un écho favorable de tous bords
  • Transport illégal de ressources minières - Un kilo d’or et 255 g de saphir saisis à Ivato
  • Non candidature à la mairie de Tana - Marc Ravalomanana trahit ses partisans
  • Candidat à l’élection municipale - Naina Andriantsitohaina, le sauveur d’Antananarivo !
  • Élection municipale - Le TIM humilié à Tana
  • Andohalo - Un voleur  de poule lynché par les riverains
  • Visite du Pape François - Le Président Rajoelina remercie le peuple malagasy

Editorial

  • Un challenger favori
    Maintenant c’est connu. L’IRD a choisi de placer en orbite un brillant opérateur économique de la place, Naina Andriantsitohaina, pour l’élection communale du 27 novembre à Antananarivo. En poste au ministère des Affaires étrangères en tant que ministre du Gouvernement Ntsay Christian II et III, Naina, pour les intimes, fait partie de la race des « entrepreneurs modernes » qui tentent de conjuguer la politique avec l’économie mais attention avec prudence. C’est un homme nouveau du microcosme politique local que la plateforme présidentielle mise pour rafler la cagnotte. Capitaine d’industrie, à la tête du Groupe Andriantsitohaina qu’il a hérité de son  grand-père, le patriarche Josoa Andriantsitohaina, et de son illustre père Jean-Charles Andraintsitohaina, Naina a pris la suite de l’empire en 2009 du vivant de son père. L’opérateur Naina Andriantsitohaina gère, à la fois quatre unités industrielles : l’imprimerie NIAG, l’usine de produits chimiques Prochimad, l’organe de presse Ultima-Média et la Banque BMOI…

A bout portant

AutoDiff